Extraits Robert G Ingersol – Fétiche… L’impensable…

LE SAUVAGE

LA SAUVAGE fait de la rivière, de l’arbre, de la montagne, un fétiche. Il a mis dans ou derrière ces choses un esprit – selon M. Spencer, l’esprit d’un ancêtre décédé. Ceci est considéré par le chrétien moderne, et en fait par le philosophe moderne, comme la phase la plus basse possible de l’idée religieuse. Mettre derrière la rivière ou l’arbre, ou à l’intérieur d’eux, un esprit, un « quelque chose », est considéré comme une religion de la sauvagerie ; mais placer derrière l’univers, ou à l’intérieur de celui-ci, le même genre de fétichisme, est considéré comme le summum de la philosophie.

Pour ma part, je ne vois aucune différence possible entre ces systèmes, si ce n’est que la vision du sauvage est tout à fait plus poétique. Le fétiche du sauvage est le Noumène du Grec, le dieu du théologien, la Cause Première du métaphysicien, l’Inconnaissable de Spencer.

*****

L’IMPENSABLE

L’INCONCEVABLE.– Il est admis par tous ceux qui ont réfléchi à la question qu’une cause première est impensable – qu’un pouvoir créateur est au-delà de la portée de la pensée humaine. Il s’ensuit que le miracle est impensable. Il n’y a aucun moyen possible pour l’esprit humain de penser à un miracle. Cela dépasse infiniment notre pouvoir de conception. Nous pouvons concevoir la déclaration, mais pas la chose. Il est impossible pour l’intellect de concevoir un pot en argile produisant de l’huile. Il est même impossible de concevoir que la vie humaine se perpétue au milieu du feu. Il est tout aussi impensable de croire que 2 x 2 = 27. Un homme peut dire que 3 x 3 = 2, mais il est impossible de penser à une telle chose, c’est-à-dire de penser qu’une telle affirmation est vraie. Un homme peut dire qu’il a entendu une pierre chanter une chanson et ensuite l’a entendu répéter une partie du poème « Le Paradis Perdu » de Milton. Je peux concevoir qu’un homme peut dire de tels mensonges, mais je ne peux pas concevoir que ces choses soient arrivées.

*****

L’HOMME PEUT IL TÉMOIGNER ?

LE TÉMOIGNAGE HUMAIN PEUT-IL TRIOMPHER DE CE QUI semble impossible sans explication? – Une chose ne peut être cru par un esprit philosophique que lorsqu’elle est expliquée – c’est-à-dire que lorsqu’elle est détruite en tant que miracle et demeure simplement comme un fait (naturel).

Maintenant, je dis qu’un miracle est impensable, car un pouvoir au-dessus de la Nature, un pouvoir qui a créé la Nature, est impensable. Et si un pouvoir au-dessus de la Nature est impensable, les miracles prétendant être surnaturels sont impensables. En d’autres termes, toutes les conséquences découlant d’une croyance en un Créateur infini sont nécessairement impensables…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *