HAINE DIVINE

 

Ce texte a été traduit par un admirateur de Robert G. Ingersoll, qui en utilisant le bon sens et les principes du christianisme, a complètement révélé et expliqué son effet dévastateur dans le dernier tiers du 19ème siècle. Si vous ne le connaissez pas, vous pouvez acheter une « compilation des discours de Robert Ingersoll » , en français, au format Kindle sur Amazon ou au format pdf sur le site : http://les-outils-de-la-sagesse.fr/

 

 

HAINE DIVINE

SUBSTITUER LA SPLENDIDE RELIGION D’ACTES ET DE DEVOIRS EN UNE SUPSERSTITION DE CROYANCES ET CRUAUTÉS

 

Jésus a dit: « Entrez par la porte étroite; car large est la porte, et spacieuse la voie qui conduit à la perdition, et nombreux sont ceux qui y passent;car étroite est la porte, et resserrée la voie qui conduit à la vie, et il en est peu qui la trouvent ! » (Matthieu 7: 13-14)

[Ceux en enfer], … seront tourmentés par un soufre brûlant … Et la fumée de leur supplice se lève pour toujours. Il n’y a pas de jour ou de nuit de repos pour ceux … Révélation (14: 10-11)

Y a-t-il un meilleur mot que celui de « haine » pour décrire la motivation d’un Dieu (Père-Jésus-Saint Esprit) qui enverra toutes ses créatures à la souffrance éternelle, ce qui doit faire plus de la moitié de l’humanité ?

Si la souffrance éternelle, sans espoir de soulagement, n’est pas haineuse, alors est-elle mieux définie comme étant aimante ?

Surtout de la part d’un dieu:

qui connait à l’avance tout ce qui arrivera.

qui aurait pu créer l’humanité et le monde comme il le souhaitait

qui a néanmoins créé l’humanité et le monde tel qu’il est.

« C’est à leurs fruits que vous les connaîtrez (Matthieu 7 : 16). Pas par ce qu’ils disent, mais par ce qu’ils font.

Les hommes qui ont créé ce Dieu insistent sur le fait qu’il est un père aimant, est tout miséricordieux, juste et pardonnant. Dans les mots d’un hymne chrétien très apprécié :

 

Doucement et tendrement Jésus appelle,

Il appelle pour toi et pour moi ;

Regardant, au portail, il attend,

Il regarde pour toi et pour moi.

Rentre à la maison, rentre à la maison,

Toi qui es fatigué, rentre à la maison ;

Fortement, tendrement, Jésus appelle,

En appelant, O pécheur, rentre à la maison !

Que signifie «rentrer à la maison» ?

Beaucoup, souvent, Jésus a promis le salut en retour d’avoir fait de bonnes actions :

Car si vous remettez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous remettra aussi (les vôtres). Mais si vous ne remettez pas (les leurs) aux hommes, votre Père ne pardonnera pas non plus vos offenses. (Matthieu 6: 14-15)

Et ceux qui ont fait de bonnes choses viendront à la résurrection de la vie ; Mais ceux qui ont fait le mal, à la résurrection du jugement. (Jean 3:29)

Mais alors, fatalement pour des millions de gens, il a dit aussi :

Celui qui croit au Fils à la vie éternelle ; Et celui qui ne croit pas au Fils ne verra pas la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui. (Jean 3 : 36)

« Cette affreuse déclaration a rempli le monde d’agonies et de crimes. Chaque lettre de ce passage a été épée et bûcher ; Chaque mot a été le donjon et la chaîne. Ce passage a permis que l’épée de la persécution dégouline du sang innocent pendant des siècles d’agonies et de crimes. Ce passage a autorisé qu’une période de mille ans brille des flammes du bûcher.

« Ce passage contredit le Sermon de la montagne ; Travestie la prière du Seigneur ; Transforme la splendide religion de l’acte et du devoir en une superstition de la croyance et de la cruauté. Je le nie. C’est infâme ! Christ ne l’a jamais dit ! (Robert Ingersoll)

Alors, Jésus peut appeler sérieusement et tendrement, mais si vous ne rentrez pas à la maison, que vous n’êtes baptisés et ne croyez pas en lui, il vous fera damner impitoyablement pour toute l’éternité !

Vous devez croire. Mais pouvez-vous croire à volonté ? Pouvez-vous aimer à volonté ? Pouvez-vous croire, croire dévotement, à ce qui n’a aucun sens pour vous ?

« La vérité est que personne ne peut être tenu pour responsable de ses pensées. Le cerveau pense sans demander notre consentement. Nous croyons, ou nous ne croyons pas, sans effort de volonté. La croyance est un résultat. C’est l’effet de la preuve sur l’esprit. L’opinion se transforme malgré celui qui regarde. Il n’y a aucune possibilité d’être honnête ou malhonnête dans la formation d’un avis. La conclusion est entièrement indépendante du désir. Nous devons croire, ou nous devons douter, malgré ce que nous souhaitons.

« Ce qui doit être a le droit d’être. Nous pensons en dépit de nous-mêmes. Le cerveau pense comme le cœur bat, comme les yeux voient, comme le sang poursuit son cours dans le corps de manière habituelle.

« La question n’est donc pas d’avoir le droit de penser, ce qui est une nécessité, mais avons-nous le droit d’exprimer nos pensées honnêtes ? (Ingersoll)

 

Quelle est la qualité d’une «croyance» extorquée par la menace la plus horrible jamais conçue ? Aimez-moi ou vous souffrirez pour toujours !

Cependant, après 2 000 ans de Révélation chrétienne, environ 70 % de toute l’humanité vivant aujourd’hui – 4 900 000 000 personnes – ne croient pas en Jésus comme sauveur ; en admettant qu’ils en ont déjà entendu parler, ce qui n’est pas le cas pour des millions. Ce qui n’est pas surprenant compte tenu de la révélation chrétienne, qui est incompétente. Comment 70% de l’humanité pourrait ne pas croire en Jésus après tout ce temps, si la révélation était pertinente ?

Toute cette fabrication chrétienne a commencé avec l’incarnation de l’injustice. Au début, Dieu a créé Adam et Eve comme ils sont : des récipients vides sans souvenirs et sans expérience, il les met dans un jardin avec le diable, leur donne un ordre qu’ils ne comprennent pas, et il permet au diable de les détourner ; Et ensuite entache leurs descendants, y compris nous, avec le péché – le péché originel !

«Rien que l’ignorance la plus cruelle, la superstition la plus insensible, la théologie la plus ignorante, n’a jamais imaginé que les quelques jours de la vie humaine passés ici, entourés des brumes et des nuages de ténèbres, soufflés sur la mer de la vie par les orages et les tempêtes de la passion, fixent pour toute l’éternité, la condition de la race humaine.

« Si cette doctrine est vraie, cette vie n’est qu’un filet, dans lequel Jéhovah capture des âmes pour l’enfer. (Ingersoll)

Comment pouvons-nous savoir que ces conclusions sur l’invention chrétienne de Dieu sont correctes ?

Parce que nous pouvons facilement voir qu’un dieu vraiment aimant, miséricordieux et pardonnant n’aurait pas créé des hommes qu’il savait, par avance, pour plus de la moitié de l’humanité, être du carburant pour le feu éternel :

Pour un vrai dieu qui aime ses créatures et qui est juste et miséricordieux, ce serait tout à fait impossible comme les contradictions totales le sont toujours.

Pour un Dieu créée par l’homme – eh bien, c’est ce que le Christianisme propose.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *