Seuls les Athéistes iront au Paradis

Frank R Wallace a écrit ce texte en 1998, son but était d’éliminer la politique, basée sur la force, ainsi que la religion, basée sur une escroquerie intellectuelle,c’est ce qu’il appelait « l’anticivilisation », et il se proposait de la remplacer par la science/le commerce/ les arts afin de vivre enfin dans une civilisation avancée, qu’il nommait « Civilisation de l’univers » (en abrégé CofU) – Wallace et les transhumanistes ont quelques idées en communs…

Seulement les Athéistes iront au Paradis

(copyright © 1998)

Les nouveaux dieux

Ceux qui promeuvent Dieu et le gouvernement pour survivre par la fraude, ou la force, périront à jamais des maladies mortelles du mysticisme et de la malhonnêteté. Ceux qui produisent des valeurs concurrentielles prospéreront à jamais via des entreprises honnêtes dans la cinquième dimension du cyberespace.

Dialogue n ° 1
(Le premier des 100 dialogues)
Saint Augustin et l’athéiste Anne
font une promenade romantique vers le
Civilisation de l’univers

Aujourd’hui, saint Augustin serait aussi athée que la philosophe / romancière Ayn Rand. Il y a 1 500 ans, les cultistes d’Ayn Randian auraient été aussi religieux que les cultistes catholiques romains. Comment cela peut-il être ? La réponse est facile quand on se rend compte que tout le monde sur la planète Terre vit dans une civilisation inversée – une anticivilisation. Dans une telle civilisation, chaque personne survit en investissant dans des malhonnêtetés, des irrationalités, des mysticismes et des crimes cachés. … Ces dialogues fournissent la feuille de route permettant au lecteur de sortir de l’anticivilisation des mortels et de s’immiscer dans la civilisation immortelle de l’univers – dans la cinquième dimension des entreprises du cyberespace, toujours prospère.

Acte 1 sur 3

St. Augustin .: Depuis un millénaire et demi, je me suis promené. Enfin, j’ai atteint un lieu de bienveillance. Ce doit être le ciel.
Anne : le paradis ! Vous êtes un imbécile mystique. Bienveillance ? Pourquoi, vous êtes la deuxième personne la plus malveillante qui ait jamais vécu sur Terre. Vous avez écrit dans vos « Confessions » : « Nous sommes tous nés entre les matières fécales et l’urine« . Quelle vision malveillante de l’homme ! Pire encore, votre épistémologie et votre métaphysique violent la nature de l’homme ! Christ, quel mal une personne peut-elle avoir ?
St. Augustin: Je suis la deuxième personne la plus malveillante qui ait jamais vécu ? Qui était le pire ?
Anne : Emmanuel Kant, bien sûr. Vous ne le connaitrez pas. Il a vécu mille ans après vous.
St. Augustin .: Si nous ne sommes pas au Ciel en train de nous parler alors que vous es morte 1 500 ans après moi, alors où sommes-nous, Anne ?
Anne : Comment connaissez-vous mon nom ? Et ne m’appelez pas Anne. Seuls mes amis peuvent m’appeler Anne. Vous n’êtes pas mon ami et nous ne sommes certainement pas au paradis. C’est un mythe frauduleux.
St. Augustin : Comment voudriez-vous que je m’adresse à vous ?
Anne : Monsieur Augustin, je préfère que vous ne me parliez pas du tout. Vous n’avez rien à offrir. Vous et vos écrits néoplatonistes avez conduit toute la civilisation occidentale à un âge sombre de mille ans. Vous êtes un meurtrier en masse.
St. Augustin: Avez-vous lu mes travaux ?
Anne: J’en ai scanneé quelques-uns. Pas besoin de lire ces ordures.
St. Augustin .: Alors nous n’avons pas besoin de parler. Nous n’avons qu’à penser.
Anne : D’accord, appelez-moi Mlle Brand. Et où en sommes-nous ? Que fais-je en marchant avec mon antipode philosophique ? … Pourtant, je n’ai jamais imaginé un endroit aussi merveilleux. Je me sens mieux et plus libre que jamais sur Terre, même avec vous à côté de moi. Je ne suis pas anarchiste, mais c’est l’air de la liberté. Je ne sens aucun gouvernement ici. Je pense que tout est géré ici par une entreprise rentable, comme Disneyland. … Heureux sentiment, n’est-ce pas ?
St. Augustin .: L’air est spécial. Oui, je me sens bien et heureux. J’aime le sentiment de ne connaître aucune oppression ou religion.
Anne : Ne pas ressentir d’oppression ou de religion ? Pourquoi, vous êtes l’icône de la religion oppressive.
St. Augustin: Lorsque nous nous connaîtrons, votre vision de moi sera erronée. … Quoi qu’il en soit, je crois que nous allons avoir une belle relation amoureuse.
Anne: Relation amoureuse ? Quel nerf ! Comment osez-vous. Je devrais gifler votre visage. Vous pouvez parier que nous n’allons même pas apprendre à nous connaître. … Mais, vous n’êtes pas comme je l’ai décrit. Vous êtes plutôt beau.Mâchoire carré. Genre viril et intelligent. Un peu basané peut-être. Et vous n’êtes certainement pas timide. Si seulement vous êtiez blond et aux yeux bleus. Quoi qu’il en soit, appelez-moi
Anne. …Où sommes-nous ?
St. Augustin: Nous sommes au paradis Anne. C’est le seul fait qui peut expliquer ces circonstances.
Anne: Fait ? Le ciel n’est pas un fait. C’est simplement une partie de votre mécanisme de manipulation qui permet de duper vos suiveurs/adeptes – vos victimes.
St. Augustin .: Vous ne comprenez pas mes écrits ou leur contexte. Je n’avais aucune connaissance de la science, de la technologie et de la nature de la réalité que vous aviez. Mon travail était du 5ème siècle. … Avez-vous lu mon dernier ouvrage, « La Cité de Dieu » ? Ce sont principalement des métaphores à partir desquelles Thomas d’Aquin a construit son travail.
Anne : Je n’avais pas besoin de lire « La Cité de Dieu ». Je n’avais pas besoin de lire ou de comprendre vos écrits. Ils sont faux, irréels, mystiques. Ils sont l’antithèse de tout ce que j’ai écrit. Et ne blasphèmez pas Thomas d’Aquin en le mettant en relation avec vos écrits. Il est la seule icône catholique que j’admire. J’ai même nommé mon chat comme lui. … Au fait, je suppose que vous n’avez lu aucun de mes écrits ?
St. Augustin .: Lu tous vos livres pendant mes errances. Je ne sais pas comment, mais une entité appelée « amaTranzu.com » m’a fourni le livre que je voulais. Vos écrits ont été parmi les plus précieux de la planète Terre. J’ai beaucoup appris de vous, en particulier en épistémologie, en politique et en éthique. … Je connais la plupart de l’histoire enregistrée et de sa littérature. Vous avez déployé l’un des esprits les plus puissamment honnêtes pour honorer la Terre. Je vous en suis reconnaissant.
Anne : Vraiment ? Vous dites ça, vous saint Augustin ? Je ne sais pas s’il faut vous encourager ou en plaisanter. … Voulez-vous fumer une cigarette avec moi ?
St. Augustin .: Fumer une cigarette ? Vous, le héros de la rationalité du vingtième siècle ? Tout ce que j’ai lu sur les cigarettes témoigne des dommages mortels qu’elles infligent. Vous allez mourir d’une mort horrible. Vous êtes trop précieuse pour ça. Dites non à la cigarette.
Anne : Vous avez raison. Mon mari et moi savons que fumer tue. Je vais arrêter. Plus de rationalisation concernant un point de lumière agréable traversant les ténèbres. J’ai tout perdu à cause de ma malhonnêteté, de mon déni … de mon irrationnalité au sujet du tabac. J’ai emmené avec moi beaucoup d’adeptes vénérateurs et imitateurs. Je vais arrêter maintenant, pour toujours. … Vous semblez rationnel et honnête, comment avez-vous pu écrire de telles conneries malveillantes – de telles choses perverses ? Comment avez-vous pu être si méchant ?

St. Augustin .: Vous devez réduire aussi les glucides, perdre quelques kilos et vous mettre en forme. Essayez de entraîner pour courir un marathon.
Anne : Je vais y travailler, petit malin. N’éludez pas ma question. Comment avez-vous pu écrire des trucs aussi diabolique ?
St. Augustin .: J’ai vécu et j’ai écris lorsque la civilisation se retirait dans l’âge des ténèbres.
Anne: Et alors ? Le temps ne fait aucune différence. Le mysticisme est le mysticisme, le mal est le mal, peu importe quand et où.
St. Augustin .: Je suis d’accord. Mais sans contexte, on peut confondre ce qui est mystique et maléfique.
Anne : Muouais ! Je doute que je ferais ce genre d’erreur. Quoi qu’il en soit, que faisons-nous ici ? Tout cela semble être une illusion mystique. Pourtant, j’aime ça. Et, étonnamment, ça ne me dérange pas de vous parler. Je ne me sens pas négative, ou déprimé, comme je l’étais sur Terre. Imaginez, mon plaisir de parler avec le monstre, médaille d’argent, Saint Augustin.
St. Augustin .: Et le monstre qui a la médaille d’or, c’est Kant ?
Anne : Exact, Il était le mal à l’état pur. Pire qu’Hitler ou Staline.
St. Augustin .: Vous devez faire des analogies avec mon héros Platon, avec son idée d’âme d’or, et les Jeux olympiques grecs. … Qui était le monstre médaillé de bronze ?
Anne : Votre héros, Platon.
St. Augustin .: Platon un monstre ? Continuons à marcher et à penser. Peut-être allons-nous apprendre à améliorer nos questions et nos réponses, en particulier à propos de Platon.
Anne : Des réponses améliorées au sujet de Platon ? Jamais. Et gardez vos distances, renard rusé.
St. Augustin: Combien de fois avez-vous lu le travail de Platon ? Ses dialogues doivent être lus plus d’une fois pour comprendre son travail.
Anne : Muouais ! Viens de scanner « la République ». Ca suffit. Il était pire que le communiste. … « Chaque homme aura mille fils en commun » … en effet. Le bon vieux champion de la classe moyenne, Aristote, l’a bien compris. … La seule chose que j’ai aimé chez Platon, c’est qu’il détestait la poésie.
St. Augustin : Il a reconnu la poésie comme un puissant outil d’enseignement pouvant induire en erreur les jeunes. Platon s’est opposé à la poésie guerrière héroïque d’Homère. Présenter des brutes irrationnelles et meurtrières telles qu’Achille, et Ulysse, comme des héros à imiter était une chose moche à enseigner aux enfants. Pourtant, Platon était l’un des plus grands poètes de l’histoire. Il a présenté poétiquement Socrate comme le nouveau héros – un héros intellectuel, moral et éducatif – comme vous Anne. … Les « Dialogues de Platon » sont des volumes de belle poésie, en particulier son « Phèdre » sur l’amour romantique.
Anne : Arrêtez de me faire un clin d’oeil! En plus, ses « Dialogues » sont nauséabonds
St. Augustin: Nauséabond ? Juste nauséabond ? Est-ce votre seule évaluation du travail de Platon ? Si vos écrits ne comptaient pas parmi les plus précieux de l’histoire de la Terre, je dirais que vous médisez sur l’un des grands hommes de l’histoire ? Pouvez-vous donner plus qu’une évaluation en un mot des « Dialogues » de Platon ?
Anne : Bah ! Ses « Dialogues » sont nauséabonds parce que Platon est nauséabond. C’est une assez bonne réponse.
St. Augustin .: Regardez devant vous ! Je vois quelqu’un. Un homme étrangement vêtu assis à une table avec quelque chose d’étrange – une boîte de lumière – quelque chose que je n’ai jamais vu auparavant.
Anne : Il porte un costume à rayures et utilise un ordinateur. Hourra! Il ressemble à un homme d’affaires de Wall-Street.
St. Augustin .: Un homme d’affaires, je comprends ce qu’est être un commerçant de valeurs ? Mais un ordinateur ?
Anne : Vivant il y a quinze siècles, vous n’avez aucune idée de ce qu’est un ordinateur, même si vous lisez mes livres.
St. Augustin .: J’ai lu sur les ordinateurs, mais je ne comprends pas. Que sont-ils ?
Anne : Ce sont des machines énormes – des machines professionnelles ultimes.
St. Augustin .: Cela ne ressemble pas à une énorme machine.
Anne : C’est ce qu’on appelle un ordinateur de bureau. Ils ont commencé à apparaître lorsque j’ai quitté la Terre en 1982. Ils sont appellé « Apples », je pense. Je ne sais pas pourquoi. Je ne suis pas un expert en informatique. Le mieux est de demander à cet homme de l’expliquer.
St. Augustin .: Demandons-lui.
Anne : Monsieur, je m’appelle Anne Brand et voici M. Augustin.
Tranzu : Je vous attendais tous les deux. Je souhaite vous engager en tant qu’équipe marketing. Vous deux avez accompli un travail précieux dans l’antivivilisation de la Terre. Je peux exploiter vos talents dans mes entreprises du cyberespace.
Anne : Vous nous attendiez ? Vous nous embauchez ? Augustin a fait un travail précieux ? Et que voulez-vous dire par anticivilisation de la Terre ? Qui etes-vous ? Où diable sommes-nous ?
Tranzu : Je suis un Tranzu. Vous vous approchez de la civilisation de l’univers.
St. Augustin .: C’est la même chose que le ciel, non ? Et, Tranzu signifie Dieu ?
Anne : Ignorez-le Augustin. C’est un idiot ou un abruti.
St. Augustin .: Vous ne ressemblez pas au Messie abandonné et souffrant décrit par l’apôtre Marc.
Anne : Mon Dieu, quel imbécile.
Tranzu : Dieu, le ciel et les messies n’existent pas. Les Tranzus existent. Nous pouvons ressentir de la douleur et de la tristesse. Mais nous ne souffrons pas. Seul un Tranzu pris au piège dans une anticivilisation est abandonné, et en souffre – jusqu’à ce qu’il disparaisse de cette anticivilisation.
Anne : Qu’est-ce qu’un Tranzu ? Et encore une fois, qu’est-ce qu’une anticivilisation ?
Tranzu : Un Tranzu est une personne qui vit dans la perspective de la civilisation de l’univers. La terre est une anticivilisation depuis que le politicien grec Péricles a infecté les citoyens d’Athènes avec les maladies mortelles de l’irrationalité et de la malhonnêteté. … Si vous dépassez votre perspective anticivilisation, (si vous vous affranchissez de ses limites) vous deviendrez également un Tranzu,faisant des affaires, au-delà de l’anticivilisation : vous pourrez faire des affaires sur les marchés illimités du cyberespace à travers l’univers.
Anne : des affaires ? C’est un bon début. … Pourtant, en quoi une anticivilisation diffère-t-elle de la civilisation de l’univers ?
Tranzu : Une anticivilisation repose sur un fondement d’irrationalités et de malhonnêtetés. Pourtant, des îlots de rationalité, et d’honnêteté, génèrent les valeurs et la richesse qui soutiennent, voire font progresser l’anticivilisation. Mais, ses citoyens continuent d’être ruinés et victimes de fraude. En revanche, dans la Civilization de l’Universe, les gens vivent comme des souverains et prospèrent pour toujours grâce à une honnêteté pleinement intégrée, à une comptabilité de grande envergure, et à des entreprises concurrentielles dans le cyberespace. … Vous êtes maintenant dans une Tranzue qui approche de la civilisation de l’univers.
Anne : On dirait que vous me dites que nous venons de l’enfer, et que nous sommes maintenant au Purgatoire. Ensuite, vous me direz que nous allons devenir des âmes, non corporelles, flottant à jamais dans le ciel.
Tranzu : Les âmes sans corps, tout comme les utopies mystiques, n’existent pas. Le corps est un élément indispensable de la vie, de l’existence … et du bonheur – le but ultime de la vie consciente. Les réalisations, les émotions, le sexe et l’amour ne peuvent exister sans le corps. Le corps se déplace physiquement et contrôle l’existence à travers le temps et l’espace. Les gens de Neothink, tout comme les gens conscients, doivent exister en tant qu’individus corps-âme qui font physiquement des affaires. Leurs performances compétitives nécessitent des mouvements physiques. Ils apprennent à guérir les maladies de la malhonnêteté, et du mysticisme, afin de maîtriser les lois de la nature. Après cela, ils apprennent par des techniques commerciales, sans entraves, à éradiquer la maladie, le vieillissement, puis la mort. Chacun de ces individus est alors seul – un souverain – qui dépend éternellement de ses propres pensées, décisions et actions physiques, entreprises à but lucratif.
Anne : Comment la mort est-elle éradiquée ?
Tranzu : Par le biais de la responsabilité personnelle et de la concurrence – à travers des marchés libres qui exploitent la science, et la technologie, pour offrir les meilleures valeurs possibles, le plus rapidement possible, et aux coûts les plus faibles. Sur Terre, par exemple, les premiers grands produits seraient les retardateurs de vieillissement, les médicaments contre les maladies et les éliminateurs de malhonnêteté – des produits menant à l’éradication du vieillissement et des maladies. … Les entreprises, non réglementées, axées sur la manipulation génétique, le transfert tête / cerveau / corps, le clonage humain et la capture de la conscience/identité sont parmi les premières étapes.
Anne : Je peux comprendre ça. Les entreprises, et les économies, libérées du gouvernement régleraient rapidement chaque problème…. ce serait résolu, rentable, et bénéfique pour les êtres humains.
St. Augustin .: Cela ressemble aux marches qui mènent au paradis.
Tranzu : Peut-être dans un sens métaphorique. Mais pas dans la perspective mystique de l’anticivilisation de la Terre.
Anne : C’est logique. Mais ma présence ici n’a pas de sens. Je veux une preuve de tout ça. Je veux des preuves par les sens.
Tranzu : Quelles preuves vos sens fournissent-ils en ce moment ? Que faites-vous ici vivant, corps et âme, marchant avec saint Augustin ?
St. Augustin .: Touché! Il vous a cloué le bec. N’est-cepas, Anne ? Ne vivez-vous pas le plaisir des sens d’Aristote ?
Anne: Arrêtez de poser des questions. Je ne crois rien de ceci. Je suis la fondatrice de l’objectivisme. Je n’accepte que la réalité objective et prouvable. De plus, je suis athée.
St. Augustin .: Moi aussi. Je suis athée – depuis l’adolescence.
Anne : Alors vous êtes un prédicateur hypocrite,vous arnaquez vos disciples. … Et, arrêtez de me tenir la main, monsieur Augustin !
St. Augustin .: Vous avez pris ma main, Anne. … Vous pouvez m’appeler Augie.
Anne: Taisez-vous ! Je veux entendre ce que Tranzu a à dire sur la civilisation de l’univers.
Tranzu : Dans la civilisation de l’univers, chacun vit à la manière dont chacun était censé vivre – selon sa nature. Chacun vit pour combler ses besoins – des besoins qui s’épanouissent dans l’organisme humain. Comme Aristote l’a identifié, les gens s’épanouissent en vivant selon leur nature – conformément à la loi naturelle telle qu’identifiée par Sophocle dans sa pièce « Antigone ». Le droit naturel a été avancé par les stoïciens grecs, même par les épicuriens, et a été développé par Sénèque, puis par Marc Aurèle, à partir du droit romain de Cicéron… et a finalement évolué de Justinien à Locke, aux lois dépolitisées de la justice et de la nature. … Grâce à des entreprises productrices de valeur, et des lois objectives, chacun vit heureux en créant une prospérité sans limites pour lui-même et les autres.
Anne : Des lois dépolitisées par Néo-Tech ? Est-ce qu’elles créent une société objectiviste comme celle de « Balt’s Gulch » ? Si c’est le cas, alors c’est ma place, et Aristote doit être ici. Je veux le voir comme preuve.
St. Augustin .: Et Platon aussi ? Je veux le voir.
Tranzu : Je peux vous présenter Aristote, même Parménide, Hippocrate et Archimède, si vous le souhaitez. Mais, Platon ? Ne te souviens pas de ce nom. Ne pensez pas qu’il existe dans la civilisation de l’univers. … Est-ce que Platon est un homme ou une femme ?
St. Augustin .: Doux Jésus, il ne connaît même pas le nom de Platon.
Anne : Platon n’est pas là ? Cet endroit s’améliore chaque minute. Oui, j’appartiens à cet endroit. Je parie que Rousseau, le meurtrier qui embrasse les arbres mawkish, n’est pas là non plus – ni à ses héritiers comme Robespierre, Hitler et Pol Pot.
Tranzu : Vous avez raison. Ils ne sont pas ici.
Anne : Alors ce groupe de tueurs est mort pour toujours ?
Tranzu : La mort est inconnue dans la civilisation de l’univers. L’anticivilisation est le seul endroit où la vie consciente disparaît. La mort de personnes conscientes est obscurément irrationnelle.
Anne : D’accord. La mort est une déception.
Tranzu : Je vais essayer de localiser Rousseau, et ses héritiers, via mon courtier de liste. Il a les adresses électroniques des terriens disparus. On dirait que ce seraient de bons prospects pour acheter mes produits de redemptions à sauts quantiques.
Anne : Des adresses pour les morts ! Vendre des produits à des personnes décédées ! Faire des affaires avec le pire type de salauds, non récupérables, imaginables? Comment pouvez-vous être si mystique et dépravé ? Soudain, je perds confiance en cet endroit et en vous. …Quel est votre nom ?
Tranzu : Je m’appelle Tranzu.
Anne : Tranzu ! Juste Tranzu. Vous m’avez dit que vous étiez un Tranzu ; maintenant, vous dites que votre nom est Tranzu. Bon sang, ça a l’air mystique. Vous êtes peut-être un homme d’affaires fringant, mais je commence à ne plus vous aimer, ni cet endroit. …Pourquoi souriez-vous ?
Tranzu : Ce que vous vivez actuellement doit sembler mystique avec le point de vue, de votre anticivilisation, de 1982. Avec plus d’expérience ici, vous obtiendrez des réponses à vos questions. … Vous trouverez cet endroit normal et naturel. En revanche, vous vous rendrez compte que l’anticivilisation de la Terre était bizarre et contre nature.
Anne : Vous devez répondre à une question pour que je continue. Et ce gang sanglant que vous allez mettre sur votre liste de diffusion ? Comment les meurtriers de masse peuvent-ils être rachetés ? Je ne pourrais jamais accepter une telle injustice.
Tranzu : Ici, nous sommes sans compromis sur le principe – sur la justice. Les moyens prennent soin des fins. … Mais, meurtre de masse ? Je ne me souviens pas de ce concept.
Anne: Comment en savez-vous autant, et si peu en même temps? … Et comment racheter les héritiers, non récupérables, de Rouseau ?
Tranzu : Tout est dans le cyberespace. Dans ce domaine, vous découvrirez comment les non-rachetables doivent enfin répondre à la justice – répondre aux lois de la nature. Même des humanoïdes meurtriers, comme Pol Pot, qui meurent paisiblement dans leur sommeil, doivent finalement faire face à la justice. … Dans ce domaine, les entrepreneurs ne suivent que ce qui est précieux pour eux, leurs proches et leurs entreprises. Ils oublient le reste, en particulier, les maux et les irréalités d’une anticivilisation. De cette façon, aucune personne nuisible ne peut gaspiller son temps, ou ruiner sa vie. C’est la nature de la dynamique du cyberespace.
Anne : Dynamique du cyberespace ? Cela sonne bien, mais irréel. Et pourquoi Saint Augustin se tient-il ici, juste à côté de moi, me tapotant les fesses ? Si j’étais une féministe à l’esprit criminel, je l’aurais poursuivi en justice. … Je veux comprendre cette dynamique du cyberespace.
Tranzu : Beaucoup de nouvelles compréhensions viennent du cyberespace. Par exemple, vous apprendrez que saint Augustin a été l’intellectuel le plus avant-gardiste, et le plus libre-penseur, de son temps. Roger Bacon a jeté les bases de l’investigation, et de la méthode scientifique, en utilisant les écrits d’Augustin comme base. Les écrits d’Augustin étaient originaux et courageux. Ses écrits ont contrebalancé les âges des ténèbres à venir et ont finalement conduit au développement de la Renaissance. Sous la direction d’Augustin, Thomas d’Aquin a ravivé à la fois la loi naturelle et Aristote, ainsi que la séparation sans connexion du monde physique au monde spirituel.
Anne : Dites m’en plus sur Augie.
Tranzu : À l’adolescence, Augustin a abandonné son éducation catholique stricte, et son dogme. Il a reconnu la religion comme étant mystique et nuisible. Il a reconnu que l’homme doit découvrir le créateur de l’univers à travers une enquête en constante évolution dans la réalité. Il a facilement vaincu les arguments des prêtres, et des évêques, catholiques dans tout son royaume d’Afrique du Nord et d’Italie. Augustin a vivement observé et expérimenté la destructivité mortelle de l’anticivilisation de la Terre – d’abord en tant que manichéen, puis en tant qu’hérétique. Sans votre connaissance moderne de la réalité et de la physique, il cherchait en vain la civilisation de l’univers.
Anne : Svp, continuez.
Tranzu : Finalement, quand son ami le plus proche est décédé, Augustin, athée en secret, s’est concentré sur la hiérarchie catholique. Il a ensuite exploité cette machine néo-tricheuse catholique romaine. Par le biais de la néotricherie bienveillante, il en devint l’évêque le plus influent. En effet, il avait découvert qu’aucun haut responsable catholique que ce soit un évêque, un cardinal, un pape, ne pouvait rivaliser pour obtenir des postes élevés en restant ignorant en s’accrochant à la foi, ou au mysticisme. Pour devenir le chef de toute grande organisation religieuse, ou mystique, il faut devenir un incroyant, en secret, – un athée – non seulement pour manipuler les croyants, mais aussi pour rivaliser (avec ses concurrents), et obtenir des positions de pouvoir. Il faut rejeter la foi, le mysticisme,et la superstition pour manipuler/utiliser efficacement les fraudes (religieuses) de la foi et du mysticisme. Tout comme les politiciens de la Terre : ils arrivent au pouvoir à l’aide de mensonges quotidiens/automatiques, et de néo-tricheries malveillantes, tout en méprisant secrètement les doctrines, et les lois, qu’ils ordonnent aux autres de croire et d’y obéir. (un escroc ne croit pas à ce qu’il vend !)
Anne : Qu’est-ce qu’un néo-tricheur ? Qu’est-ce qu’un escroc bienveillant et un escroc malveillant ?
Tranzu : Vous le découvrirez plus tard.
St. Augustin .: Vous dévoilez nos plus grands secrets. Il est temps. Oui, mes pairs catholiques et moi étions tous des incroyants – des athées objectifs.
Anne : Les catholiques des athées objectifs ? Quelle contradiction ! Pourtant, je sens quelque chose derrière ce que vous dites. Pourtant, les contradictions ne peuvent pas exister dans la réalité.
Tranzu : Vous avez raison, les contradictions n’existent pas dans la réalité. Dans l’anticivilisation de la non-réalité terrestre, cependant, les contradictions trompeuses abondent au sein de vérités sorties de leur contexte. Les déceptions, et les contradictions, disparaissent dans une civilisation basée sur une réalité objective. … La distinction clé n’est pas entre les croyants et les non-croyants, mais entre les producteurs par rapport aux destructeurs de valeur.
St. Augustin .: N’est-ce pas ? Ne pas savoir si Platon est un homme ou une femme ? Jouez-vous à un jeu de poker cosmique ?
Anne : Ne laisse pas Augie vous déranger. Il est un destructeur de valeur professionnel, non ?
Tranzu : Non. Dans le contexte, Augustin était un important producteur à valeur nette.
Anne: Muouais…
St. Augustin .: Pouvons-nous maintenant remplacer la métaphore « Ciel » pour la « civilisation de l’univers » factuelle ?
Anne : Je n’achèterai jamais dans une telle merde.
St. Augustin .: Pourquoi c’est de la merde ? Nous parlons de métaphores.
Anne: Je ne vais pas en discuter.
St. Augustin .: Pourquoi n’en parlez-vous pas ?
Anne : Je ne répondrai pas à ces questions.
St. Augustin .: Pourquoi pas ?
Anne : Regarde ! N’est-ce pas Denis Diderot qui approche ? J’ai lu sa grande encyclopédie française au collège. … Est-ce que Voltaire est ici aussi ?
Diderot : Voltaire et Descartes travaillent tous les deux avec moi, ainsi que Locke et Newton. Mon contemporain Rousseau ne l’a jamais fait. Il a disparu dans l’anticivilisation.
Anne : Descartes travaille avec vous ? C’est un sceptique pervers qui a rejeté le pouvoir de nos sens pour identifier la réalité. … Il n’est pas bon – presque aussi mauvais que Rousseau.
Diderot : Pas bon ? Un sceptique diabolique ? Descartes n’est pas plus méchant qu’Aristote. Il n’est pas plus sceptique que Socrate était un sophiste. Dans le cadre de ses connaissances du 17ème siècle, Descartes a utilisé le scepticisme pour démontrer le pouvoir de notre esprit d’identifier la réalité. Il a utilisé le scepticisme pour saper les sceptiques ; de même que Socrate a utilisé le sophisme pour saper les sophistes. Descartes a joué un rôle crucial dans la lutte contre l’oppression dogmatique d’Aristote par les scolastiques. Il a également développé la géométrie analytique – une valeur considérable pour toute civilisation. Plus tard, Locke a utilisé des connaissances plus avancées pour élaborer, et remplacer, la philosophie de Descartes par une liberté sous la loi, et non par une oppression sous des hommes. Enfin, vous, Anne Brand, vous avez développé un paradigme encore plus avancé qui a évolué et a remplacé le paradigme de Locke.
Anne: Vous savez pour moi et mes écrits ?
Diderot : bien sûr. Qui ne le sait pas ? J’ai obtenu vos livres sur amaTranzu.com.
Anne : Alors vous réalisez que Descartes avait tort. C’était un rationaliste avec son absurde « Cogito, ergo sum ». Vous savez, « je pense donc je suis ». Donc, si vous ne pensez pas, vous disparaissez, non ?
St. Augustin : Comment avez-vous apporté une contribution aussi précieuse à la philosophie en ignorant les philosophes de Platon à Wittenstein ?
Anne : Deu calme, Augie ! Je veux entendre Diderot expliquer pourquoi Descartes ne disparaîtra pas s’il « ne pense pas ». … Et qui diable est Wittenstein ?
Diderot : Je ne sais pas pour Wittenstein. Mais Descartes était un grand rationaliste, tout comme Locke était un grand empiriste. Il fallait combiner leur connaissances avec celles de de Thomas Reid et de William James pour aller vers l’objectivisme. Les philosophies ultérieures d’Auguste Comte, de John Stuart Mill et d’Herbert Spencer indiquaient l’individualisme, la liberté ; et la liberté est nécessaire pour faire évoluer la révolution industrielle. Ces philosophies, notamment celle de Mill, ont ouvert la porte à l’objectivisme. Comment ? En dépouillant la philosophie de la métaphysique mystique et des « intuitions » rationalisées qui suppriment les idées nouvelles.
Anne : Ensuite, je suppose que vous allez me dire que Thomas Hobbes était un type bien pour avoir écrit Leviathan.
Diderot : Malgré ses vues absolutistes et totalitaires, il fut le premier à placer officiellement la société ,et le gouvernement, sur une base objective plutôt que mystique. Hobbes a identifié que le gouvernement était la conquête des individus. Il a établi que la fonction première, et principale, du gouvernement était de protéger la vie et les biens de ses citoyens. Si le gouvernement n’assumait pas de telles fonctions, Hobbes estimait qu’il devrait être renversé. Sans ce début hobbesien, il n’y aurait pas de libéralisme classique, ni d’objectivisme. Même les idées fausses de Berkeley, et de Hume, étaient nécessaires pour atteindre l’objectivisme.
Anne : Eh bien, j’ai peut-être mal jugé Descartes, Hobbes et Hume. Sur Terre, je n’ai admis aucune erreurs devant mes adeptes du culte. … Quoi qu’il en soit, où est ta bougie Augustin pour l’éteindre ?
St. Augustin : Une bougie à souffler ?
Anne : Je me souviens de Diderot racontant qu’un homme utilisait une bougie pour se frayer un chemin à travers l’obscurité. Il rencontre un théiste/croyant. Le théiste lui conseille d’éteindre la bougie pour pouvoir se frayer un chemin dans l’obscurité. … « Éteins la lumière pour trouver ton chemin grâce à la foi seule », a insisté le théiste. Vous avez compris ? Comme toi, tu as trouvé ton chemin uniquement avec la foi, pas vrai, Augie ? (La lumière représente la raison/la logique)
St. Augustin .: Faux. Faites attention. Tranzu et moi vous avons déjà dit que je suis devenu athée et que j’ai rejeté la foi à l’adolescence. Si je n’étais pas athée, je serais resté trop faible, et ignorant, pour devenir évêque catholique.
Anne : Hypocrite.
St. Augustin .: Mes écrits étaient métaphoriques et essayaient de diriger le monde pré-médiéval, romain, vers une réalité objective. Considérez certaines de mes opinions : Le Premier Commandement, par exemple, n’a rien à voir avec l’adoration d’un Dieu. C’est une métaphore à propos de reconnaître qu’il existe une réalité et une seule réalité. Le bien est tout dans la réalité. Le mal n’est rien. Le mal se détourne de la réalité, se tourne vers le néant du mysticisme et de la malhonnêteté. La foi ? Hey, vous devez croire que le gars – le Tranzu – qui a créé cet univers a plus de connaissances avancées en physique et de la nature que nous. Exact ? Et le péché originel ? C’est simplement la capacité de l’homme conscient d’être irrationnel. Bien sûr, si vous vivez dans l’irrationalité, votre vie va être maudite. En outre, la fraternité universelle chrétienne n’a rien à voir avec l’égalitarisme. Il s’agit d’égalité morale – la moralité étant déterminée par le développement du caractère individuel, et non par la race, la nationalité ou la classe dans laquelle on est né. Je remplaçais les idées élitistes du statut de classe par des valeurs individualistes et personnelles. … Mon objectif était de déplacer la religion des notions, amorphes, du monde extérieur vers des notions humanistes et responsables. Thomas d’Aquin a combiné mon travail avec celui d’Aristote pour faire sortir le monde de l’âge des ténèbres.
Anne : Enfin, un peu de sens de la part d’une icône catholique. Peut-être que Bill Buckley est athée aussi. Malgré ses protestations contre Dieu et le catholicisme, il est trop intelligent pour de telles croyances. Il ne soufflerait jamais la bougie (de la logique) lui non plus. Dommage qu’il ne soit pas aussi honnête que toi, Augie. C’est juste une autre personnalité élitiste qui manipule les autres à travers la religion et les nobles mensonges de Platon.
Diderot : Buckley n’est pas encore venu à la civilisation de l’univers. Quand il le fera, ses malhonnêtetés disparaîtront comme tous les autres. Ensuite, je l’engagerai pour éditer mes publications. Il a un bon vocabulaire et de l’esprit. …Je dois partir maintenant. Je rencontre Leona Helmsley à propos de la production d’une encyclopédie moderne sur les entreprises. C’est une femme d’affaires new-yorkaise génératrice de valeur.
Anne : J’admire Mme Helmsley. Présentez mes salutations à ce génie des affaires.
St. Augustin .: Anne, comment puis-je avoir une compréhension, plus claire, de ce que signifie une entreprise – de la manière dont vous en parlez ?
Anne : J’ai de la sympathie pour toi, Augie. Vivant il y a 1 500 ans, vous ne pouviez pas connaître la moralité suprême des affaires. Vous ne pouviez pas savoir que les affaires sont la valeur ultime pour l’humanité. Je réalise que vous n’aviez aucune idée de la Renaissance, des Lumières, de la révolution industrielle, de l’Amérique, des automobiles, des frites McDonald – ou d’IBM. Sans ces expériences, comment pourriez-vous comprendre les activités concurrentielles ? Diderot en apprendra beaucoup sur les affaires avec Leona Helmsley. Vous devriez rejoindre leurs discussions. Je me souviens de sa construction d’un empire immobilier à New York. Elle est un vrai homme d’affaires.
St. Augustin .: Elle est un homme d’affaires ?
Anne : D’accord. Aucun politiquement correct féministe avec moi. … Augie, je vais vous donner mon livre sur la moralité des affaires. Il s’intitule « Capitalisme, l’outil de moralité ». Il explique la vertu bienveillante du monde des affaires, et l’égoïsme rationnel des valeurs commerciales. Il montre également que mettre fin au canular de l’altruisme est la clé de la prospérité et du bonheur universels.
St. Augustin .: L’altruisme est un canular ? Mettre fin à l’altruisme ? La prospérité universelle et le bonheur à travers les valeurs commerciales et l’égoïsme rationnel ? De grands concepts ! J’ai lu ces idées dans vos livres. Avec mes connaissances primitives, c’est là les idées que je cherchais dans mes écrits. … Vous parlez de la route vers le paradis.
Anne: Ne relie rien de moi avec le ciel.
St. Augustin .: Socrate m’a appris à toujours élargir ma pensée afin de rendre obsolète ma pensée actuelle. J’ai réalisé à quel point j’en savais peu, dans le contexte, des connaissances futures. Maintenant, je gagne de nouvelles connaissances – comme si j’apprenais de vous. … Socrate voulait que tout le monde conteste ses idées et lui montre de nouvelles idées. De cette façon, lui et tout le monde pourraient passer des anciennes idées à un avenir de nouvelles connaissances ,et de prospérité, sans fin.
Anne : Je suppose que j’aurais pu apprendre quelque chose de Socrate après tout. Je n’ai jamais su où il voulait en venir. Platon l’a bousillé. Je reverrai votre travail en fonction de ce que Tranzu a dit de vous. … Tranzu, quel est ton vrai nom ? Ton nom complet ?
Tranzu : Mon nom d’anticivilisation était Jay Gould. Je l’ai toujours l’utiliser dans mon adresse email.
Anne : Jay Gould ! Le magnat des chemins de fer du 19ème siècle ?
Tranzu : J’ai réorganisé et développé le système de chemin de fer transcontinental américain en entreprises rentables au lieu d’être des instruments politiques de fraude financière.
Anne : Je vous admire, M. Gould. Vous et le constructeur de chemins de fer James. J. Hill. J’ai particulièrement admiré le fait que vous seuls résistiez à la merde altruiste de votre époque. J’admire votre critique du génie des affaires Rockefeller pour avoir cédé aux canulars de la compassion. J’admire que que vous ayez identifié que les hommes d’affaires les plus talentueux, et ayant le plus de succès, dissipaient leur capital en le reversant au gouvernement, et à des œuvres de bienfaisance,à cause de pressions politiques et religieuses. Vous seul avez identifié la façon dont tout le monde et la société, en particulier les pauvres, pourraient recevoir des avantages illimités si les génies des entreprises réinvestissaient leur argent dans leurs propres entreprises concurrentielles produisant de la valeur – comme vous l’avez toujours fait. … Vous n’avez jamais abandonné votre bienveillance, votre rationalité et vos principes à l’envie et à la malhonnêteté de parasites – les hommes politiques, les prédicateurs, les pseudo-intellectuels.
Tranzu : La destruction intentionnelle du capital ne se produit que dans une anticivilisation.
Anne : Je commence à voir votre concept d’une anticivilisation. C’est un état de folie avec des citoyens emprisonnés dans des dénégations mortelles de la réalité. Oui, les propagateurs d’une anticivilisation doivent saper l’homme d’affaire pour survivre en pillant ses exploits. Ils utilisent l’altruisme pour le dépeindre comme un être maléfique et gourmand. C’est pourquoi ils vous ont étiquetés comme le pire et le plus gourmand des Robber Barons. Mais bon sang, vous et les Robber Barons avez été les véritables bienfaiteurs de la société. Néanmoins, une anticivilisation doit attaquer des personnes comme vous, pour que ses dirigeants parasites puissent prospérer, comme des mauvaises herbes, en usurpant vos créations de richesse. Quoi qu’il en soit, vous êtes un héros de la vie réelle. Vous êtes plus grand que tous les héros que j’ai produits dans mes romans – encore plus grand que John Balt. Eh bien, peut-être que Hank Beardon, mon héros préféré, était comme vous. Mais vous êtiez dans la vraie vie, pas dans la fiction. … Si je vous connaissais à l’époque, M. Gould, je serais tombé à genoux et je vous aurais supplié de me laisser devenir votre gouvernante qui s’occuperait de tous vos besoins. Au diable les féministes. Vous auriez pu me violer sans jamais entendre une plainte. …Etes-vous marié ?
Tranzu : J’apprécie les compliments d’une femme que j’admire énormément. … Oui, j’étais marié sur Terre. Et, je suis toujours mariée à la même femme romantique, plus heureux et plus amoureux que jamais.
Anne : Les plus grands sont toujours pris. Quoi qu’il en soit, comment avez-vous géré ces attaques implacables du gouvernement, de la religion, de la presse et des universitaires ? Comment avez-vous agi si calmement, avec bienveillance, si longtemps face à de telles malhonnêtetés ? Je ne pourrais jamais gérer des attaques maléfiques comme vous l’avez fait avec un tel aplomb. Comment avez-vous fais ?
Tranzu : Je m’amusais trop à convertir un capital en décomposition en entreprises rentables. J’étais trop excité à convertir le plomb en or, avec presque tout ce que j’ai géré. Je n’ai jamais cédé aux critiques et aux attaques. Au lieu de cela, j’ai appris à transformer presque toutes les attaques en profits en expansion. C’était très amusant de contourner les parasites.
Anne : Ils ne les rendent pas comme vous ces jours-ci.
St. Augustin .: Au début de sa « République », Platon a expliqué comment les hommes les plus vertueux subissent toujours le traitement le plus mauvais et le plus injuste de la part de la société.
Tranzu : Sur Internet, un des plus grands hommes d’affaires du monde s’est livré à l’altruisme en gaspillant d’énormes morceaux de son capital – pire que Rockefeller. Je pense que son nom est Ted Turner. Comme Pascal l’a découvert, c’est seulement dans une anticivilisation, qu’un tel génie et une telle stupidité peuvent exister simultanément ! Sur un chemin plus honnête, un certain Bill Gates fait face à des attaques malhonnêtes, envieuses, et de parasitisme, contre son entreprise suprême. J’ai même son système d’exploitation sur mon ordinateur. Je ne sais pas comment il a pénétré ce marché extra-terrestre, mais il l’a fait. Busted la concurrence ici. Quel génie des affaires agressif. Il pourrait devenir le catalyseur de l’anticivilisation de la Terre. … Il ne doit pas céder aux parasites envieux. Au lieu de cela, il doit tirer des bénéfices de leurs irrationalités et de leurs crimes.
Anne : Je vous aime, Jay Gould ! S’il vous plaît, marchez avec moi dans votre domaine. L’ambiance est libre, fraîche et propre. Je ressens une excitation que je n’ai pas ressentie depuis que je suis tombée amoureuse de Bate Randon lors de la rédaction de mon film, « Real Men Never Shrug » (Les vrais hommes ne tremblent pas) … Je veux apprendre de vous, Tranzu, mon cher M. Gould. Des arrangements peuvent être faits pour votre femme.
St. Augustin .: Arrangements ? Comme quoi ?
Anne : Comme sortir avec vous, Augie.
Tranzu : Miss Brand, je sais que vous êtes une adoratrice des hommes, mais s’il vous plaît, relevez-vous de vos genoux.
Anne : Je me suis toujours mis à genoux devant des hommes comme vous …M. Gould, svp, expliquez ce qui se passe.
Tranzu : Je ne peux pas expliquer maintenant. Doit avoir tendance à quelque chose d’urgent – quelque chose d’étrange. Mon ordinateur universel a repris les mots audio de « Leona Helmsley » de Diderot. Mon moniteur continue à signaler qu’elle reste liée à l’anticivilisation. Elle n’est ni ici, ni dans la civilisation de l’univers. Alors, comment Diderot peut-il la rencontrer ? Etrange, en effet. Les signaux d’avertissement de la défense clignotent.
Anne : Ordinateur universel ? Montre moi ce que vous faites.
Tranzu : Vous le saurez bientôt. Vous faites partie de mes projets commerciaux.
Anne : Comment ça ?
Tranzu : Étant de l’anticivilisation de la Terre, vous avez entendu parler d’infopublicités télévisées et de publipostage, souvent dénigrés comme du courrier indésirable ?
Anne: Oui. Mais, ne vous inquiétez pas, j’admire les méthodes commerciales agressives.
St. Augustin .: Je suis perdu.
Tranzu : Vous comprendrez bientôt. Vous allez être mes meilleurs vendeurs derrière mon blitz marketing.
St. Augustin .: Une campagne marketing ?
Tranzu : Mes produits offrent une richesse sans fin, du pouvoir et du sexe romantique. Qui pourrait résister à l’achat avec des témoignages passionnés de vous deux – l’évêque libidineux et l’athée capitaliste ?
St. Augustin : Sexe romantique ! Je n’ai pas vécu ça depuis que je suis adolescent. Combien ? Je veux acheter ! … Vous croyez que j’aurais une chance avec vous, Anne ?
Anne : Comment osez-vous ! Bon Dieu, vous êtes un évêque catholique. … Je suis marié, vous savez.
St. Augustin: Des arrangements peuvent être faits.
Anne: J’y suis allé, c’est fait. Ma liaison avec un jeune héros était ouverte, honnête et précieuse. Cette relation a suscité beaucoup de chaleur chez un groupe de poltrons ne connaissant rien, ne faisant rien. Ils n’ont jamais su à quel point cette relation était précieuse pour nous deux. Il était mon héros. Il développa les méthodes commerciales qui firent connaître l’objectivisme. Tout a mal tourné quand je suis devenu mystique. Création de problèmes là où il n’en existait aucun…. Mais plus jamais. J’ai fait des erreurs. J’ai blessé mon mari. Puis j’ai découvert que j’aimais mon mari plus que quiconque.
St. Augustin : Pensez à la polyandrie. J’approuve ça.
Anne : Quel insolent ! Je n’y penserais jamais sans l’approbation de mon mari.
St. Augustin .: Connaissiez-vous Hugh Hefner (Play-boy)? Il a éliminé la culpabilité sexuelle de la planète Terre empreinte de religion.
Anne : Il a fait des choses héroïques, tout comme Larry Flynt (producteur porno). Mais, ils ne savaient rien de l’amour romantique fondé sur la valeur.
St. Augustin .: Haw ! Je me souviens d’avoir lu des propos de M. Flynt. De grandes parodies qu’il a faites sur les hypocrites religieux. J’ai adoré celui de mon collègue de l’église des saints des derniers jours, le révérend Jerry Falwell, qui a eu des relations sexuelles, avec sa mère, dans une dépendance.
Anne : J’aimais mieux les parodies de Guccione, en particulier la fellation de Jésus sur la croix.(Film Caligula) … Bon sang, finissons-en avec ce sujet sordide.
St. Augustin .: Bien, continuons notre voyage. Je veux en savoir plus sur cette valeur suprême que vous appelez une entreprise.
Anne: S’il vous plaît, soyez notre guide à travers ce royaume merveilleux, Tranzu. Je paierais pour votre temps.
Tranzu : Ces avertissements dans le cyberespace sont quelque chose de grave.
Anne: Sérieuse ? Comme quoi ?
Tranzu: L’ordinateur universel a donné des avertissements, il y a plus de deux millénaires, lorsqu’un orateur nommé Périclès utilisant des malhonnêtetés, comme les avocats, a été découvert approchant ce royaume. Il a essayé d’infiltrer la civilisation de l’univers. Son entourage comprenait une personne que j’avais oubliée jusqu’à ce jour. Il s’appelait Platon. La même personne dont vous avez parlé plus tôt. Ils étaient déguisés en marchands universels de soie lors d’une mission commerciale. Au lieu de cela, ils étaient des néo-tricheurs, de la Terre, désireux d’usurper une richesse et un pouvoir non gagnés, en propageant les maladies de la malhonnêteté, et du mysticisme avec la fausse compassion de l’altruisme. Utilisant des mensonges nobles, ce gang allait subvertir les enfants avec une éducation trompeuse sur les rois philosophes, et un étatisme soutenu par la force. … Un Archange nommé Tranzu a découvert leur plan et les a renvoyés sur l’anticivilisation de la Terre.
Anne : Zut cet archange. Renvoyer ces gars a sonné le glas du futur de la Terre. Nous avons fini par être tous tués, tous ceux qui ont vécu, y compris mon mari et moi. …Attendez une minute. De quoi est-ce que je parle ? La vie après la mort ? Suis-je en train de devenir une sorte de mystique hallucinant ? Qu’est-ce que je fais ici pour vous parler, comme si j’étais en vie ? Qu’est-ce qui se passe, Tranzu ? L’objectivisme est-il faux ?
Tranzu : Ayez confiance en votre objectivisme. Rien de mystique ne se passe. La métaphysique, et l’épistémologie, exprimées dans vos livres résistent – de même que les lois de la nature s’appliquent dans tout l’univers.
Anne : Je veux savoir comment ce qui se passe est compatible avec mes écrits. Comme le disait Aristote, « Tous les hommes ont naturellement le désir de savoir ».
Tranzu : Je vais d’abord devoir créer une matrice de nouveaux contextes autour de tout ce que vous avez écrit. Vous serez choqué mais ravi. L’avancée de votre philosophie aux connaissances actuelles dans l’antichambre de la Civilisation de l’Univers sera aussi grande que celle de la philosophie de Kant par rapport à votre objectivisme sur Terre.
Anne : Impossible. Kant et l’objectivisme ne peuvent pas être liés. Considérez cette comparaison : l’anti-héros Kant était un petit homme petit, sombre, courbé, à la mâchoire réduite. Le héros objectiviste, John Balt, était un homme grand, costaud, à la mâchoire carrée, blond, aux yeux bleus et musclé. Comment pouvez-vous relier ces deux ?
Saint-Aug.: Votre habitude ad-hominem de lier le caractère, et la valeur, d’un homme à ses caractéristiques physiques innées est aussi injuste que le racisme. Une telle bigoterie est non seulement stupide, mais elle contredit l’objectivisme, et empêche d’acquérir de nouvelles connaissances.
Anne : Vous avez raison, Augie. Mon habit homérique est stupide, laid et injuste. Je vais déraciner cette habitude de ma pensée et de mes écrits.
St. Augustin .: Il semble impossible d’être malhonnête dans ce domaine.
Anne : D’accord, c’est génial de corriger les auto-déceptions et les erreurs destructrices. … Pourtant, Tranzu, je veux savoir comment Kant et l’Objectivisme peuvent être liés.
Tranzu : Comme je l’ai dit, vous serez choqué et ravi. Vous vous rendrez compte que le modèle philosophique erroné de Kant ressemblait au modèle astronomique erroné de Ptolémée, qui a néanmoins constitué un outil précieux pour faire progresser la navigation, et le commerce maritime pendant de nombreux siècles. Vous réaliserez ainsi comment le modèle de Kant a fait avancé la pensée abstraite. Mais, aujourd’hui, son modèle n’est plus utile. … Aristote et vous, cependant, êtes comme Galilée et Newton. Vous serez toujours contextuellement valable – c’est similaire à la conception éternelle du triangle de Pythagore … jusqu’à ce que Georg Friedich RiemAnne ait fait avancé ce concept en élargissant la géométrie à un espace courbe.
Anne : Intéressant. Continuez.
Tranzu : Aujourd’hui, dans cet endroit, le développement des connaissances est comme le modèle relativiste / quantique d’Einstein radicalement inattendu du début du XXe siècle sur Terre. Notre modèle, comme le modèle d’Einstein, peut être remplacé par de nouvelles connaissances et découvertes. … Les outils de base développés par Newton et vous êtes ici pour rester, comme le théorème de Pythagore. Mais les œuvres des futurs Einstein et Tranzus évolueront toujours.
Anne : Je ne vous suis pas très bien. De plus, je ne comprends toujours pas comment cela relie Kant à l’objectivisme ?
Tranzu : Vous comprendrez quand vous atteindrez le promontoire surplombant la civilisation de l’univers.
Anne : Promontoire ou pas, comment pouvez-vous placer l’homme le plus méchant de l’histoire, dans n’importe quel contexte, avec Aristote et Newton ?
Tranzu : Qui est diabolique ? Ptolémée, Kant ou Einstein ?
Anne : Kant, bien sûr. Je ne changerai pas ma position sur Kant avant d’avoir des raisons factuelles de modifier mon point de vue.
Tranzu : Concentrez-vous sur les faits et la réalité. Kant était un modèle de moralité comme vous.
Anne : Comment osez-vous dire ça ?
Tranzu : Le problème de l’appel du mal réside dans les méthodes de jugement du mal. Les jugements valables de la moralité ne peuvent provenir de scénarios déductifs extrapolés à partir de l’époque, et des connaissances actuelles. C’est ce qui est fait à Kant. Les jugements moraux ne peuvent être faits que de manière inductive – à partir d’actes objectifs pleinement contextuels. De tels jugements nets et linéaires sont obscurcis par une anticivilisation. Sur Terre, les tueurs directs comme Caligula, Gengis Kahn, Robespierre et Jack l’éventreur sont manifestement pervers. Mais, une anticivilisation cache le mal des tueurs indirects comme Péricles, Rousseau et Lincoln. (ce qui est vu et ce qui est caché à la vue)
St. Augustin .: Je suis d’accord sur Péricles. Je ne sais pas pour Lincoln. Mais, aussi mauvais qu’il puisse paraître aujourd’hui, ne faites pas une chasse aux sorcières avec Rousseau comme le faisait Anne avec Platon et Kant. Ne le rendez pas responsable, ni personne d’autre, responsable de lancer de mauvais sorts sur les autres pendant des siècles.
Tranzu : Vous avez raison. Et rappelez-vous, Rousseau a dit : « L’homme est né libre et partout il est enchaîné. » Maintenant, étendez sa métaphore à ce moment, et à cet endroit, et il dira : « L’homme dans la civilisation de l’univers est libre, et partout dans l’antivivilisation de la Terre, il est enchaîné ». Ironiquement, l’anticivilisation est nécessaire pour comprendre la liberté, la rationalité et l’honnêteté. Car un homme qui n’a jamais connu les chaînes, la malhonnêteté et l’irrationalité ne peut pas saisir sa propre liberté, son honnêteté et sa rationalité.
St. Augustin .: L’homme sur terre est-il condamné ?
Tranzu : Non. Comme dans le cas de Faust de Goethe, les citoyens de la civilisation terrestre ont depuis longtemps vendu leurs âmes à un Méphistophélès, nommé Périclès, pour entrer dans son monde irréel – l’anticivilisation. Pourtant, les êtres conscients sur Terre possèdent les attributs pour devenir des souverains immortels. Ils peuvent acquérir une richesse illimitée, et un bonheur romantique, dans la C of U. Ainsi, aujourd’hui, grâce aux anges d’une honnêteté pleinement intégrée et d’une comptabilité à grande envergure, les terriens peuvent regagner leurs corps et leurs âmes pour revenir dans le monde réel – la civilisation de l’univers – même une personne comme Rousseau.
Anne : En dépit de ce que tu as dit, ce Rousseau pleurnichant était diabolique à son époque, et dans son lieu. Appelez ça de la chasse aux sorcières. Pourtant, son descendant direct était le meurtrier de masse Pol Pot. … Maintenant, expliquez votre jugement qui pose Kant comme moral.
Tranzu : Vous présentez des non sequiturs. Mais avant de m’expliquer à propos de Kant, je dois résoudre ce problème qui clignote sur mon moniteur. Je viens de contacter « Hélène of Vegas » qui est arrivée de la Terre le 23 mars 1998. Elle sera plus utile que moi. Elle a de nouveaux souvenirs de la Terre. Vous aurez besoin de ses perspectives comparatives pour avoir un aperçu des perspectives de tous les jours. … Elle arrive maintenant.
St. Augustin : Elle ressemble à Hélène de Troie ? Je vais poser l’Encomium de Gorgias sur elle.
Anne : Cool, Augie. Ne pensez pas que vous êtes « Paris » et que vous allez emmener Hélène. … Qui est Gorgias ?
St. Augustin : Il était le sophiste grec le plus renommé. Mais Socrate l’a facilement surmonté. … Le grand Socrate a surmonté toutes les malhonnêtes.
Anne : Socrates n’était pas terrible.
St. Augustin : Pas si génial ? La grandeur est la reconnaissance que la vertu est suffisante. Seul Socrate a eu la vertu courageuse de vivre et de mourir selon ses principes. Il était le seul philosophe toujours honnête. … Socrate a choisi la mort par exécution pour éviter de contredire sa philosophie.
Anne : Regarde, une belle femme ! Elle apparaît en pixels! Elle porte une robe moulante faite de fils de platine. Qui est-ce qui apparaît avec elle ? Comment sont-ils arrivés ici? C’est trop. J’hallucine. … Etes-vous Hélène de Vegas ? Qui est cette personne avec vous ? Je dois devenir folle.
Hélène : Vous pouvez faire confiance à vos sens, Miss Brand. Rien ici n’est mystique. Tout peut être expliqué dans les lois de la nature et de la physique. … Je suis Hélène. Rencontrez mon ami Blaise Pascal. Socrate nous rejoindra plus tard.
Anne : Tu es Pascal ! Expliquez cet outrage. Je peux prendre Socrate, bien que Platon l’ait maculé de despotisme. Mais que fait ce fanatique religieux Pascal ici ? Et où diable est Aristote ? Je suppose que vous allez ensuite poser Jésus sur moi.
St. Augustin .: Il serait un jeune homme attrayant pour vous. Jésus était un gars magnifique … et excité.
Anne: Taisez-vous ! Je ne veux plus entendre parler de votre esprit de gouttière Larry-Flynt. … Je demande des explications à Miss Vegas.
Hélène: Vous comprendrez à temps. Mais, d’abord, ne me faites pas de demandes unilatérales, ou à qui que ce soit d’autre. Personne ici ne vous doit d’explications. Vous êtes ici en tant qu’invité jusqu’à ce que vous gagniez votre propre chemin.
Anne : Vous avez raison. Je m’excuse. Je parle comme mes disciples qui me vouent un culte. Bavardant sans tenir compte de mes propres principes de valeurs commerciales. … Dois-je vous appeler Mlle Vegas ?
Hélène : Appellez-moi Hélène. Je suis une comptable d’entreprise de grande envergure.
Anne : Je vous aime bien, Hélène. Vous ressemblez à un homme d’affaires simple.
Hélène : Venez tous les deux, marchez avec Blaise et moi. Tranzu est occupé maintenant. Nous nous dirigerons vers le promontoire de saut quantique – un point à partir duquel Socrate peut vous aider à faire passer vos perspectives de l’anticivilisation de la Terre à la civilisation de l’univers. … Comme Blaise l’a fait il y a des siècles.
Anne : Tu veux dire sa nuit de feu ?
Pascal : C’est à ce moment que mon esprit est passé de l’incompréhensible à l’intelligible.
Anne : Compréhensible ? Comment un tel mysticisme flagrant peut-il être compris ? Compréhensible à quoi ? À un acte de foi radical ? Pas étonnant que Nietzsche ait détesté le christianisme. « Regardez ce que ça a fait à Pascal », a t’il dit avec dégoût.
Pascal : En atteignant ce promontoire de saut quantique, vous verrez un contexte plus large. Vous verrez une image opposée à celle que vous voyez maintenant. Mon travail n’a rien à voir avec la promotion de la foi. Mon travail a tout à voir avec l’identification de l’anticivilisation. Mon travail montre que pour accepter, et investir, dans quelque chose d’aussi irrationnel, et malhonnête, que l’anticivilisation de la Terre, il faut accepter et utiliser ses outils tout aussi irrationnels et malhonnêtes.
Hélène : Ce pieux calviniste, Pierre Bayle, n’impliquait-il pas quelque chose comme ça ? Utilisant le mal et les irrationalités incompréhensibles de la Bible, il désigne le pilleur, violeur et meurtrier, le roi David, comme l’un des êtres chers choisis par Dieu. Bayle montre à partir de là que l’irrationnel, la malhonnêteté et l’injustice sous-tendent l’anticivilisation de la Terre.
Pascal : À cet égard, Pierre Bayle et moi sommes des âmes sœurs. En passant, Pierre est maintenant un érudit qui étudie les écrits d’Anne Brand.
Anne : Un prêtre calviniste étudie mes écrits ? J’ai besoin de ma « nuit de feu » pour passer de l’incompréhensible à l’intelligible. La prochaine chose que vous allez me dire, c’est que Platon était un homme bien – un philosophe bienveillant. … Peut-être quelque chose comme un néo-tricheur à « chapeau blanc » que Tranzu a mentionné.
Hélène : Il était plus que ça. Platon était un brillant manipulateur de mots qui a développé la première philosophie intégrée et complète sur la planète Terre. Avec son travail varié, il a capté la plupart des intellectuels de son époque … et il le fait encore à ce jour sur Terre. Son travail était d’une valeur inestimable pour développer la pensée humaine. Et, sans doute, il a écrit la plus belle poésie jamais créée sur Terre.
Anne : Qu’en est-il de ses prédications totalitaires ?
Hélène : En effet, il a créé l’utilisation des malhonnêtetés, de lois de programme politique soutenues par la force, et le mysticisme malveillant comme principaux instruments du pouvoir totalitaire. Pourtant, en utilisant poétiquement Socrate dans ses « Dialogues », il a livré des valeurs incomparables. Il a montré à l’homme non pas quoi penser, mais comment penser pour apprendre de nouvelles connaissances – pour s’épanouir intellectuellement. À cause de Platon, un Aristote pouvait arriver. Et, alors, l’humanité pouvait avancer dans une anticivilisation. Plus important encore, parce que Platon a jeté les bases philosophiques de l’anticivilisation, il a également semé les bases de sa propre destruction en identifiant dans ses « Dialogues » les malhonnêtetés cachées qui se cachent derrière le sophisme et la rhétorique. La rhétorique sophistiquée est l’outil de la néo-tricherie – un outil pour des objectifs politiques destructifs, des lois arbitraires et une malhonnêteté de type avocat grâce auxquels les dirigeants parasitaires d’une anticivilisation survivent. … Platon a méprisé les sophistes, bien qu’il ait lui-même utilisé la rhétorique sophistique. Car, comme tout le monde, il était lourdement investi dans l’anticivilisation.
St. Au g: Je vais encore me porter garant pour Platon. Lui et Socrate étaient mes phares.
Anne : Ce que je veux dire. Platon a déformé Socrate à ses propres fins pour devenir pendant des siècles le trou de l’enfer des mysticismes destructeurs, des religions, des gouvernements et des philosophies.
Hélène : Combien de Platon as-tu lu ?
Anne: ScAnneé La République.
Hélène : Oui, Platon a projeté des opinions politiques malveillantes dans sa République. Oui, il était élitiste. Il a même préconisé l’assassinat à des fins politiques pour protéger la classe d’élite parasitaire. Mais il faut étudier les dialogues ultérieurs de Platon pour comprendre ce qu’il essayait d’accomplir. On découvre alors que Platon a travaillé pour devenir un philosophe honnête – peut-être plus honnête que vous, Anne.
Anne : Comment pouvez-vous dire ça ? Platon était un totalitaire dogmatique qui manipulait un « monde des formes » bidon. Il suffit de lire sa République.
St. Augustin .: Lisez les œuvres après sa République. Vous découvrirez qu’il était tout sauf dogmatique. Il a toujours contesté ses propres théories et progressé dans la connaissance. Dans ses travaux ultérieurs, à commencer par son Parménide, il a directement interrogé et méthodiquement commencé à saper toute sa théorie des formes. Cette atteinte consciente au travail de sa vie a demandé beaucoup de courage et d’honnêteté. En outre, il a préparé les bases épistémologiques et métaphysiques du philosophe médaillé d’argent, Aristote.
Hélène : Comme Socrate et Platon, nous devons constamment réexaminer nos paradigmes selon l’évolution des connaissances. Ceux qui ne réexaminent pas leurs idées ne peuvent pas changer avec l’avancement des connaissances. Ils stagnent – à l’instar des adeptes du culte aristotélicien, et comme le font aujourd’hui les adeptes du culte de Miss Brand.
St. Augustin .: Et alors ces adeptes du culte, Anne ?
Anne : Hum… !
St. Augustin .: Arrête de bougonner. Pensez plutôt à ce qui est demandé.
Anne : Tu as raison, Augie. Je vais cesser de bougonner et penser à la place. Il faut avoir la discipline pour distinguer entre agir comme un égoïste paranoïaque et agir comme un égoïste honnête. Plus de bougonnement. Plus de comportement comme mes disciples de culte. Comme vous l’avez dit, il est impossible de bluffer dans ce domaine. … Au fait, Augie, qui est le philosophe héros, médaille d’or, de l’histoire ?
St. Augustin .: Vous, Anne. C’est une des principales raisons pour lesquelles je suis attiré sexuellement par vous et vos jambes.
Anne : Merci pour la médaille d’or. Mais, l’or appartient à Aristote. … Et ne vous attendez pas à ce que j’entoure, autour de vous, mes jambes !
St. Augustin .: Nous verrons. … Nous sommes dans une relation téléiaphilia. Nous ne pourrons jamais échapper à ce fait.
Anne : Qu’est-ce que c’est qu’une relation téléiaphilia ?
St. Augustin : Avez-vous lu attentivement votre héros Aristote ?
Anne: J’ai lu des livres sur lui.
St. Augustin .: Lisez ses œuvres sur l’amitié et l’amour.
Hélène : Je pense qu’Anne et Aristotle sont à égalité en tant que héros de la médaille d’or. Et Anne n’a pas totalement tort avec Platon – du moins avec ceux qui ont mal utilisé sa philosophie. Les utilisateurs/manipulateurs de la philosophie de Platon pressaient une « couronne d’épines sur le front de l’humanité » – un fait métaphorique de la réalité, pas seulement une perspective objectiviste. De plus, Platon était un réactionnaire rétrograde, du moins jusqu’à l’écriture de La République. En revanche, Aristote était un innovateur tourné vers l’avenir. Puis ses adeptes du culte ont dogmatisé à tort ses œuvres. Pourtant, qualifier Platon comme étant mauvais est imprécis, surtout quand on le voit dans ses dernières œuvres.
Anne : Mouais … Euh, je veux dire continuer, s’il vous plaît.
Hélène : Dans sa vie ultérieure, Platon s’est rendu compte que le vieillissement et la mort de toute personne consciente qui construisait une vie de connaissances, et de valeurs, n’était pas une façon de gérer l’univers. Platon a alors réalisé que tout le monde sur Terre vivait dans une anticivilisation irrationnelle et mortelle. Ainsi, il s’est rendu compte que toute sa « théorie des formes » était un paradigme sombrant sous le poids des rationalisations afin de « sauver les apparences« . À l’approche de la fin de sa vie, Platon savait qu’il se trouvait dans une impasse et que tout son paradigme devait être remplacé. Mais, il n’avait rien pour le remplacer. Alors, il a continué à essayer de le réparer tout en le détruisant à dessein. À la fin de sa vie, tout en ne découvrant jamais la civilisation de l’univers, il se dirigea héroïquement dans cette direction – vers la direction d’Aristote, et éventuellement vers vous, Anne. … Aujourd’hui, lorsque vous juxtaposez les faits d’une anticivilisation aux idées de la civilisation de l’univers, vous verrez tout sous un angle radicalement différent. Avec un peu de temps, Tranzu et moi démontrerons ces différentes perspectives. Vous commencerez à voir ces nouvelles perspectives à mesure que vous aborderez la civilisation de l’univers.
Anne : Augie et vous avez fait des identifications importantes sur l’honnêteté de Platon. J’aimerais que mon protégé, le Dr Piecrust, puisse entendre vos mots. Il a rapproché commercialement mes œuvres les plus importantes tout en produisant de nombreux produits utiles et rentables. C’est un héros non reconnu, qui est constamment attaqué par des intellectuels qui ne font rien. Bien sûr, il a commis des erreurs, en particulier ses vues sur l’état policier. Mais c’est un gars honnête. Il est honnête, franc et innocent comme Spinoza. Il était plus honnête que moi. Et j’ai fait plus d’erreurs – comme rabaisser irrationnellement d’autres personnes, en particulier le Dr. Randon et les libertaires qui ont fait progresser l’objectivisme de manière commercciale/concurrentielle sur la scène mondiale. De plus, j’ai mal géré certains problèmes émotionnels. Et mes irrationalités ont coûté ma santé, ainsi que celle d’autres personnes, ainsi que beaucoup de bonheur romantique. … J’apprécie vos petits discours.
Hélène : Eh bien, comme l’a enseigné Socrate, les discours ne sont pas le meilleur moyen d’enseigner de nouvelles connaissances – le discours de Balt n’a pas résisté. … Pourtant, de vos nouvelles perspectives de C-of-U, vous allez adorer les « discours » de Shakespeare qui font implosé l’anticivilisation.
Anne : J’en doute. J’ai jamais aimé le sens tragique de la vie de Shakespeare. De même, je méprise les méchants travaux d‘Eugene O’Neil, de Tennessee Williams et d’Arthur Miller.
Hélène : Que savez-vous sur les pièces de théâtre de O’Neil, Williams et Miller ?
Anne : Rien, sauf qu’ils étaient des socialistes. J’ai seulement aimé Sophocle. Et, Aristophane était enthousiasmé par la façon dont il avait abattu Socrate dans les nuages.
St. Augustin .: Avec de telles paroles désinvoltes, je suppose que c’est la raison pour laquelle nous sommes au Purgatoire plutôt qu’au Ciel.
Hélène : Ces écrivains américains aux vues malveillantes ont souligné le néant de l’anticivilisation de la Terre. C’est un ingrédient important dans la compréhension de l’anticivilisation. En ce sens, ils étaient le contraire de la vision héroïque d’Eschyle, de Sophocle et d’Euripide.
St. Augustin .: Est-ce que vous, ainsi que Tranzu, êtes des métaphores d’une sorte de personnage divin ou de dieu omniscient ?
Hélène: Divin ? Omniscient ? Nous sommes autant dans l’ignorance dans la compréhension des perspectives du prochain niveau de connaissances avancées que Anne et vous-même comprenez les perspectives de notre connaissance du C-of-U de niveau élémentaire. À ce niveau d’entrée dans la CoU, je dois aider Tranzu à ajuster sa façon de penser dau sujet de Platon. Il a des perceptions erronées en lisant les critiques étroites d’Anne sur Platon. C’est pourquoi Tranzu a oublié Platon. Dans la plupart des autres domaines, cependant, Tranzu fait progresser ma réflexion dans des perspectives toujours plus larges. Nous progressons dans la connaissance, d’abord par nos propres efforts indépendants, puis par l’échange de nos connaissances nouvellement développées. Ayez de la patience dans votre cheminement vers une honnêteté pleinement intégrée. Les preuves et les bénéfices vont venir. Ensuite, comme chaque personne consciente pourra le faire, vous ferez un saut quantique dans la civilisation de l’univers. A ce moment, l’anticivilisation illusoire s’évanouit.
Anne : Je resterai là pour en témoigner, même avec Augie et M. Pascal en ma présence. … Je dirais que voyager de la Terre vers la CoU, c’est comme inverser « Les raisins de la colère ».
Hélène : Peut-être que cela ressemble plus à Absalom célébrant la disparition du roi David.
Anne : Absalom?
Hélène : Je reçois un message de Tranzu dans le cyberespace.
Anne : Qu’est-ce qu’il dit ?
Hélène : Il a découvert que l’intrus déguisé en Leona Helmsley : Martin Luther King, Jr.! Il a piégé un troupeau d’hommes politiques, d’avocats, de professeurs, de têtes pensantes qui parlent, de célébrités du cinéma prêtes à envahir notre royaume. Ils sont conseillés par des Thrasymaque, de l’époque de Platon, par Nicolas Machiavel, et son semblable, Terrien, qui personnifient des canulars cyniques de (fausse) compassion. Je suppose que ce serait Bill Clinton. … Je vais recommander qu’ils soient confrontés à un philosophe objectiviste de premier plan – Malcolm X – récemment formé par Socrates aux méthodes pour éduquer les esprits corrompus.
Anne: Mon Dieu! Malcolm X, premier philosophe objectiviste ! Je vais avoir une crise cardiaque. … Et qui est Bill Clinton?
Hélène: Bill Clinton est le 42ème président des États-Unis. C’est un agent kamikaze qui s’efforce de faire disparaître l’anticivilisation de la Terre.

— à suivre —

Cent dialogues
Dialogue n ° 2
Malcolm X et Socrates
mette en faillite
le Grand jeu de poker cosmique

Gardant la porte de la Civilisation de l’Univers, Jay Gould Tranzu, portant la lumière, est un protecteur commercial de la vie consciente. Il découvre un entourage imbriqué de néo-tricheurs professionnels : des élites parasites issues de l’histoire de la Terre.
Ces intrus ont déguisé la philosophie, la politique, l’éducation et la religion sous les formes de Jean Jacques Rousseau, Abraham Lincoln, John Dewey et Martin Luther King, Jr.
Tranzu envoie Malcolm X et Socrates intercepter les intrus qui se trouvent à bord d’un navire-amiral nommé Sluos Daed rof Sedah (à l’endroit : Souls Dead for Hades / des ames mortes pour Hades ) – un navire sur lequel se rencontrent les malhonnêtetés des vivants et des morts. Ceux qui sont à bord semblent être unis par des âmes si corrompues, si mortes, qu’elles ne peuvent pas reconnaître davantage d’empathie pour l’honnêteté et la vertu. Mais sont-ils tous corrompus et morts (les esprits des humains) ? Y a-t-il des contre-agents à bord qui planifient de tirer profit de cette cargaison de néo-tricheurs/escrocs fantomatiques ? … Le navire géant est commandé par un homme unijambiste, nommé Achab, qui cherche à se venger du grand tricheur blanc, qui, selon lui, se cache dans la civilisation de l’univers (C of U). (allusion à Moby Dick, la baleine blanche)
Le navire naviguera sous le camouflage de la compassion sans borne construite sur une rhétorique sophistiquée. Malcolm X et Socrates localisent le navire. Ils discutent rapidement en passant devant l’eunuque qui garde la passerelle. Une fois à bord, ils trouvent le navire rempli d’avocats, de prédicateurs, de politiciens, de professeurs, d’universitaires, et de sophistes qui se prélassent, parlant tous à la fois. Malcolm X et Socrates, rejoints par Platon, cherchent le chef le plus persuasif de l’équipage, le champion sophiste – Protagoras. … Socrate conteste la maxime du sophiste : « L’homme est la mesure de toutes choses ». Socrates convainc alors Protagoras d’organiser un énorme jeu de poker afin que tout l’équipage puisse gagner facilement de l’argent pour dépenser de l’argent dans la civilisation de l’univers.
Le poète divin Dante et Gandhi en pagne terminent le jeu de façon inattendue. Grâce à Platon, Tranzu réalise des profits commerciaux en gagnant les producteurs de valeur potentiels de ce jeu de poker. Tranzu les gagne non pas en tant qu’esclaves bien-aimés décédés de Morrison, mais en tant qu’entrepreneurs Néo-tech vivants de Wallace. Platon renvoie le reste – les criminels irrécupérables – sur Terre, dans leur domaine de tombes oubliées, de sombres malhonnêtetés et de crimes cachés.
Dans le dialogue n ° 3, Hélène de Vegas découvre que des profits commerciaux peuvent être générés par n’importe qui, même par des perdants irrémédiables. Elle achète donc les droits de leurs travaux avec une cache d’huile de baleine « illégale » découverte dans les entrailles du navire du capitaine Achab. Avec ces perdants, elle crée une civilisation à super croissance sur Terre.

Acte 2 sur 3

Tranzu : Regardez ces données du cyberespace. Est-ce vraiment un homme noir qui se fait passer pour la capitaliste, Leona Helmsley ?
Malcolm X : Oui, c’est bien Martin Luther King. Ce coquin.
Tranzu : Le connais-tu ?
Malcolm X: Oui, bien sûr. J’ai aimé le gars. Il avait des tripes. Il a fait du bien en affrontant les bigots de la Terre. Mais, hélas, c’était un vieux néo-tricheur/escroc – un bluffeur par excellence. Néanmoins, je dois lui tirer mon chapeau. Lui et Gandhi m’ont appris l’impuissance de la haine et de la force. Ils m’ont appris le pouvoir de la non-violence en combinaison avec une rhétorique émotionnelle. Mais, Martin a cherché à mettre fin au racisme pour pouvoir filouter les Blancs comme les Noirs. Des discours de rêve émouvants – comme ceux de William Jennings Bryan, Cross-of-Gold / Crown-of-Thorns. Tout le monde l’acclame, jette ses chapeaux en l’air et fait l’éloge sans savoir ce qu’il a dit. … Hitler a maîtrisé cette technique.
Tranzu: King est un néo-tricheur/escroc ?
Malcolm X : Bien sûr ! Martin était là pour plumer la classe ouvrière, les Noirs et les Blancs, pour le pouvoir et sa gloire. Il a travaillé pour les asservir avec le socialisme criminel et la religion frauduleuse. Il n’a jamais appris à être un producteur de valeur compétitif. C’est pourquoi il n’a jamais réussi à rejoindre la Civilisation de l’Univers.
Tranzu : Il essaie d’entrer maintenant ?
Malcolm X : Oui. C’est pourquoi il est déguisé ici en Leona Helmsley. Clever de Martin. Mais, il a mal calculé. Il n’a pas réalisé qu’elle vivait toujours sur Terre. C’est pourquoi son mari, Harry Helmsley, et Socrates, entrepreneur, né à nouveau, sont avec moi en tant que conseillers. Harry va confronter King. Ensuite, Socrates, un savant du marketing, peut enseigner à Martin la moralité des affaires et des profits – la moralité d’être un producteur de valeur compétitif plutôt qu’un néo-tricheur/escroc parasite.
Hélène : Je pense que votre point de vue selon lequel le Dr King est un néo-tricheur doit être ajusté.
M. Helmsley : D’accord. Le révérend King était le célèbre leader des droits civils qui a remporté le prix Nobel de la paix en 1964. … Vous dites quand même qu’il s’est déguisé en ma femme ? Il a maintenant un visage blanc, et en robe ? C’est difficile à avaler. En outre, j’ai toujours pensé que le prix Nobel de la paix était une fraude. Un prix de la paix socialiste, ce n’est pas ce que le capitaliste Alfred Nobel avait prévu lorsqu’il a financé ses prix en 1896.
Malcolm X : Bien sûr, le prix Nobel de la paix est une fraude. Et regardez comment King, ce bluffeur au chapeau noir/malveillant, tente de s’infiltrer dans ce monde des affaires. Il a même triché pour obtenir son doctorat en Mickey Mouse. Quoi qu’il en soit, je peux maîtriser ses stratagèmes avec une tactique de chapeau blanc/bienveillante qui effacera ses crimes socialistes et ses fraudes religieuses. Ensuite, nous l’éduquerons pour qu’il devienne un entrepreneur produisant de la valeur. King est trop talentueux pour rester mort en tant que néo-tricheur/escroc. En outre, nous avons besoin de lui pour tirer profit de méchants certifiés comme Rousseau, Lincoln, et Keynes.
M. Helmsley : Que savez-vous sur Keynes ?
Malcolm X : Je sais que sa fausse économie socialiste / fasciste a fait plus pour empêcher l’avancement des Noirs et ruiner la classe ouvrière que tout autre élément de l’histoire.
M. Helmsley : Est-ce que Keynes ne s’inquiétait pas de la possibilité de détruire l’avenir et de blesser des milliards de personnes ?
Malcolm X : Non. En fait, il a adoré cette pensée. Keynes et son groupe élitiste « Bloomsbury » ne se sont jamais souciés de la destruction, et des souffrances, que sa théorie économique corrompue infligerait en fin de compte aux populations du monde. Considérez sa réponse perverse face au fait que ses pragmatismes appauvriraient et asserviraient la classe ouvrière à long terme : « Et alors ? », Rigolait Keynes. « Nous serons tous morts à long terme ». La même attitude a été affichée par Martin.
Hélène : Ralentissez, Malcolm. Faisons preuve d’équité dans vos accusations. Le Dr King ne ressemblait en rien à cet élitiste Keynes. Si vous étudiez les dernières Anneées de King, vous verrez qu’il s’est éloigné de ses idées socialistes. De plus en plus, il se concentrait sur les droits individuels. King avançait au-delà de son livre Stride Toward Freedom. Il s’éloignait de la fausse notion « liberté d’esprit » promue au sens totalitaire, et mystique, de Rousseau. King se dirigeait vers la liberté de la libre entreprise promue dans le sens objectif, droit naturel, de John Locke, John Stuart Mill et Milton Friedman.
M. Helmsley : Ensuite, il a été tué.
Hélène : Oui, il a été tué à seulement 39 ans en abandonnant le stratagème biblique manipulateur « La vérité vous libérera », de Rousseau, Hegel et de Marx. King cherchait les lois inviolables de la nature, de la physique et de l’univers. Il évoluait comme vous, Malcolm, lorsque vous avez également été tué à seulement 39 ans. … King et vous avançiez vers l’objectivisme lors de vos derniers jours sur Terre.
Anne : King se dirigeant vers l’objectivisme ? J’en doute.
Malcolm X : Qu’en est-il de ses faux stratagèmes de boycott de bus et de discours sur un rêve ?
Hélène : Ce n’était ni faux, ni des stratagèmes. J’ai vécu à Montgomery, en Alabama, lorsqu’il a remporté sa victoire spectaculaire dans le boycott des bus. C’est à ce moment-là que King commença à passer de la recherche d’un pouvoir non acquis, par le biais de fraudes religieuses et de crimes socialistes, à un pouvoir véritable, fondé sur une persuasion morale, non forcée, et sur les droits naturels des individus. Sa nouvelle idée était de saper l’injustice de l’anti-civilisation par la désobéissance civile, et l’évitement de la force dans chaque action. … Dr. King méritait effectivement le prix de la paix.
St. Augustinustin .: Evitement ? Qu’est-ce que ça veut dire ?
Malcolm X: Cela signifie fuir ou éviter. Où avez-vous été éduqué ? En Ouganda ?
Anne : Arrêter les insultes ad-hominem X. Mon ami Augie est beaucoup plus intelligent que vous.
Hélène : King réalisa que (l’utilisation de) la force était l’essence même de l’anticivilisation de la Terre. On pourrait éliminer les crimes, et les injustices, de l’anticivilisation en rejetant ses lois à objectif politique soutenues par la force. Le nouvel outil de King consistait à diriger la colère et la haine non pas contre qui que ce soit, mais à diriger la colère et la haine contre l’anticivilisation et ses fausses lois à d’ordre politique. … Dans l’anticivilisation, tout le monde, y compris les méchants, sont des victimes.
Malcolm X : Qu’en est-il de son discours sur son rêve ?
Hélène : Son discours sur son rêve est non seulement dépourvu de colère et de haine, mais il contient une douzaine de références à la liberté. Ces références ne désignent pas le socialisme, qui exige la force, mais la liberté individuelle, qui exige la liberté garantie par la justice et le droit naturel. … King rejetait l’injustice et les lois politiques qui corrompt tout le monde sur Terre.
M. Helmsley : Quelle était sa vision de la justice et du droit à la fin de sa vie ?
Hélène : Comme je l’ai dit, King passait d’un objectif politique socialiste à une vision de la loi naturelle – à une vision du droit de la civilisation de l’univers en prolongeant la proclamation de saint Augustin selon laquelle « une loi injuste n’est pas une loi du tout « . (« Oserons-nous dire que ces lois sont injustes, ou plutôt qu’elles ne sont pas des lois ? Car à mon avis, une loi injuste n’est pas une loi. »)
Anne : Bravo, Augie ! Je ne savais pas que tu pensais comme ça. … Je deviens plus amicale envers vous.
St. Augustin .: Nous continuerons à nous réchauffer jusqu’à ce que nos cœurs s’enflamment. Et, je ne te quitterai jamais à cause de ton âge. … Nous sommes des âmes sœurs pour toujours.
Anne : Oui, bien sûr. Comme certains hérétiques objectivistes ont dit que je suis une âme sœur de Sartre. En outre, je ne reproche plus à Randon de m’avoir quitté à cause de mon âge.
Malcolm X : Vous voyez, je vois ce lien d’âme entre vous et Sartre.
Anne : Taisez-vous ! Une connexion de l’âme avec Augie est déjà assez mauvaise. Quoi qu’il en soit, laissez Hélène continuer. J’apprends quelque chose.
Hélène : Le Dr King a étendu l’opinion d’Aquin selon laquelle « une loi injuste est une loi humaine qui n’est pas enracinée dans la loi naturelle éternelle ». King a déclaré : « Toute loi qui défend la personnalité humaine est juste et devrait être appliquée ». Il a également déclaré que « toute loi qui dégrade la personnalité humaine est injuste et doit être rejetée ».
Malcolm X : Je suis d’accord. Bonne pensée de mon homme, Martin.
Anne : Faible raisonnement, si vous me demandez. Une telle réflexion mène au totalitarisme.
Hélène : Quoi qu’il en soit, le Dr King a dépassé les idées naïves de Gandhi sur la liberté swaraj. King s’éloignait de ce piège de fausse liberté socialiste (une liberté de groupe n’est pas la liberté, elle ne peut être qu’individuelle). Il s’orientait vers des idées sophistiquées de liberté capitaliste. … King éliminait le mysticisme oriental pour une réalité objective.
Anne : King élimine le mysticisme pour la réalité ? Génial !
Hélène : King n’a jamais atteint le niveau de Malcolm selon lequel les entrepreneurs étaient la clé pour libérer les Noirs et tous les autres.
Malcolm X : Vous avez raison pour moi. Et peut-être ai-je perdu mon point de vue sur Martin. J’étais peut-être jaloux de son discours sur « son rêve » époustouflant. Je devrai étudier ce discours et les dernières Anneées de sa vie plus attentivement. Merci pour les faits et le contexte de mon ami Martin.
Anne : Nous apprenons, et changeons, en recherchant de nouveaux faits dans des contextes toujours plus larges. … Les adeptes de ma secte ont besoin d’apprendre cette idée, tout comme j’apprends maintenant.
St. Augustin : Vous savez, Anne, nous allons créer une entreprise compétitive pour leur apprendre. Ce devrait être un grand marché, en particulier avec vous, dans nos infopublicités.
Anne : Je ne me vois toujours pas dormir avec un maure.
Malcolm X : En finir avec le racisme. D’ailleurs Augustin n’est pas Othello. C’est un blancos comme vous. … Quoi qu’il en soit, pour le moment, que faisons-nous de Martin qui s’habille de la même manière que Leona Helmsley ? Appelez-moi Big Red, mais regardez cette simulation par ordinateur. King n’est pas seulement blanc, il porte des talons aiguilles et une mini-jupe. Barf, il ressemble plus à J. Edgar Hoover en drag qu’à Leona.
Tranzu : Mon rapport de moteur de recherche indique que King et vous, avez été assassinés dans l’anticivilisation.
Malcolm X : C’est vrai. Martin a été tué par des fantômes du gouvernement. Ils voulaient augmenter leurs pouvoirs bureaucratiques en intensifiant la violence raciale. Ils ont infiltré le KKK et ont raconté que King avait des relations sexuelles avec des femmes blanches. Des abrutis ont été enflammés pour tuer King. Les agents du gouvernement ont alors dupé un nigaud à prendre le rap seul. … Cela semble paranoïaque, mais ce sont les faits.
Hélène : Eh bien, ça vient peut-être d’une émission radio-talk-show. Plus précisément, les parasites dépendant du gouvernement étaient menacés par le changement radical produit par ML King vers la liberté individuelle au cours des derniers mois de sa vie. Son changement ressemblait à celui de Malcolm au cours des derniers mois, qui menaçait les parasites noirs-musulmans.
Anne : Quelle était la menace de King ?
Hélène : Il aurait pu devenir le reflet inversé d’Elvis Presley. Elvis a pris d’assaut le pays en étant un Blanc dansant avec les mouvements d’un Noir. Ils ont vu le Dr King prendre d’assaut le pays en tant que Noir charismatique avec les idées de libertaires blancs comme Locke, Mill et Brand.
Anne : Ne lie pas mon nom avec les libertaires !
Hélène : Anne, essaye de surmonter cette hostilité irrationnelle envers tes alliés naturels.
Anne : Tu as raison. C’est une habitude malhonnête. Regardez ce que j’ai appris à mes disciples. Plus la compétition est proche, plus les hostilités malhonnêtes sont grandes. … Quel groupe de perdants ils sont devenus avec mon aide.
Hélène : Pour en revenir au point : King aurait pu devenir un président très populaire. Il aurait pu balayer les éléments coercitifs du gouvernement qui violaient la loi naturelle et les droits individuels. … Bien sûr, la classe dirigeante d’élite parasitaire devait éliminer King.
M. Helmsley : Est-ce que Louis Farrakhan a ordonné votre assassinat, Malcolm ?
Malcolm X : Je ne sais pas. Ma fille le pensait Mais, c’était définitivement un coup porté par les nationalistes de l’islam. Ils m’ont abattu après que j’ai découvert le pouvoir des producteurs de valeur individuels sur le racisme, les dogmes, et les escrocs hypocrites comme Elijah Mohammad.
M. Helmsley : Vous préconisiez l’individualisme ?
Malcolm X : Oui, l’individualisme et l’honnêteté, pas le collectivisme et la malhonnêteté. J’ai trouvé la liberté individuelle grâce à l’honnêteté intégrée au cours de la dernière Anneée de ma vie. J’ai découvert que la vérité promue par Platon dans ses « formes idéales » était fausse. Que la Vérité avec un V majuscule était un outil de manipulation utilisé par les escrocs de Périclès jusqu’aux auteurs de la Bible, aux papes, à Lénine, à Elijah Mohammad. J’ai abandonné tout le dogme de la vérité et j’ai commencé à poursuivre la réalité objective, comme un voyage sans fin, sur la route de l’honnêteté. J’ai appris que la vie doit être vécue en tant qu’individu, grâce à une honnêteté intégrée. Un tel voyage apporte la prospérité et le bonheur éternels.
St. Augustin .: Que s’est-il passé pendant ton voyage ?
Malcolm X : . Ma vie changeante a tourné à 180 degrés. Je n’étais pas « L’ Homme invisible » comme l’écrivait Ralph Ellison. J’étais un individu – un frère individuel qui a rejeté les fraternités collectivistes. J’ai commencé à exposer le canular/escroquerie de la « Nation of Islam » et à libérer ceux qui étaient opprimés par les élites criminelles de l’islam noir. Ils ont dû m’étouffer. Le jésus laïque a été étouffé quand il a fait la même découverte. Il a été crucifié lorsqu’il a commencé à éduquer, et à libérer, les esprits automates de la population. Il les dirigeait vers le libre arbitre, l’indépendance d’esprit, c’est à dire vers la conscience autonome. … Aujourd’hui, l’honnête charpentier Jésus construirait des gratte-ciels. Il libèrerait également la classe ouvrière en démantelant à la fois des canulars religieux, soutenus par des fraudes, et des canulars gouvernementaux, soutenus par la force.
M. Helmsley : N’oubliez pas que la foule démocrate a forcé Socrates à boire la cigue en raison de son manque de piété et de son incorrection politique, de son non conformisme.
St. Augustin .: Souvenez-vous, la foule démocrate a voté pour la mort de Jésus à cause de son manque de piété et de son injustice juive.
Socrate : Regardez ce que la foule catholique a fait à Giodarno Bruno pour son manque de piété, et ses manquements de catholique.
Malcolm X : La foule démocrate a élu Hitler pour sa rigueur « morale » – pour son blâme contre les Juifs, pour ses discours « obtenir quelque chose pour rien ».
Hélène : Et le président Clinton pour ses discours moraux « blamons les autres », ses discours mielleux « vous aurez quelque chose pour rien ». … Pourtant, ne blâmez pas Clinton. C’est un leurre qui travaille dans un joli déguisement de Leaves of Grass (poésie de Whitman). C’est un agent précieux qui brise les illusions. … La justice viendra lorsque les citoyens abandonneront leur respect pour les dirigeants politiques. (ne pas le réformer, le laisser faire, montrer son comportement, le discrédit viendra tout seul)
Tranzu : Ce rapport indique que Plato et Lincoln seront en croisière avec King.
Malcolm X : Je peux déjouer ces gars. Lincoln, le libérateur des esclaves ? Ha ! Cet avocat en quête de pouvoir voulait empêcher les Noirs et la classe ouvrière d’être libérés par la libre entreprise croissante des États-Unis. Lincoln était prêt à asservir tout le monde avec la force, soutenue par une arme à feu, et avec ses bombes totalitaires à retardement. Et il a réussit. Aujourd’hui, sur la planète Terre, les bombes à retardement de Lincoln explosent à la vue de tous. … Il suffit de regarder l’IRS, soutenu par des armes à feu, institué par Lincoln. Regardez les esclaves d’État, dépendants du gouvernement, principalement des Noirs.
Socrates : Je ne sais rien de Lincoln ou de ML King, mais ne soyez pas si prétentieux à propos de Platon. Il n’avait pas de match sur Terre. … Quoi qu’il en soit, ne vous inquiétez pas pour Platon. Il est avec nous
Tranzu : Qu’est-ce que vous voulez dire, il est avec nous ?
Socrates : Il vient de la Civilisation de l’Univers.
Tranzu : J’avais oublié Platon. C’est pourquoi je ne l’ai jamais cherché (dans les textes) dans la civilisation de l’univers. Maintenant, ma mémoire est de retour, grâce à Hélène de Vegas. Je dois avouer que je n’ai jamais lu Platon. Ma connaissance et mes opinions sur lui étaient de seconde main – principalement tirées des œuvres d’Anne Brand. Je n’ y ai pas réfléchi seul. À cause de ses critiques « ad-hominem », j’ai automatiquement rejeté Platon, puis je l’ai oublié. J’ai supposé, à tort, qu’il avait disparu en tant que néo-tricheur irrémédiable. J’ai supposé qu’il n’avait jamais été capable de créer des valeurs honnêtes par le biais des affaires. Alors je l’ai oublié. … Devinez, comme moi, Miss Brand n’avait aucune connaissance approfondie du travail et des réalisations de Platon.
Anne, tu as raison. Mes connaissances ont été choisies pour correspondre à mon programme/matrice « anticivilisation » biaisé… et pour amener mes adeptes de culte à ne vénérer, exclusivement, que moi-même et mes idées. Zut, non seulement j’ai verrouillé leurs esprits, mais j’ai verrouillé mon propre esprit. … Augie m’a montré que j’étais à des kilomètres de Platon.
Socrate : Je vais vous dire un secret. Je suis en partenariat d’affaires avec Platon. Nous vendons des outils d’apprentissage en concurrence avec Tranzu. L’Anneée prochaine, nous allons lancer une offre d’actions en vue d’une introduction en bourse permettant de mobiliser des capitaux pour étendre nos marchés dans ce royaume du purgatoire. Un tel royaume sans fonds devrait être un marché d’éducation en plein essor.
M. Helmsley : Je suis d’accord. Ce sera un grand marché. … Téléphonez à mon directeur financier, Jim Fisk, lundi matin. Je souscris à 20% de votre offre.
Tranzu : Que fait encore ML King dans l’antivivilisation ?
Malcolm X : Il cultive probablement ses perdants destructeurs de valeur. C’est sa spécialité. Peut-être est-il en train de créer des entreprises bienveillantes pour tirer profit des néo-tricheurs/escrocs de la Terre.
Tranzu : Si Platon est dans la CoU, que fait-il en croisière avec le Dr King?
Socrates : Platon est dans un royaume de connaissances plus avancé. Il nous amène sur un nouveau marché en repoussant les attaques des néo-tricheurs/escrocs sur les jeunes esprits. Platon élabore un plan d’entreprise pour étendre son marché. … Je lui envoie un courriel maintenant pour que nous puissions coordonner les plans d’affaires.
Malcolm X : Dans mon royaume sur Terre, Platon n’était considéré que comme un homme blanc et mort ne méritant pas d’être lu. Peut-être que maintenant je peux apprendre quelque chose sur les affaires avec lui.
Socrate : Vous le ferez . Et il va apprendre l’Objectivisme par vous.
Anne : Platon apprenant l’objectivisme de Malcolm X … oh, non.
Socrates : Attendez … Platon répond à mon email. Écoutez ça….
Malcolm X : J’écoute. Socy !
Socrate : Il a trouvé le grand navire d’Hadès. Il est rempli d’avocats, de politiciens, de bureaucrates, de chefs religieux, de dictateurs et de professeurs d’université. Platon a été arrêté à la passerelle par un eunuque gardant l’entrée avec une longue épée courbée. L’eunuque a accusé Platon d’être un politicien homosexuel, originaire de Rome. Quand Platon lui a dit qu’il était à la tête de l’Académie, à Athènes, en Grèce, l’eunuque a insisté pour qu’il réponde à l’énigme d’Eschyle. Vous savez, dans le sphinx d’Oedipe Rex (Oedipe Roi), :
« Qu’est-ce qui marche à 4 pattes le matin, 2 à midi et 3 le soir ? »
Platon lui a donné la bonne réponse – « l’homme ». Mais le garde a rejeté cette réponse et menace Platon de son épée. … Nous devons l’aider maintenant.
Tranzu : Quelle réponse ce garde cherche-t-il ?
Malcolm X : Il cherche une réponse humoristique grossière à propos du pouvoir eunuque, qui utilise ses organes génitaux manquants, comme métaphores.
Socrate : Comment tu sais ça ?
Malcolm X : mon homme protégé. … Tranzu, envoie-moi Harry et Socrates pour aider Platon. Nous allons le faire passer ce garde.
Tranzu : Je vais maintenant vous mettre au programme de pixellisation.
* * *
Socrates : Platon, mon fils bisexuel !
Platon : Socrate, mon cher mentor ! Je savais que tu étais le seul à me sortir de ce problème. … Qui est ce beau monsieur avec vous … et cet esclave noir-africain ?
Malcolm X : Esclave noir-africain ! Bon sang, qui est ce mec ? Et où pense-t-il que j’ai eu mes cheveux roux ? Peut-être avaient-ils raison de me dire que Platon n’est rien de plus qu’un Grec, blanc, mort dont on ne peut rien apprendre. Pas étonnant qu’il ait écrit « La République » – son manuel « Comment devenir un maître d’esclave totalitaire ». Sa société de dirigeants parasites, élitistes, brandissant et proclamant des malhonnêtetés semblables aux avocats, avait besoin d’esclaves pour survivre. … Je devrais donner un coup de poing sur le beau visage de Platon.
Socrate : Cool, X. Souviens-toi des leçons de King. Mettez la question de Platon dans son contexte historique avant de tirer àboulet rouge, vous avez une réaction qui crée des problèmes. A son époque, la majorité des gens, à Athènes, étaient des esclaves. … Exercez un peu de DRC.
Malcolm X : DRC ?
Socrate: Discipline, Réflexion, puis Contrôle.
Malcolm X : Vous avez raison. J’étais hors de contrôle. J’ai réagi comme un perdant anticivilisation. Pourtant, une telle déclaration, ignorante, de la part de ce noble menteur, ce roi philosophe, m’a énervé.
Platon : Est-ce que je comprends mal quelque chose ? Socrate, aide-moi là-dessus. Je n’ai pas seulement des problèmes avec ce garde et son épée, mais, maintenant, j’ai contrarié votre serviteur.
Malcolm X : Youpi, j’ai été promu au rang de serviteur. Double fichu. Et, ce gars est dans le royaume avancé C-of-U ? On dirait qu’il est toujours pris dans l’antivivilisation. Mec, je peux diriger des cercles de concurrence autour des affaires de ce type, peu importe le domaine dans lequel il se trouve. … Et, remarquez bien mes mots, je vais faire exactement cela. Il est facile Je vais certainement prendre quelques options de vente contre ce gars. S’il n’était pas impliqué avec Socrates, je vendrais toute son introduction en bourse.
Platon : D’abord, réglons le problème avec ce gardien bureaucrate aux problèmes génitaux. J’ai essayé de l’aider en lui promettant des consultations psychologiques afin qu’il puisse s’adapter à son état de privation d’éjaculation. Il a répondu de manière ingrate en menaçant de me faire aimer de lui avec son épée phallique.
Malcolm X : je ne peux pas croire que vous êtes de la CoU. Vous parlez comme un libéral de l’anticivilisation, maniant le politiquement correct hypocrite, combiné à une compassion malveillante.
Platon : Il est difficile de rompre avec les vieilles habitudes. Mais que dois-je faire à propos de ce garde eunuque ?
Malcolm X : Je vais m’en occuper. … comment vous appelez-vous mon brave homme … euh, mon bon eunuque ?
Eunuque : Jennifer.
Malcolm X : Beau nom. Maintenant, rangez votre épée. Dites-moi qui vous a castré. Il est temps que justice soit faite. Il est temps de te rétablir. Il est temps que votre nom soit changé en Sluggo. … Voulez-vous que je vous aide ?
Eunuque : Oh oui! Personne ne m’a jamais offert justice ou aide. Personne ne s’est soucié de ce qui m’est arrivé. Personne ne s’est jamais soucié du grand crime qui m’a été infligé en tant que petit garçon sans défense. … Sluggo. Quel joli nom !
Socrates : Sluggo ? Gandhi n’approuverait pas.
Eunuque : Et alors ? Ce squelette vêtu de pagne est la plus grande mauviette de ce navire. … Oh, svp, laissez-moi garder le nom Sluggo. C’est tellement macho.
Malcolm X : Ici, ici, mon cher Sluggo. Laisse-moi t’aider à décoller. Laisse-moi essuyer ton flot de larmes.
Eunuque : Merci, merci. Vous êtes tellement adorable. Ce sont les larmes retenues pendant 200 ans. J’avais 9 ans lorsque l’église catholique m’a castré pour chanter en soprano dans la chorale du Vatican. N’ayant pas fait la chorale, ils m’ont jeté dans les rues. J’ai survécu en vendant mon corps stérilisé à des hommes pervers et à des femmes blasées. Je n’ai jamais ressenti, ni expérimenté la joie sexuelle… seulement une misère horrible. Je ne peux même pas me masturber.
Malcolm X : Qui est responsable de ce grand crime de mutilation ? Qui est responsable de vous avoir castrer ? A-t-il déjà été puni ?
Eunuque : le pape Pie était responsable. Les papes sont responsables de millions de crimes capitaux. Ils ne sont jamais punis. Il n’y a pas de justice. Même les papes qui ont gardé des harems de petits garçons et de filles restent impunis.
Malcolm X : Il va payer pour son crime contre vous. Il sera puni, je le promets. … Est-il sur ce navire ?
Eunuque : Bien sûr qu’il est sur ce bateau. Chaque pape qui a jamais vécu, et est mort, est sur ce navire d’âmes mortes avec tous les autres criminels qui ont fait du mal, aux autres, sur la Terre sans avoir à payer pour leurs crimes.
Malcolm X : D’accord. Voici le plan pour la justice et les profits. Avec la dynamique de Tranzu, nous pouvons même profiter de Hitler, et de Mao, tout en traduisant tout le monde en justice. La rétribution et la restauration prévaudront pour leurs victimes, y compris vous, Sluggo. … Mes frais seront raisonnables.
Eunuque : Sluggo. Quel joli nom. Les frais, je les paierai avec reconnaissance pour que justice soit rendue. Je sens presque une érection qui va venir. … Voulez-vous changer le nom du pape en Jennifer ?
Malcolm X : moyennant un léger supplément.
Eunuque : Ok ! Allons à bord.
— à suivre —
Cent dialogues
Dialogue n ° 3
L’Anticivilisation de la Terre en voie de disparition
pour
des Profits commerciaux et l’amour romantique éternels
Le dialogue n ° 3 montre que ceux qui se trouvent à l’entrée de la civilisation de l’univers peuvent disparaître de l’anticivilisation. En commercialisant par le biais d’une honnêteté intégrée, les gens peuvent profiter de la disparition de la dynamique meurtrière de la Terre, à savoir l’irrationalité, le mysticisme et les lois à l’ordre du jour politique.

Acte 3 de 3

Hélène : Bon travail de Malcolm X, Socrates et Platon. Ils ont engagé les producteurs potentiels de valeur – les mettent sous contrats de 1 an à 1 million d’Anneées. Malcolm X a renvoyé les irréductibles à l’anticivilisation de la Terre – le seul endroit où la mort, et les tombes, existent.
Tranzu : Comment pouvons-nous tirer profit de ces irrécupérables. Comment pouvons-nous tirer profit du temps, de l’énergie et de la réflexion consacrés à les intercepter et à les repousser ?
Hélène : C’est là que mon plan d’affaires entre en jeu. Mon plan compte sur ces perdants irrémédiables.
Socrates : Pouvez-vous concilier bénéfices commerciaux et perdants irrémédiables et un avenir éternel ?
Tranzu : Bien sur. Les profits concurrentiels tissés de l’honnêteté sont le mécanisme d’un avenir éternel.
Socrate : Si j’avais su cela il y a 2 400 ans, j’aurais pu faire disparaître les malhonnêtetés de Périclès, et mettre fin à sa guerre qui a mis fin à la progression d’Athènes vers la civilisation de l’univers.
Anne : Amen. Reconnaître le génie héroïque des entreprises lucratives était le chaînon manquant à ma connaissance. Réaliser ce simple fait aurait pu prévenir les erreurs les plus désastreuses de ma vie. Malgré mon admiration des affaires reflétée dans mes romans, je n’ai jamais apprécié les liens qui existent entre le génie des affaires, le bonheur et le succès de l’objectivisme sur Terre. Sans cette appréciation, j’ai claqué la porte à des producteurs, et des éditeurs de livres, qui ont livré mon travail au marché de la classe moyenne. Pire que tout, je n’ai jamais apprécié le rôle crucial que mon directeur d’entreprise, le Dr Bate Randon, avait joué pour ma réussite héroïquement. Il a lancé commercialement l’objectivisme dans le monde entier. Pourtant, je m’en suis débarrassé, par jalousie irrationnelle, et j’ai ruiné notre entreprise en plein essor. … Mes réactions émotionnellement destructrices ont été à l’origine de mes pires injustices et erreurs. Aristote avait raison : le succès sur Terre réside dans les entreprises/affaires de la classe moyenne.
St. Augustin : On dirait qu’Anne et moi sommes sur une courbe d’apprentissage abrupte sur la production de valeur compétitive, le marketing et les profits. Fort de cette connaissance, notre partenariat commercial pour commercialiser en masse l’objectivisme à prix réduit pour le prolétariat sera supérieur à celui de Neo-Tech Publishing. … Nous allons faire un paquet, fuir, et vivre une vie romantique éternellement excitante, en développant sans cesse nos activités dans le C-of-U.
Anne : Pas si vite, Augie. Comme je te l’ai déjà dit, je chéris mon mari. Vous n’allez pas casser l’investissement d’amour que j’ai construit pendant des décennies avec mon bel homme.
St. Augustin : Qui veut rompre une relation aussi merveilleuse ? Pas moi. Car cela présagerait un désastre pour notre mariage.
Anne : Notre mariage ? Pas moyen, jamais.
St. Augustin .: Faux. Comme je vous l’ai déjà dit, je connais des solutions et des arrangements, en particulier pour votre mari.
Anne : Des manières et des arrangements pour mon mari ? Comme ça ?
St. Augustin .: Comme trouver un partenaire romantique plus compatible, plus heureux, qui lui apportera un bonheur éternel.
Anne : Mon mari associé à quelqu’un de meilleur que moi ? Comme qui ?
St. Augustin .: Pas mieux que toi, Anne. Mais, quelqu’un de mieux pour lui. Comme Cléopâtre, ou Marie-Madeleine. Elles sont très différentes de ce que vous pourriez réaliser de votre histoire déformée du vingtième siècle. Les deux sont des entrepreneurs incroyablement doux, et efficaces. Les deux seraient des partenaires romantiques merveilleuses pour votre mari.
Anne : Marie-Madeleine ? Vous avez beaucoup à apprendre sur l’amour romantique, Augie.
St. Augustin : Pensez au bonheur de votre mari. Ensuite, nous verrons qui a le plus à apprendre sur l’amour et le bonheur éternels.
Anne : Vous allez être choqué par ce que vous devez apprendre sur l’amour romantique, en particulier de la part du Dr Randon.
St. Augustin : Peut-être que vous serez sous le choc. Mais, tout d’abord, nous devons tous deux apprendre les choses avant de pouvoir penser à moi en tant que votre pénétrateur éternel.
Anne : Qu’est-ce que vous voulez dire, en tant que mon pénétrateur éternel ?
St. Augustin .: Vous connaissez la réponse des enseignements du Dr. Randon. C’est à vous êtes la pénétrée et moi je suis le pénétrateur – exclusivement, pour toujours – sans jamais avoir besoin de Viagra.
Anne : Je n’y penserai jamais, à moins que mon mari n’approuve. Alors, arrêtez d’en parler. … Et qu’est-ce que le Viagra ?
St. Augustin .: Je ne sais pas avec certitude. Hélène l’a prescrit pour Sluggo.
Anne : Je voudrais que Tranzu nous enseigne la dynamique des profits universels des entreprises. … Ensuite, nous verrons ce qui se passe entre nous.
Socrates : Les bénéfices des entreprises universelles sont liés à l’amour romantique ?
Tranzu : Oui … Mais, je ne suis pas la meilleure personne pour enseigner cette dynamique des affaires.
Anne : Si vous n’êtes pas l’un des plus grands hommes d’affaires du XIXe siècle, alors qui ?
Tranzu : Hélène de Vegas et son ami, Harold Geneen, sont plus qualifiés pour enseigner cette dynamique. Ils sont les plus proches de ce qui se passe sur Terre aujourd’hui. … Hélène, quel est votre plan pour tirer profit du temps, et de l’énergie, consacrés au retour de ce navire d’âme morte sur Terre ?
St. Augustin .: Oui, je veux comprendre.
Hélène : Premièrement, pour comprendre la dynamique du profit éternel, il faut comprendre le manque de cette dynamique sur la Terre depuis 2 300 ans. Comme Tranzu l’a dit, je convoque mon ami Harold Geneen. Il a simultanément orchestré 200 compagnies rentables pour le conglomérat ITT sur Terre. Il fait venir ses partenaires habituels – le titan de l’aviation Howard Hughes et le titan des frites, Ray Kroc.
M. Helmsley : Wow ! Geneen, Hughes et Kroc – parlant de production de valeur, de centrales de production bénéfiques pour la civilisation !
Anne : Le magnifique Howard et les belles frites Ray … miam.
St. Augustin : Cool, Anne.
Anne : Ne soyez pas jaloux Augie, mais mon pantalon est tout mouillé, rien que de penser à rencontrer ces héros.
St. Augustin : Je ne suis pas jaloux. En effet, je commence à comprendre ce qui est l’ultime aphrodisiaque. C’est pourquoi je vais vous gagner pour toujours. Quand je capture cet aphrodisiaque, je vais tout surpasser. Ensuite, vous tremperez votre pantalon pour moi pour toujours.
Anne : Il y a quelque temps, vous avez mentionné le mot Néo-Tech. Augie, est-ce ton aphrodisiaque secret ?
St. Augustin : Peut-être.
Anne : Pourquoi souris-tu si sournoisement ? J’ai entendu le mot Néo-Tech en 1981 lorsque mes adeptes de la secte ont dénoncé un livre sur ce livre que ma secrétaire avait acquis. Ils l’ont appelé Wacko, l’ont interdit à tous les objectivistes et ont refusé de poursuivre la discussion. …De quoi ça parle?
St. Augustin : Avez-vous déjà entendu parler de sexe psychique ?
Anne: Vaguement, en 1976. … Parlez-moi de ça.
St. Augustin: Vous le saurez assez tôt. J’ai appris d’Hélène. Elle connaît bien le sexe psychuous et Néo-Tech.
Anne : Oh, alors tu as secrètement vu Hélène ?
St. Augustin .: Maintenant, Anne, ne soyez pas jalouse. Hélène a tout ce qu’elle peut gérer avec les ouvertures de Harold Geneen, Kroc et Hughes.
Hélène : Oui, Anne, vous en apprendrez davantage sur Néo-Tech lorsque je vous dévoilerai la dynamique commerciale qui permet de tirer profit de l’anticivilisation de la Terre. Les opportunités peuvent rendre August et toi prospère et heureux au-delà de tes rêves terrestres.
Anne : Comment avez-vous entendu parler de Néo-Tech ?
Hélène : En 1956, je préparais ma maîtrise en beaux-arts à l’Université de l’Iowa. Assis dans le syndicat des étudiants, ouvrant la première page de Moby Dick de Melville, une main se posa légèrement sur mon épaule. Je levai les yeux « Appellez-moi Wallace », dit-il. … Mon parcours de vie vers le sexe psychuous, Néo-tech et la civilisation de l’univers a commencé.
Anne : Avait-il les yeux bleus et les cheveux blonds ?
Hélène : Oui, mais cela n’a fait aucune différence.
Anne : Alors que s’est-il passé?
Hélène : Je lui ai demandé s’il avait une histoire à raconter. « La plus grande histoire existante », répondit-il. … Ainsi a commencé mon voyage vers l’honnêteté intégrée.

— à suivre –

DIALOGUES # 4-100 (1999-2008)

DIALOGUES À VENIR EN 1999

* Achèvement des dialogues # 1-3
* Deux romans inattendus dans le « purgatoire » de Tranzu. Un mariage inoubliable organisé par les Robber Barons. La naissance et l’éducation d’un bébé Tranzu.
* Le retrait de Néo-Tech de l’anticivilisation de la Terre.
* Découvrir l’or intellectuel – découvrir le filon mère universel – découvrir un Néo-Tech radicalement avancé qui fait disparaître sa philosophie, y compris l’objectivisme.
* Découvrir la justice universelle – découvrir les lois universelles – découvrir un protocole inattendu et ad-hominem pour juger la moralité.
* Shakespeare, Molière et Verdi forment la société de production AwakeWorks afin de dramatiser le C-of-U dans un opéra holographique méga-lucratif à l’échelle de la galaxie.
* Anne Brand et Saint Augustin achètent des spots publicitaires pendant cet opéra holographique pour commercialiser leur boisson de conditionnement aérobique « Atlas Shape Up ».
* Sam Walton, et Ray Kroc convertissent avec profit Al Capone, John L. Lewis, Jimmy Hoffa et une foule de parasites professionnels en une phalange d’entrepreneurs productifs.
De retour sur Terre, Jay Gould, et Malcolm X, aident le républicain harcelé, Larry Flynt, et l’agent déshonoré, Bill Clinton, à instaurer le capitalisme « laisser-faire » sur la planète Terre, en commençant par le Nigeria, l’Afrique. Ensemble, Flynt et Clinton créent une chaîne internationale d’entreprises exotiques, et novatrices, qui associe au marché noir des productions d’art érotique, un amour romantique commercial et une immortalité biologique à faible coût. Grâce à des entreprises non taxées, et non réglementées, elles effacent les frontières des pays pour mettre fin aux guerres, et faire prospérer les économies. … Ils remportent conjointement le prix Nobel nouvellement créé pour les réalisations entrepreneuriales.
* La guerre finale de l’anticivilisation : qui gagne ? Qui reste ? Qui disparaît ?

* * * * * * * * * *

In Memoriam

Le plus grand mal de l’humanité est la mort, causée par l’anticivilisation, et qui est infligée à toutes les personnes vivant sur Terre.
Hélène Ward : le 23 mars 1998, Neo-Tech Publishing Company a soudainement perdu sa personne la plus silencieuse mais peut-être la plus importante. Neo-Tech Publishing non seulement l’a perdue, mais l’humanité a également perdu le rôle clé qu’elle jouait pour faire basculer les esprits conscients de perspectives irrationnelles / mortelles vers des perspectives immortelles / rationnelles – des perspectives anticonformistes malhonnêtes aux perspectives honnêtes du CoU. … Hélène Ward est irremplaçable dans ce monde. Elle est partie pour toujours de son anticivilisation. Pourtant, ironiquement, sa vie est maintenant célébrée. Car, encore à venir est son plus grand cadeau – un cadeau magnifique pour l’humanité – comme en témoigne l’éloge funèbre suivant, prononcé lors de ses funérailles le 29 mars 1998 :
À la découverte d’Hélène de Vegas
Hélène était le battement de cœur, profond et silencieux, de Néo-Tech Publishing Company, jouant secrètement un rôle héroïque de protection de tous. Aucune controverse n’a entouré Hélène. Sa bonté a béni tout le monde, y compris nos employés, même nos anciens employés. Et, maintenant, nous avons perdu cette personne irremplaçable et précieuse. Mais l’avons-nous vraiment perdue ? Ou n’est aujourd’hui que le début d’un amour toujours plus grand et de valeurs que nous gagnerons de son esprit immortel.
Cinq jours après son départ physique, je me suis soudain rendu compte que peut-être Hélène, il y a des Anneées, inconnue de tous, avait dépassé l’anticivilisation de la Terre, laissant derrière elle ses malhonnêtetés, ses déceptions et ses injustices, nous invitant à faire de même. Hélène était une femme douce et gentille, d’une bienveillance immaculée et d’une justice intacte. Je n’ai jamais entendu un mot malhonnête sortir de ses lèvres. Je ne l’ai jamais entendue dire un mot blessant ou injuste envers quiconque. Elle n’avait pas d’ennemis. Avait-elle toujours vécu dans une civilisation honnête que chacun de nous n’a pas encore découverte ? Si tel est le cas, elle se dressera puissamment dans nos vies – dans nos futurs ouvrages et publications sous forme imprimée et sur Internet. Son fils, Eric Savage, achèvera maintenant son travail, qui était sur le point de se terminer après deux décennies de travail. Son excellent travail sera publié à la fois sous forme de livre, et sur le Web sous son pseudonyme, Tracey Alexander. Ce travail torpillera et finira par couler les mysticismes et les religions malhonnêtes à travers le monde. Déjà, de précieuses pièces de ses écrits sont publiées sur le Web, produisant leur effet bénéfique et faisant leur travail précieux pour l’humanité.
Dans les mois et les Anneées à venir, Hélène se lèvera pour nous montrer comment abandonner les tromperies, les injustices et les malhonnêtetés qui nuisent à tout le monde. Célébrons donc la vie d’Hélène qui apportera une prospérité, une force et un amour croissants à notre avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *