Jay Stuart Snelson , Conference n°19/20 – La Grande Solution

 

Mesdames et messieurs, nous allons continuer maintenant. Au cours de ce séminaire, j’ai fait plusieurs fois référence au fait que plus un sujet d’étude est important, plus il est difficile d’amener les gens à s’intéresser à ce sujet.

Cependant, si vous progressez dans ce séminaire, vers l’acquisition de ce que j’appelle une évolution intellectuelle accélérée, alors à cette jonction, vous devriez être une exception à cette généralisation.

Plus tôt, je vous avais demandé d’identifier ce que vous considérez comme le sujet d’étude le plus important et j’ai fait une déclaration en grande pompe. J’ai dit : « Mesdames et messieurs, je vous donne le sujet d’étude le plus important » ce qui est, bien entendu, de comprendre les causes des choses. Comprendre la causalité.

Maintenant il est temps pour un nouveau sujet. Je suis prêt à présenter le deuxième sujet d’étude le plus important et je commencerai par demander s’il y a au moins une personne dans la salle qui s’intéresse à ce que je pense être le deuxième sujet d’étude le plus important. Merci monsieur, madame. D’accord, plusieurs d’entre vous, bien.

Le nom de ce sujet est déjà dans votre vocabulaire. Le sujet est l’idéologie. Mon Oxford Universal Dictionary donne cette définition, «l’idéologie est la science des idées et l’étude de l’origine et de la nature des idées». Donc, une idéologie implique une structure ou un corps d’idées. Pour beaucoup de gens cependant, le terme idéologie a pris une signification, ou une image, quelque peu négative.

Ma définition de l’idéologie dans le dictionnaire de Random House illustre en partie pourquoi l’image du terme «idéologie» a souvent une couleur négative. C’est la définition, de Random House, « Idéologie : Un corps de doctrine en référence à un plan politique et culturel, comme celui du fascisme, avec des dispositifs pour le mettre en œuvre. »

Le terme, idéologie, est couramment utilisé en association avec des expressions telles que l’idéologie du communisme, l’idéologie du socialisme et le fascisme. Par conséquent, si vous avez une image négative de ces différents termes finissant en « ismes » alors, sans surprise, le terme idéologie lui-même prend une image négative. Mais le terme idéologie est utilisé ici dans son sens littéral, à savoir l’étude des idées, la science des idées.

Pourquoi le sujet de l’idéologie est-il si important que je le considère au moins comme le deuxième sujet d’étude le plus important ? Voici pourquoi, l’idéologie est le moyen ultime de la paix mondiale ou de la guerre mondiale. L’idéologie est le moyen ultime d’atteindre des buts progressifs ou des objectifs régressifs. C’est une des raisons pour lesquelles c’est important. Mes amis, les idéologies que vous suivez déterminent si vous allez exécuter une action humaine progressive ou une action humaine régressive.

De plus, si vos actions humaines sont régressives, il y aura des effets domino régressifs de vos actions qui affecteront toute la société. Inversement, si vos actions humaines sont progressives, il y aura des effets domino progressifs de vos actions qui affecteront toute la société.

Cela évoque les paroles du poète anglais John Donne, dont la plupart d’entre vous ont entendu et lu des poèmes. C’est probablement l’un des poèmes les plus populaires et les plus connus jamais écrits. Écris au 17ème siècle, Donne observe, « Aucun homme n’est une île, un tout, complet en soi ; tout homme est un fragment du continent, une partie de l’ensemble ; si la mer emporte une motte de terre, l’Europe en est amoindrie, comme si les flots avaient emporté un promontoire, le manoir de tes amis ou le tien ; la mort de tout homme me diminue, parce que j’appartiens au genre humain ; aussi n’envoie jamais demander pour qui sonne le glas : c’est pour toi qu’il sonne. »

John Donne nous a donné ce que l’on pourrait appeler une version poétique des effets domino de l’action humaine.

Quand l’homme choisit de faire partie de l’humanité, ou de la société, aucun homme n’est une île. En tant que partie de l’humanité, vous ne pouvez pas isoler vos actions de telle sorte qu’elles n’affectent pas les autres. Vous ne pouvez pas faire ça. La question est : vos actions humaines, celles que vous générez, sont-elles des effets domino progressifs ou des effets domino régressifs ? Dans les deux cas, il y a une idéologie derrière ces actions qui peuvent être identifiées avec précision, mais à quel point est-il important de pouvoir identifier scientifiquement cette idéologie pour déterminer si elle est progressive ou régressive ? Je dirais que c’est très important.

Voici pourquoi. L’idéologie est le moyen ultime, soit pour la paix mondiale, soit pour la guerre mondiale. Alors, est-ce que votre idéologie, celle que vous adoptez, est-elle un générateur de paix ou un générateur de guerre ? Regardez toutes les mères dans l’histoire, les pères, qui ont pleuré la mort de leurs fils sur le champ de bataille qui croyaient en une idéologie régressive qui a envoyé leurs propres enfants dans la guerre pour être tué. Ce sont les idéologies de la guerre qui envoient les soldats à la guerre. Il n’y a pas d’autre moyen d’y arriver. Qui voudrait y aller seul ?

L’idéologie est le moyen ultime de la liberté ou de l’esclavage. Aussi important que soit le sujet de l’idéologie, en tant que moyen d’atteindre des objectifs progressistes ou régressifs, elle reste l’un des sujets les plus difficiles à expliquer de manière à ce que les personnes intelligentes puissent comprendre sa signification. Néanmoins, je vais essayer et je vais parler de ce sujet important, l’idéologie, l’arme secrète qui construit la liberté et la prospérité. Quand je dis arme secrète c’est, bien sûr, une métaphore.

Ce qui est excitant, c’est qu’une idéologie, ou une structure, d’idées peut être utilisée comme une puissante arme non-violente pour vaincre à la fois la pauvreté et l’esclavage. La théorie et l’importance de l’idéologie ont été résumées par le professeur von Mises : «L’histoire des hommes est l’histoire des idées, car ce sont les idées, les théories et les doctrines qui orientent l’action humaine, déterminent les buts ultimes, les moyens employés pour atteindre ces fins. »

Qu’est-ce que tout cela signifie pour vous ? En premier lieu, votre idéologie déterminera tous les buts ultimes que vous visez. Cela permettra de déterminer quels sont ces objectifs. Dans le second cas, votre idéologie déterminera tous les moyens que vous emploierez dans vos efforts pour atteindre ces objectifs. Et combien de vos actions humaines sont influencées par votre idéologie ? Combien ? Toutes.

Vos actions humaines contiennent trois parties. (1) vous choisissez des objectifs. (2) vous choisissez des moyens pour atteindre ces objectifs. (3) vous exécutez les moyens pour atteindre ces objectifs. Et, bien sûr, tous les trois sont influencés par votre idéologie, qui comprend toutes vos prémisses fondamentales, vos présupposés, et votre idéologie est soit issue de la science, de la raison et de l’observation ou elle est issue de quoi ? Si ce n’est pas ça, c’est à cause de la superstition, de l’intuition et du dogme.

S’il vous plaît noter que l’idéologie de la plupart des gens qui sont éduqués, intelligents, je ne sais pas comment vous dire cela, chers amis, est née de la superstition, l’intuition et le dogme. C’est la source de l’idéologie de la plupart des gens éduqués, intelligents, de cette planète, surtout quand le sujet est le domaine social.

Eh bien, si cela est vrai, alors quelle est la source de l’idéologie de ces gens qui sont incultes, inintelligents et sans succès ? Quelle est la source de leur idéologie ? Qu’est-ce que vous en pensez ? Leur idéologie est née de la superstition, de l’intuition et du dogme. Et pourquoi devriez-vous vous soucier de la qualité de votre propre idéologie et de l’idéologie de votre famille, de vos amis et de vos associés ? Pourquoi devriez-vous vous en soucier ?

Ce sont les idées, les idées qui déterminent littéralement tout. Elles déterminent tout ce qui concerne votre vie. Elles déterminent votre vie entière. La science de l’idéologie que je vous montre vous permet de faire une analyse qualitative de votre idéologie ou de celle de quelqu’un d’autre. Plus votre idéologie se rapproche d’une compréhension scientifique de la causalité, plus votre idéologie est proche de la réalité.

Au fur et à mesure que vous accélérez votre compréhension de la réalité, vous améliorez votre capacité à distinguer deux types d’idées radicalement différents : ce sont de bonnes idées plutôt que de mauvaises idées. J’ai mis une certaine précision sémantique dans l’expression populaire mauvaise idée. Une mauvaise idée est une idée qui, lorsqu’elle est utilisée comme moyen d’atteindre une fin, échouera à atteindre la fin recherchée. En moins de mots, une mauvaise idée est un faux moyen.

Plus tôt, j’ai identifié une certaine classe d’idées que j’ai nommé « les 13 mauvaises idées ». Quel est l’effet sur la société quand les 13 mauvaises idées sont mises en œuvre ? La croyance parmi les bonnes personnes que ces 13 mauvaises idées sont 13 bonnes idées est le seul obstacle à une évolution sociétale de l’esclavage à la liberté et de la guerre à la paix. Rappelez-vous que ce ne sont pas de mauvaises personnes avec de mauvaises idées que nous devons atteindre, ce sont de bonnes personnes avec de mauvaises idées que nous devons atteindre.

Les bonnes personnes avec de mauvaises idées sont toujours plus nuisibles que les mauvaises avec de mauvaises idées, ça fonctionne toujours comme ça. Pour souligner ce point, il n’y a qu’un obstacle majeur à l’optimisation de la paix, de la prospérité et de la liberté. Cependant, en plus de ces 13 mauvaises idées, il y a deux autres croyances communes sur les causes de la guerre qui sont aussi de fausses doctrines. Elles n’ont pas été ajoutées à la liste des 13 mauvaises idées car elles ne sont pas aussi destructrices, mais je vais prendre un moment pour les mentionner.

La première croyance dit qu’il est dans la nature humaine de faire le mal, par conséquent, il est naturel que les humains aient une compulsion innée pour nuire et détruire leurs semblables. La deuxième croyance dit que c’est la nature humaine d’être agressif, et donc il est naturel pour les humains d’avoir une compulsion innée pour faire la guerre, pour attaquer et détruire leurs semblables. Ces deux doctrines mènent à la conclusion que la guerre est inévitable.

Dans une plus ou moins grande mesure, la plupart des gens instruits croient à ces superstitions. Il n’y a rien de plus dangereux qu’un homme éduqué et superstitieux. Le principal problème avec ces doctrines est qu’elles sont complètement fausses. La raison pure fait partie de la science. Appliquons la raison pour montrer l’irrationalité de ces idées.

S’il était dans la nature humaine d’attaquer et détruire nos semblables humains, il est douteux que notre espèce aurait pu survivre. Vous savez qu’il est facile de prendre la vie d’un autre humain si c’est votre objectif. Il ne faut pas être un génie, avoir de l’imagination ou même de la force pour tuer. Les plus faibles parmi nous peuvent empoisonner la nourriture d’un autre ou vous pouvez tuer une personne de 100 façons différentes, mais tous les humains ne veulent pas attaquer leurs semblables.

Il est bien connu que les soldats doivent être rigoureusement entraînés pour attaquer et tuer leurs semblables. Mais que se passerait il si aucun soldat n’était entraîné à tuer ? Pensez-y. Il n’y aurait pas beaucoup de tuer dans les batailles ou les guerres. C’est exactement ce qui se passerait si les soldats n’étaient pas entraînés rigoureusement à tuer. Presque personne ne serait tué.

Dans l’armée, l’objectif de l’entraînement de base est de former les soldats à tuer efficacement et efficacement sur commande. Est-ce vrai ? Mais si tuer un autre humain était une chose naturelle comme on le prétend, s’il y avait un instinct inné de tuer, si les humains étaient génétiquement programmés pour tuer, s’il vous plaît notez chers amis, qu’on n’entraînerait personne à tuer, on le ferait naturellement.

L’observation révèle, et c’est vraiment le fondement de la science, l’observation révèle que la plupart des hommes ne tuent naturellement. C’est pourquoi ils doivent être entraînés pour attaquer et tuer leurs semblables. Ils ne font tout simplement pas ça. Je ne me sens pas à l’aise à l’idée de tuer mes semblables. La plupart des gens ne se sentent pas à l’aise de tuer une autre personne à moins d’être entraînés à ressentir le contraire.

La question se pose alors: l’homme est-il agressif par nature ou non ? Le mot anglais agressif est un dérivé du latin «aggredi», qui signifie « approcher ». Sur le champ de bataille, approcher signifie s’approcher d’une fortification ennemie. En approchant de la fortification ennemie, l’ennemi percevra votre approche comme quoi ? Agressif. Mais il y a plusieurs façons d’approcher vos semblables, ce qui signifie qu’il y a plusieurs formes d’agression.

Dans le monde du commerce, une approche est une méthode d’établissement d’une relation d’affaires. Dans le monde social, approcher quelqu’un c’est chercher une relation personnelle. Dans les deux cas, l’approche peut être agressive, mais elle ne doit pas impliquer d’interventionnisme ou de violence. Une campagne publicitaire agressive visant à augmenter les ventes de Coca-Cola ou de Lux soap, n’implique aucun interventionnisme ou attaque violente contre quiconque.

La cour agressive d’un célibataire qui met en scène la jeune fille courtisée avec des fleurs et des parfums et des bonbons, n’implique pas une attaque violente contre la femme ou quelqu’un d’autre. Certains humains, certes, sont plus agressifs que d’autres, mais il n’y a aucune preuve scientifique qui montre que les humains sont génétiquement programmés pour chercher une plus grande satisfaction à travers la violence agressive et l’interventionnisme.

À moins d’être entraînés à agir autrement, la plupart des humains, lorsqu’ils recherchent une plus grande satisfaction par l’agression, le font par une agression non-interventionniste et non-violente. Les hommes ne sont pas des tueurs nés. Ils doivent être entraînés à tuer, surtout s’ils vont tuer un grand nombre de leurs semblables. Pour cela, vous devez être formé. Pour tuer 100 hommes, vous devez être entraîné.

Voltaire nous rappelle «si nous pouvions seulement apprendre les leçons des sages». Mais sans science, il n’y a aucun moyen de séparer le blé de l’ivraie. Vous devez être capable d’évaluer scientifiquement la sagesse conventionnelle. Cela ne vaut rien à moins que vous ne puissiez l’évaluer. Voici une des grandes phrases de l’histoire, peut-être que nous pouvons en apprendre quelque chose, de Voltaire: «Il est interdit de tuer. Par conséquent, tout meurtrier est puni, à moins qu’il n’ait tué en grand compagnie, et au son des trompettes. »

Penses-y. Il est essentiel que nous fassions une distinction nette entre l’agression interventionniste et l’agression non-interventionniste. L’agression non interventionniste, toute approche envers une autre qui n’implique pas l’imposition de préjudice ou la confiscation du choix, voilà une définition importante.

Dans le jeu de football, l’agression visant vos adversaires est la base de tout le jeu, mais c’est une agression non-interventionniste. C’est l’agression par contrat. Le football est une agression par contrat. Voyez-vous cela ? Chaque partie accepte à l’avance de suivre les règles de l’agression. Ceux qui violent les règles sont pénalisés par l’arbitre.

Un contraste frappant, il y a le contraire, l’agression interventionniste. Toute approche envers un personne qui implique l’imposition d’un préjudice ou la confiscation du choix. Tous les politiciens et les bureaucrates ont ceci en commun. Ils commettent des actes d’agression interventionniste contre leurs semblables. C’est cette agression interventionniste qui mène à la guerre. Les guerres ne sont pas causées parce que l’homme est programmé pour tuer. Les guerres sont causées parce que les meilleurs éléments de la société, en particulier ceux qui sont éduqués, intelligents, ne comprennent pas pour la plupart les causes de la guerre, ou les causes de la paix. Si vous ne comprenez pas les causes de l’une ou de l’autre, vous ne savez rien de rien. Vous n’avez aucune idée de ce qui se passe. C’est fondamental, c’est important. Ces bonnes personnes depuis des milliers d’années ont visé la paix tout en défendant des actions très humaines qui mènent à la guerre. Et tant que ces bonnes personnes continueront à croire que les 13 mauvaises idées sont de bonnes idées, nous continuerons à avoir plus que de la guerre, nous aurons tout cela : guerres, famines, travail d’esclave, crime épidémique, inflation monétaire, la dépression économique, l’échec commercial généralisé et beaucoup, beaucoup plus.

Les 13 mauvaises idées sont les 13 principaux arguments présentés pour justifier le maintien d’un système social de servitude involontaire. L’une des questions les plus importantes que je vous ai posées tout à l’heure, est-ce que nous devrions, chers amis, abandonner l’esclavage en faveur de la liberté ? Qu’est-ce que vous en pensez ? Qu’est-ce que vous croyez ? Pensez-vous que nous devrions faire cela ? Eh bien, ça sonne bien, mais bon sang, je veux dire que toutes les personnes que je connais sont pour la servitude involontaire. Vous savez, l’homme ne peut pas s’entendre à moins qu’il ne soit populaire dans notre société alors …

Eh bien, maintenant que j’ai expliqué ce qu’est l’esclavage en termes scientifiques précis, si vous voulez abandonner l’esclavage pour des raisons morales parce que vous pensez que c’est immoral, je ne m’y oppose pas. Mais je prétends aussi que cela ne suffit pas. Tout comme je vous ai donné deux raisons scientifiques et, par conséquent, rationnelles pour l’abandon de l’esclavage en faveur de la liberté, je l’ai fait parce que j’ai fait un point majeur. Nous ne pouvons pas le faire uniquement sur la base de la moralité.

La deuxième raison scientifique de l’abandon de l’esclavage politiquement imposé est qu’il provoque toujours, au sein d’une nation, des interférences internes avec le libre-échange, ce qui provoque des interférences externes avec le libre-échange, ce qui provoque la guerre.

Je veux vous rappeler que si vous viviez il y a 100 ans, vous n’auriez pas du tout à abandonner le système de la servitude involontaire, de l’esclavage. Vous ne l’auriez pas abandonné, vous ne l’auriez pas quitté. S’il n’y avait pas le risque potentiel, actuel, d’une guerre de haute technologie, nous n’aurions pas non plus à abandonner l’esclavage. Nous pourrions continuer à faire la guerre pour toujours. Et si vous êtes malheureux, n’importe lequel d’entre vous, avec la perspective maintenant d’avoir à abandonner l’esclavage, alors vous pouvez blâmer tous les progrès que nous avons faits dans les sciences physiques au cours des 100 dernières années. Sans ces progrès, vous et les autres personnes éduquées, intelligentes du monde auriez pu continuer indéfiniment à soutenir l’institution de l’esclavage et cela n’aurait pas d’importance parce que vous pourriez encore procréer plus vite que vous ne pourriez-vous tuer dans une guerre. Mes amis, cette option est maintenant, selon l’expression, partie avec le vent. Si vous n’abandonnez pas la servitude involontaire en faveur de la liberté, vous et tous les autres serez désintégrés par les vents de la nouvelle guerre, la guerre non conventionnelle.

Alors mes amis, prêts ou pas, que cela vous plaise ou non, dans l’intérêt de votre propre survie, vous êtes maintenant obligé d’abandonner la servitude involontaire et d’embrasser la liberté. Pour beaucoup, l’abandon de l’esclavage paraîtra très douloureux, surtout si on pense avoir un intérêt direct dans la préservation de l’esclavage. Mais sachez que nous ne sommes même pas intéressés à atteindre ceux qui ont un intérêt direct dans le maintien de l’esclavage, tels que les politiciens, les bureaucrates et d’autres qui tirent leurs revenus de la confiscation par les impôts. Mesdames et messieurs, ces personnes sont inaccessibles. Vous perdez votre temps. Vous ne pouvez pas éduquer les politiciens. Ils sont tous inéducables. Aucun ne peut être éduqué. C’est un interventionniste professionnel. Allez-vous lui dire que toute sa profession est un désastre ? Il ne va pas aimer ça. Il ne vous aimera pas pour lui avoir dit ça. Vous perdez votre temps. Vous ne pouvez pas éduquer l’inéducable.

Ce sont les bonnes personnes, celles qui ne sont pas des interventionnistes professionnels, que nous devons atteindre, celles qui ne voient pas le lien entre leur acceptation des 13 mauvaises idées et la confiscation du choix. Rappelez-vous, mettre en œuvre les 13 mauvaises idées qui maintiennent l’esclavage exige une confiscation du choix individuel.

Dans un instant, nous examinerons à nouveau les 13 mauvaises idées. Elles impliquent toutes une action humaine où l’individu A autorise l’individu B à confisquer les choix d’action humaine de l’individu C. En moins de mots, A nomme B pour attaquer C. C’est tout le mécanisme bureaucratique politique, c’est tout. C’est tout ce qu’il y a à savoir : A nomme B pour attaquer C. Mais par quelle autorité A et B attaquent-ils C ? Sur l’autorité de qui ? Où est l’autorité ? A et B attaquent C sur l’autorité des anciens. Sur l’autorité des anciens qui, il y a longtemps, ont mis par écrit que c’était correct de le faire. Eh bien, voici de nouveau les 13 mauvaises idées, presque toutes acceptées par des personnes éduquées, intelligentes à travers le monde. Au moins, elles acceptent un certain nombre d’entre elles, sinon toutes. Regardons-les encore.

Mauvaise idée n°1 : si le gouvernement ne maintient pas la servitude, les entrepreneurs ayant des produits profiteront de la perte subie par les employeurs et les consommateurs. Cette mauvaise idée soutenue par le dogme de Montaigne qui dit : «Le profit d’un homme provient de la perte d’un autre.» C’est la mentalité gagnant-perdant pour que A gagne, B doit perdre. Comme vous le verrez, la quasi-totalité des 13 mauvaises idées sont des dérivées du dogme de Montaigne, du paradigme gagnant-perdant, de la mentalité gagnant-perdant. Elles viennent tous de cette même mentalité.

Mauvaise idée n° 2 : Si le gouvernement ne maintient pas l’esclavage, la qualité et la disponibilité de l’éducation vont diminuer. On dit que pour que les enfants puissent bénéficier d’une éducation, il faut la faire payer par la perte financière des contribuables qui envoient leurs enfants à l’école privée, par exemple, ou ceux qui n’ont pas d’enfants, ou ceux qui sont forcés d’envoyer leurs enfants aux écoles bureaucratiques. Ce qu’on appelle les écoles financées par le gouvernement. Mais la révolution éducative au sein d’une société libre sera menée par, avant tout, par des entrepreneurs. Le résultat sera une augmentation spectaculaire de la qualité et de la disponibilité des services éducatifs. Cela permettra d’atteindre plus qu’une renaissance dans l’éducation. Renaissance signifie simplement quoi ? Renaissance, réveil. Le leadership entrepreneurial donnera un nouveau départ à l’éducation. Pas simplement une renaissance, un commencement totalement nouveau. La poursuite des connaissances, la quête de la compréhension peuvent être une expérience passionnante pour les personnes de tous âges. J’essaie, l’un de mes principaux efforts est d’essayer de faire en sorte que votre compréhension de la causalité soit excitante pour que vous ne dormiez pas, parce que si vous dormez, vous obtenez zéro connaissance. Il est facile de s’endormir si vous êtes un adulte ou un enfant, l’un ou l’autre, lorsque nous parlons d’abstractions. Il n’y a pas de bombes qui explosent pour attirer votre attention comme dans les films typiquement hollywoodien, vous savez, faire exploser ceci, faire exploser cela, et vous vous asseyez sur le bord de votre siège pendant deux heures. La chose la plus difficile à faire au monde est d’enseigner, aux adultes, les abstractions et c’est tout ce qu’ils obtiennent et de les garder alertes. Pourtant, c’est là toute l’action. Tout dépend des abstractions. Principes, principes, principes, lois, lois, voilà où tout se tient. Si vous ne les obtenez pas, vous ne savez rien. Ce n’est pas exagéré. Si quelqu’un pense que c’est exagéré, je serai heureux de discuter à ce sujet. La poursuite de la connaissance, la quête de la compréhension peuvent alors être passionnantes. Avec le temps, il peut être considéré intelligent et en vogue d’aller après une compréhension de ce qui se passe.

Mauvaise idée n° 3 : Si le gouvernement ne maintient pas l’esclavage, les grandes entreprises monopoliseront la production de produits essentiels. Encore une fois, le dogme Montaigne, la société A, profitera de la perte de la société B. Une mentalité gagnant-perdant, on nous a appris à craindre le vendeur d’un produit, même s’il n’y a pas de violence pour imposer le vendeur et son monopole. Le profit entrepreneurial, qu’il y ait un seul vendeur d’un produit ou 100 vendeurs, a une source unique, le profit entrepreneurial. Les consommateurs sont disposés à acheter le produit des entrepreneurs à un prix qui dépasse le coût de production total. Ce sont les consommateurs-patrons qui déterminent ensuite s’il y aura 1 vendeur ou 100 vendeurs d’un produit. Par conséquent, le profit réalisé par l’entrepreneur A n’est pas dû à la perte subie par l’entrepreneur B. Encore une fois, le dogme de Montaigne, une mentalité de gagnant-perdant est réfutée. Le profit d’un homme n’est pas dû à la perte d’un autre.

Mauvaise idée n° 4 : Si le gouvernement ne maintient pas l’esclavage, alors le cambriolage, le vol, l’incendie criminel, le viol et le meurtre atteindront des niveaux épidémiques. La confiscation du choix est le moyen de tous ces crimes. Un criminel, qui pratique le dogme de Montaigne, pense que la seule façon d’avoir un profit est que sa victime subisse une perte. Comme je vous l’ai montré, avec l’expansion d’une communauté de propriétaire à but lucratif, l’imagination des entrepreneurs protégera les non-criminels de la victimisation des criminels potentiels. La meilleure chose est d’avoir seulement des criminels potentiels, mais pas de criminels. Un individu aimerait être un criminel, il voudrait peut-être voler une banque, il voudrait voler une voiture, mais il n’y a pas moyen de le faire. Vous ne pouvez pas être blessé par un criminel potentiel. Vous ne pouvez être blessé que par un criminel. À mesure que nous subissons l’atténuation de l’interventionnisme bureaucratique, nous subirons également l’atténuation de la criminalité privée pour toutes les nombreuses raisons que j’ai déjà divulguées.

Mauvaise idée n° 5 : Si le gouvernement ne maintient pas la servitude, les agresseurs étrangers asserviront le peuple. Quelle est la cause sous-jacente de toute agression étrangère ? C’est une croyance populaire, parmi les gens éduqués, intelligents, que les 13 mauvaises idées sont 13 bonnes idées. Pour atténuer et finalement mettre fin à l’agression extérieure et à la guerre, nous devons atténuer, et finalement mettre fin à l’interventionnisme politique et bureaucratique qui aboutit à l’agression et à la guerre. Cet interventionnisme est soutenu par la croyance populaire dans les 13 mauvaises idées. Si la croyance en ces 13 mauvaises idées est atténuée, l’interventionnisme est également atténué, ce qui signifie que la guerre, devinez quoi, est également atténuée. C’est cette évolution que nous devons accélérer.

Mauvaise idée n° 6 : si le gouvernement ne maintient pas la servitude, les produits manufacturés étrangers seront vendus sur les marchés intérieurs au détriment des producteurs nationaux. Encore une fois, le dogme Montaigne dresse sa tête laide, une mentalité de gagnant-perdant. Les producteurs de la nation A ne peuvent que tirer profit, dit-on, lorsque les producteurs de la nation B subissent des pertes. Et là où il y a un mariage entre le principe de la division du travail et le principe du libre-échange, chaque nation gagne. Il n’y a pas de perdants.

Mauvaise idée n° 7 : Si le gouvernement ne maintient pas l’esclavage, de nombreux citoyens âgés deviendront pauvres. Le dogme de Montaigne dit que la seule façon pour les personnes âgées d’avoir la sécurité et de prospérer est que les autres souffrent d’une perte, en particulier les jeunes. Par conséquent, nous devons forcer les jeunes à subventionner les vieux sous la contrainte d’une arme. Ce n’est pas une idée très brillante. C’est une mauvaise, mauvaise idée. Quelle est la véritable cause de la sécurité sociale pour les personnes âgées, ou d’ailleurs, les personnes de tout âge ? Quel que soit votre âge, il est utile et souhaitable d’avoir une sécurité sociale. Pensez-y. Cela n’a rien à voir avec l’âge, n’est-ce pas ? Ce n’est pas le cas. La sécurité sociale réelle maintenant, et pour toujours, a une cause simplex. L’application libre, et sans restriction, du principe de la prospérité. Là où il y a la prospérité, vous trouverez la sécurité économique. Et lorsque vous appliquez le principe de la pauvreté, en revanche, vous trouverez l’insécurité économique, c’est aussi simple que cela. Tous les principes fonctionnent. Le principe de la pauvreté fonctionne. Le principe de prospérité fonctionne. Tous les principes fonctionnent.

Mauvaise idée n° 8 : Si le gouvernement ne maintient pas la servitude, il y aura le chômage de masse. Le dogme de Montaigne implique que les chômeurs ne peuvent tirer profit que lorsque les autres subissent une perte. Mais là encore, là où il y a un mariage entre le marché libre et la division du travail, la cause du chômage là où il y aurait normalement un emploi, ces causes ont été atténuées ou terminées. Je pense que je vous ai donné les principales causes de chômage aux États-Unis :

  • Lois sur le salaire minimum imposées par le gouvernement. Les taux de salaires syndicaux imposés par le gouvernement et l’exclusion violente de ceux qui veulent travailler, et parfois c’est une exécution. Des gens ont été assassinés pour avoir été des briseurs de grève.
  • Confiscation par le gouvernement du profit entrepreneurial.
  • Lois gouvernementales sur le travail des enfants qui provoquent un chômage de masse chez les adolescentes.

Tout cela, ce sont des interférences internes avec quoi ? Le libre-échange. Mais là où il y a un libre-échange entre les entrepreneurs et ceux qui choisissent de produire, là où il y a le libre-échange, vous optimisez l’opportunité pour l’emploi productif de tous ceux qui veulent travailler.

Mauvaise idée n° 9 : Si le gouvernement ne maintient pas la servitude, la servitude involontaire, l’inflation détruira la valeur de la monnaie. Eh bien, quand le gouvernement monopolise l’émission d’argent en premier lieu, le gouvernement gonfle cet argent quand il est politiquement opportun de le faire, ce qui arrive toujours tôt ou tard. Cela couvre toutes les possibilités historiquement. L’inflation viendra tôt ou tard. Il n’y aura aucune exception tant que les politiciens prendront le contrôle de l’argent sur une base monopolistique. La protection contre l’inflation, si vous le voulez, provient d’une autre source. Une société libre, où les entrepreneurs ont la liberté d’émettre de l’argent et où il y a un libre échange d’argent pour l’argent, de l’argent pour des biens et des services. L’argent dans une société libre évolue, c’est ce que veulent tous les consommateurs en échange de l’argent, ce qui fait ce que devient l’argent. Et il n’y a pas de monopole, il peut y avoir une douzaine de monnaies différentes. Chacune a un taux de convertibilité avec un autre type de monnaie. Peu importe. Peu importe du tout. Ce pourrait être une norme de coquillages. Il y a eu des systèmes monétaires où les coquillages étaient la norme, c’était de l’argent.

Mauvaise idée n° 10 : Si le gouvernement ne maintient pas la servitude, tout individu peut produire n’importe quel produit, l’offrant à la vente à n’importe quel prix. Selon le dogme de Montaigne, la seule façon pour les producteurs de tirer profit est que les autres producteurs et consommateurs subissent une perte. Cependant, comme je l’ai démontré scientifiquement, le seul moyen d’optimiser la plus grande satisfaction des gens est celui où les consommateurs votent pour les producteurs de leur choix.

Mauvaise idée n° 11 : Si le gouvernement ne maintient pas la servitude, les services de transport et de communication se détérioreront, ce sera le chaos. Le dogme Montaigne nous dit que les entrepreneurs et les technologues du transport et de la communication ne peuvent tirer profit que de la perte de leurs concurrents et de leurs clients. Tout d’abord, j’aimerais souligner que si nous devions dépendre des super régresseurs, c’est-à-dire des politiciens et des bureaucrates, pour notre transport, si nous devions dépendre d’eux, nous marcherions encore. Si nous devions dépendre d’eux pour la communication, nous crierions encore, nous crierons : «Bonjour, avez-vous reçu mon message, vous là-bas?» Si vous deviez dépendre des super-régressifs pour la communication, nous devrons encore crier. Quelle est alors la cause du transport et de la communication modernes ? Regardons les noms de certains des principaux moteurs du développement du transport moderne et de la communication. Qui étaient-ils ? Vous connaissez tous ces noms. Henry Ford, James Watt, Thomas Edison, Rudolf Diesel, Robert Fulton, Guglielmo Marconi, George Westinghouse, Alexandre Graham Bell, Edwin Howard Armstrong, Wilbur et Orville Wright, pour n’en nommer que quelques-uns.

Ford nous a donné des systèmes de transport en commun pour les masses.

Watt nous a donné les moteurs qui ont été les premiers à alimenter les navires et les trains ainsi que les moteurs qui ont alimenté l’évolution industrielle.

Edison nous a donné le premier système de distribution électrique. Il nous a donné des trains électriques, des microphones et bien plus encore.

Diesel nous a donné le fameux moteur diesel, une source d’énergie économique pour les navires et les trains. Fulton a lancé les premiers bateaux à vapeur commercialement réussis.

Marconi nous a donné la télégraphie sans fil.

Westinghouse nous a donné un système de sécurité ferroviaire avec son frein à air comprimé, ses dispositifs de signalisation automatique et bien plus encore. Et Westinghouse est le début de la sécurité des transports. Il nous a donné le gaz, la technologie de distribution du gaz naturel, comment le concevoir, comment le construire, comment avoir des dispositifs d’arrêt automatique pour éviter les accidents. George Westinghouse nous a donné toute la technologie et elle est en grande partie intacte aujourd’hui, et peu de choses ont changé depuis la façon dont il l’a développée et l’a innovée il y a plus d’un siècle.

Bell nous a donné le premier système de transmission téléphonique intelligible et commercialement pratique.

Armstrong nous a donné un système de modulation de fréquence radio, mieux connu comme FM, et beaucoup plus dans la technologie.

Les frères Wright nous ont donné la soufflerie et la science de l’aérodynamique qui ont mené à la création de machines volantes à moteur

Tous ces hommes étaient des technologues et la plupart d’entre eux étaient aussi des entrepreneurs et beaucoup d’entre eux étaient des investisseurs, les trois à la fois, ce qui signifie qu’ils sont membres de la classe des élites que j’appelle les super-progressifs. À cette liste, vous pourriez ajouter des pages des noms d’autres super-progressifs qui ont construit notre technologie de transport et de communication.

Et, chers amis, on veut nous amener à croire que s’ils sont laissés à eux-mêmes, sans supervision bureaucratique et interventionnisme, ces super-progressistes, super-humanitaires vont laisser tout ce qu’ils ont construit s’effondrer dans des ruines et le chaos parce qu’ils n’ont pas de guide bureaucratique. Qui croit cela ? La plupart des gens. De plus, on nous dit que les seules personnes qui peuvent venir à la rescousse, et maintenir l’ordre, sont les super-régressives, j’ai nommé les politiciens et de bureaucrates

Maintenant, à ce carrefour, sans que je puisse vous parler des effets dominos régressifs de l’interventionnisme bureaucratique en lien avec l’industrie des transports et des communications, vous devriez pouvoir généraliser, d’après ce que j’ai déjà dit, les progrès en matière de transport et de communication a été entravée, et retardée, par toute l’intervention du gouvernement. Si vous regardez, vous constaterez que la FCC, la Federal Communications Commission, qui réglemente la communication par la télévision, la radio et le réseau, la CCI, l’Interstate Commerce Commission qui a réglementé les transporteurs de marchandises et de personnes par voie terrestre, la FAA, l’Agence fédérale de l’aviation, qui réglemente tous les transporteurs de marchandises et de personnes par avion, ne sert pas les meilleurs intérêts des consommateurs, ni les demandes des consommateurs pour la satisfaction et une meilleure qualité de transport et de disponibilité au prix le plus bas à la fois du transport et de la communication.

Mauvaise idée n° 12 : Si le gouvernement ne maintient pas la servitude, les ressources nationales seront gaspillées et la terre deviendra inhabitable à cause de la pollution. Alors que j’ai abordé le sujet de la pollution dans mon séminaire universitaire que j’appelle Forum de l’Action Humaine, et un autre séminaire que j’appelle Solutions de l’Action Humaine, j’ai consacré dans ces deux séminaires, au moins une session entière sur comment le marché-libre permet d’atteindre la protection écologique et pourquoi le marché non libre est incapable de le faire.

Mauvaise idée n° 13 : Si le gouvernement ne maintient pas la servitude, la qualité et la disponibilité des services de santé vont se détériorer. Nous avons été amenés à croire que la qualité de la santé des gens peut être améliorée par la confiscation bureaucratique et l’interventionnisme. Une écrasante majorité des gens sont tombés dans cette erreur. Le fait est que là où vous avez un libre marché libre, la tendance est à des services de santé de plus en plus de haute qualité disponibles pour une portion de plus en plus grande de la population. Nous n’avons pas de marché libre sans entraves. Au lieu de cela, nous avons connu une croissance constante de l’interventionnisme bureaucratique dans le domaine des services de santé. Ceci et d’autres formes d’intervention bureaucratique ont conduit à la montée en flèche des prix dans tous les domaines des services de santé. Ces prix en augmentation rapide ont rendu les services de santé de plus en plus inabordables et, par conséquent, inaccessibles à un segment croissant de la population. Comme toujours, les propagandistes du gouvernement demandent rapidement plus d’interventionnisme pour corriger les problèmes causés par l’interventionnisme gouvernemental. C’est ainsi que fonctionnent tous les mécanismes bureaucratiques. Ils interfèrent, causent un désastre, puis ils disent, « eh bien, nous avons besoin de plus d’ingérences pour corriger la catastrophe que nous venons de causer », et il n’y a pas de fin à cela. Et vous obtenez un effet domino régressif en spirale et ainsi de suite. En d’autres termes, ils mettent le bordel et ils disent: «Eh bien, nous avons besoin de plus de bordel pour réparer le bordel.» Et chaque réparation est un gros problème. Vous voyez ça ? Vous allez faire réparer votre voiture, elle est en train d’être réparée, les mécaniciens laissent tomber quelque chose et la rendent encore pire qu’avant. Est-ce que cela vous est déjà arrivé ? Ça n’est pas simplement avec votre voiture, ça peut être n’importe quoi. Vous entrez pour récupérer votre stéréo, ou votre téléviseur, ou votre ordinateur, ou autre chose et c’est pire que lorsque vous le leur avez donné. Cela arrive tout le temps. Alors vous espérez que cela ne vous arrive pas quand vous allez chez votre médecin, car cela peut vous coûter beaucoup plus cher que chez le réparateur d’ordinateur, ou le réparateur de télévision défaillant. Mais nous avons 13 mauvaises idées, soutenues par la majorité des gens de la plus de haute qualité dans le monde. Qui sont les personnes de la plus haute qualité ? Ces personnes qui se perçoivent comme étant éduquées, et intelligentes. Le fait que ces bonnes idées soient acceptées par ces bonnes personnes ne les rend pas moins mauvaises. Chacune de ces mauvaises idées est une barrière idéologique contre l’abandon de l’esclavage et la réalisation de la liberté. Chacune de ces mauvaises idées est directement, ou indirectement, une cause de guerre, d’inflation, de dépression, de travail forcé, de famine, etc.

La question se pose, « eh bien, que pouvons-nous faire à ce sujet » ? Il est important de reconnaître que les causes de ces catastrophes sociales ne peuvent être éliminées par la vague d’une baguette politique. Le miracle politique ne fonctionne pas. Toutes les tentatives politiques visant à proscrire la guerre, l’inflation, la dépression, le travail forcé, la famine, etc. échoueront de façon prévisible. Eh bien, si nous ne pouvons pas réussir à mettre hors la loi ce qui ne va pas, devrions-nous alors nous opposer à ce qui ne va pas ? Devrions-nous nous opposer à la bureaucratie, nous opposer à l’interventionnisme ? Devrions-nous nous opposer aux promulgateurs de la confiscation du choix individuel ? Qu’est-ce que vous en pensez ? C’est tentant mais je vais vous dire quelque chose, ça ne marchera pas. Vous dites « ok qu’est-ce qu’il y a de mal à s’opposer à ces gens « ? Ça ne marchera pas.

Hé bien, Von Mises a fait une déclaration très claire sur le sujet. Il a dit : « Un mouvement anti-quelque chose affiche une attitude purement négative. Il n’a aucune chance de réussir. Les diatribes passionnées font virtuellement de la publicité au programme qu’ils attaquent. »

Il poursuit : «Les gens doivent se battre pour quelque chose qu’ils veulent accomplir, et non simplement rejeter un mal, aussi mauvais soit-il. Ils doivent sans réserve entériner le programme d’une économie de marché. » Von Mises appelle cela l’économie de marché, je l’appelle le marché libre ou la société libre. Une société de marché libre est une réalisation qui mérite de combattre pour elle dans un sens. C’est le seul système sociétal que nous n’avons pas encore essayé. La société libre est la seule chose que nous n’avons jamais essayée. Vous réalisez cela ? C’est la seule alternative à une société dirigée, par des bureaucrates, dans laquelle l’esclavage est imposé au profit des maîtres esclavagistes, bien sûr toujours au nom du peuple. Nous faisons cela pour vous monsieur. « Eh bien, si vous y réfléchissez, nous vous aidons beaucoup en confisquant vos choix et votre richesse. » Vous devriez être reconnaissant. J’ai consacré ma vie en tant que fonctionnaire pour vous aider. Payez ou sinon…

Cela m’amène à une discussion d’une solution d’ampleur monumentale. Je l’appelle « la solution d’atténuation idéologique ». Je vais vous donner un avertissement. Plus la solution est grande, plus il est difficile de voir la solution de la part des personnes intelligentes. Les gens sans intelligence ne le voient jamais. Si vous êtes une personne intelligente, il n’y a rien d’embarrassant dans le fait qu’il y a des choses qui sont plus difficiles à comprendre que d’autres. Il n’y a rien d’embarrassant à ce sujet. La solution doit faire avec la résolution de ce problème. Comment pouvons-nous atténuer, ou minimiser, la croyance commune parmi les adultes éduqués, intelligents que le maintien de l’esclavage apportera le plus grand bien au plus grand nombre ? Comment pouvons-nous atténuer leur croyance que les 13 mauvaises idées sont 13 bonnes idées ? Comment peut-on atténuer la croyance selon laquelle toute mauvaise idée, dont l’acceptation populaire causera des catastrophes majeures pour l’homme, comment peut-on atténuer leur croyance en une mauvaise idée qui va être une catastrophe, ou aboutir à une catastrophe lorsqu’elle est mise en œuvre ? Au cours d’une conférence précédente, j’ai donné un nom à l’idée la plus destructrice de l’histoire de l’homme, le dogme de Montaigne, à savoir qu’aucun homme ne peut tirer profit de la perte d’un autre. La croyance populaire dans le dogme de Montaigne a conduit à l’une des idéologies les plus pernicieuses et les plus catastrophiques que je connaisse dans l’histoire des idéologies pernicieuses. Le dogme de Montaigne est aussi la mentalité de gagnant-perdant, pour que moi je gagne, toi tu dois perdre.

Pernicieux, comme vous le savez, signifie quoi ? Principalement cela signifie mortel. Si c’est mortel, c’est destructeur. Ce mot est probablement déjà dans le vocabulaire de la plupart d’entre vous. Si ce n’est pas dans votre vocabulaire, pernicieux est un bon mot. Ajoutez-le à votre vocabulaire. C’est l’idée la plus pernicieuse, la plus meurtrière, l’une des plus meurtrières à avoir jamais existé et qui a conduit à la mort la plus violente de tant de personnes. Cette idéologie mortelle a un nom dont vous avez entendu parler, elle s’appelle sorcellerie. La sorcellerie. En tant qu’enfant, vous avez été initié aux sorcières dans la littérature enfantine. Les frères Grimm étaient des folkloristes allemands, vous vous souvenez tous de leur conte de fées de « Hansel et Gretel ». Le méchant de l’histoire est une méchante sorcière qui a construit une maison dans la forêt faite de pain, de gâteau, de sucre. Cette jolie maison est conçue pour attirer les enfants sans méfiance dans les griffes de la sorcière, qui est aussi une cannibale qui aime se régaler de ses jeunes prisonniers. Je n’invente rien, c’est l’histoire que nous ont raconté les frères Grimm, Jacob et Wilhelm Grimm. Ils nous ont donné des histoires sinistres, ces frères Grimm. Nous ne réfléchissons pas à cela, c’est une histoire d’enfance, nous la passons simplement de père en fils, de père en fils. Nous ne nous arrêtons même pas pour l’analyser, n’est-ce pas ? Si vous aviez vécu dans le monde occidental au 15ème, 16ème et 17ème ou même 18ème siècles, une sorcière signifiait tout à fait autre chose. À l’époque, on croyait généralement que les sorcières étaient la cause de certains effets détestés, tels que les pestes, les grandes tempêtes de grêle, l’empoisonnement des récoltes, et toutes sortes de malheurs qui pourraient arriver aux gens. Comment une sorcière a-t-elle acquis tout son pouvoir surnaturel ? Comment la sorcière a-t-elle obtenu son pouvoir? Savez-vous comment les sorcières ont obtenu leur pouvoir ? La sorcière était une femme qui, croyait-on, avait eu des rapports sexuels avec le diable, Satan, ou avait fait un pacte avec un mauvais esprit. On croyait que la sorcière avait acquis son pouvoir de détruire grâce à son amant satanique, le diable lui-même. Le 5 décembre 1484, le pape Innocent VIII a publié une bulle papale. C’est une lettre majeure du pape, « Summis desiderantes ». Dans cette lettre officielle, le Pape a ordonné au Grand Inquisiteur de mettre à mort tous les sorciers et sorcières. Les sorciers étaient des hommes, la contrepartie masculine d’une sorcière était un sorcier. Une autorité estime que jusqu’à 9 millions d’hommes, de femmes et d’enfants ont été mis à mort après avoir été accusés de pratiquer la sorcellerie sur une période de plusieurs siècles. Peut-être que le nombre n’était que la moitié de cela et que seulement 4,5 millions de personnes ont été mises à mort pour crime de sorcellerie. Peut-être qu’ils exagéraient. Ce n’est pas tout à fait clair, la taille ou le nombre, sauf que c’est par millions. La plupart d’entre vous savent qu’ils n’ont pas toujours conservé les enregistrements les plus précis, bien qu’ils aient essayé de le faire. Pour tous ceux qui ont été jugés et exécutés, il y avait un dossier du procès et ils ont gardé ces dossiers. Beaucoup de dossiers ont survécu. La plupart d’entre vous connaissent la méthode d’exécution pour la femme coupable de sorcellerie, elle est brûlée vive alors qu’elle est attachée à un pieu, généralement au milieu de la place de la ville. D’autres méthodes d’exécution que vous avez lues comprennent toutes les horribles histoires d’horreur dont vous avez entendu parler, être écrasées à mort, torturées à mort, bouillies vivantes, des tas de méthodes ingénieuses pour faire mourir les gens. Je pourrais donner des conférences entières à ce sujet et je n’exagère pas. D’accord, j’ai une question pour vous. Combien parmi les 9 millions, ou peut-être seulement 4,5 millions, combien de personnes étaient réellement coupables de sorcellerie ? Les hommes et les garçons accusés étaient appelés sorciers et ils obtenaient également leur pouvoir du diable. Combien d’entre eux étaient réellement coupables ? Était-ce seulement les deux tiers, peut-être seulement 6 millions étaient coupables et 3 millions étaient innocents, est-ce possible ? Peut-être que c’était l’inverse. Peut-être qu’ 1 million seulement était coupable, est-ce possible ? D’une manière ou d’une autre, ils n’ont pas fait un bon travail de tenue de dossiers dans les tribunaux ? Alors peut-être qu’il n’y avait qu’1 million de coupable de sorcellerie. Seulement 1 million de femmes ont eu des rapports sexuels avec le diable au lieu de 9 millions. Eh bien, comment les femmes ont-elles donné naissance à l’enfant de Satan ? C’est ce qu’ils croyaient. Si une femme a des relations avec le diable, elle porte l’enfant de Satan. Hey, si vous croyez cela, vous pourriez percevoir cet enfant comme dangereux. Est-ce que c’est possible ? Qu’en est-il du fait que les hommes et les garçons ont fait un mauvais contrat avec le diable pour nuire à leurs amis et voisins ? Eh bien, si leurs procès se déroulaient aujourd’hui et que vous étiez juge, combien d’entre vous jugeraient les 9 ou 6 millions de personnes, ou n’importe quel nombre, combien d’entre vous les jugeraient tous innocents, innocents de tous les chefs d’accusation ? Combien d’entre vous pensent que l’exécution cruelle et barbare de ces millions d’hommes, de femmes et d’enfants innocents, combien pensent que c’était une énorme catastrophe ? L’un de vous ? Une grande catastrophe hein ? Nous sommes ici pour comprendre la causalité. Quelle était la cause fondamentale de l’un des exemples les plus scandaleux de la cruauté organisée dans l’histoire de l’humanité ? Qu’y avait-il derrière ? La superstition ! Et qu’est-ce qu’il y a derrière la superstition ? L’échec à comprendre la cause et l’effet. Nous savons aujourd’hui que ces gens n’étaient pas la cause de la peste bubonique. Les sorcières ont été accusées d’être à l’origine de la peste. Elles ont été accusées d’avoir causé des tempêtes de grêle pour détruire les récoltes. Elles ont été accusées de provoquer des orages, elles ont été accusées d’assécher les vaches pour qu’elles ne donnent plus de lait. Maintenant, nous ne pouvons pas avoir de lait parce qu’une sorcière a empêché la vache de donner du lait. Que pensez-vous de la qualité de l’idée du procès des sorcières ? Que pensez-vous de la qualité de cette idée ? Un autre exemple classique, le tout était une mauvaise idée dès le départ n’était-ce pas ? Cela doit être l’une des pires mauvaises idées de toute l’histoire des mauvaises idées. Par conséquent, j’ai cette question pour vous. Comment, mes amis, ces persécutions de personnes totalement innocentes ont-elles pu continuer depuis l’époque d’Innocent VIII pendant quelque 4 siècles ? Rappelez-vous que la révolution américaine date d’il y a un peu plus de 200 ans et que cela nous semble long. Comment cela a-t-il pu se passer deux fois plus longtemps que la Révolution américaine ?

Les persécutions de sorcières ont continué seulement parce qu’elles étaient soutenues par les meilleurs gens. Et qui étaient les meilleures personnes aux 15 ème, 16 ème, 17 ème, et 18 ème siècles ? Je vais vous dire qui elles étaient, c’étaient ces gens qui s’estimaient être éduqués, intelligents, tout comme aujourd’hui. Ces bonnes personnes ont même publié un guide pour la bonne conduite des procès de sorcières. Il a été appelé « Marteau des sorcières » (Malleus Maleficarum)et a été publié en 1485. Le livre a été écrit en latin. Il a été publié sur ordre d’Innocent VIII. Quel nom pour le commandant, Innocent VIII. Il y avait sept Innocents précédent. Le « Marteau des sorcières », ce livre, était si populaire, qu’il a été réimprimé en de nombreuses éditions. Plus tard, il a été utilisé, par les protestants, comme guide standard pour leurs persécutions de sorcières. L’approche à l’égard de ces soi-disant sorcières a été bien documentée.

Sur le continent européen, l’accusée était torturée jusqu’à ce qu’elle avoue. Ensuite, en appliquant plus de torture, ou la menace, de celle-ci, les noms de ses complices étaient demandés, un par un. Ces personnes innocentes étaient alors arrêtées et torturées jusqu’à ce qu’elles nomment leurs complices, ce qui était généralement toutes les personnes qu’elles connaissaient. Elles faisaient tout pour arrêter cette torture. Tout. La raison pour laquelle il y avait tant de confessions, selon les règles bureaucratiques de l’époque, j’ai une copie du « Marteau des sorcières » dans ma bibliothèque, selon les règles bureaucratiques de l’époque, si vous le lisez, il est indiqué clairement que la torture ne devait pas prendre fin tant qu’une confession complète n’avait pas été extorquée. C’est clairement indiqué, en clair, en latin. Ce qui voulait dire quoi ? Quel pourcentage d’accusés a finalement avoué ? Presque tout le monde a avoué. Les seules exceptions étaient celles qui sont morts. Ils sont morts avant d’avoir eu l’occasion de se confesser. C’étaient à peu près les seules exceptions. Il est intéressant de noter qu’en Angleterre à l’époque, les femmes accusées n’étaient pas torturées avec les instruments de torture habituels, de sorte que les Anglais étaient au moins en avance. Au lieu de cela, elles ont été soumises à ce qu’on a appelé «l’épreuve de l’eau». Certains d’entre vous savent comment cela fonctionnait. Une femme accusée d’être une sorcière était jetée dans un étang profond ou un lac. Si elle nageait jusqu’au rivage, en sécurité, elle était immédiatement jugée par ses accusateurs comme coupable. Pourquoi coupable ? Eh bien, cela vous semblera évident si vous lisez le « Marteau des sorcières ». Elle flottait en étant maintenue par les bras forts de son amant. Et qui est son amant ? Satan, le diable, qui selon la croyance juive et chrétienne est l’adversaire principal de Dieu, le tentateur de l’humanité, le dirigeant de l’enfer. Cependant, si cette femme accusée s’enfonce sous les eaux et se noie, elle est immédiatement jugée innocente de toutes les accusations. Je souhaite, chers amis, que, pour l’amour de ces gens tragiques, j’aurais voulu en inventer. Vous savez, les Grecs ont inventé ce qu’on appelle une tragi-comédie. Quelle tragi-comédie. Vous ne savez pas si vous devez rire, ou pleurer, alors peut-être que vous faites les deux.

J’ai une question pour vous. Puisque cela fait bien plus d’un siècle, un siècle et demi ou plus depuis que la dernière personne connue a été brûlée sur le bûcher pour sorcellerie en Espagne, pourquoi l’élever maintenant? Est-ce ridiculiser les personnes responsables de ces procès de sorcières et de ces persécutions ? Je voudrais partager avec vous encore une fois la devise de cet institut du célèbre philosophe juif, qui, il y a plus de 300 ans, a été persécuté par les Juifs d’Amsterdam. Spinoza, un juif, a été expulsé d’Amsterdam par ses compagnons juifs pour hérésie. Spinoza était en avance sur son temps. Il est l’un des grands philosophes de l’histoire de la philosophie. Et si tout ce qu’il a jamais dit était cette phrase unique, c’est l’un des plus grands concepts jamais conçus, c’est la devise de cet institut: «J’ai fait un effort incessant pour ne pas ridiculiser, ne pas mépriser les actions humaines, mais de les comprendre. ». En utilisant le langage de Spinoza, je ne suis pas là pour mépriser les actions humaines de ceux qui ont persécuté toutes ces personnes innocentes. Je suis ici pour utiliser la science pour comprendre ce qui a causé ces actions humaines, qui ont conduit à cette atrocité se terminant par la torture et le meurtre brutal de millions et de millions d’hommes, de femmes et d’enfants sur quatre siècles. Comment cela est-il possible pendant 4 siècles ? Le procès des sorcières, et la persécution de ces victimes pathétiques sont un effet. Quelle était la cause de cet effet désastreux que toute personne aujourd’hui, même avec une once de compassion, n’aimerait pas et qui pourrait même verser de véritables larmes en leur faveur ? Cela pourrait valoir au moins une larme pour certaines de ces millions de personnes qui ont connu une mort si cruelle, une demi-larme peut-être même si cela s’est passé il y a des siècles. Une demi-larme.

Les persécutions des sorcières ont été causées par, devinez quoi, une idéologie. Les idéologies déterminent tout, elles gèrent tout. Tout est basé sur l’idéologie. Ce sont toutes des idées, des idées, des idées qui régissent vos actions et qui régissent les actions de tous les autres. Quelle était cette idéologie ? Voici cinq des idées qui ont rendu ce cauchemar possible:

Il y a des femmes mortelles, des sorcières, qui ont des rencontres sexuelles avec un pouvoir surnaturel, Satan, le diable.

Ces femmes peuvent porter l’enfant de Satan. C’était une croyance commune que ces bébés, qui sont nés du diable, doivent être pris de leurs mères et brûlés sur le bûcher. Les bébés vivants brûlent sur le bûcher. Il est important de le noter parce que vous pouvez voir que de temps en temps, il y avait des adultes qui étaient condamnés au bûcher pour des raisons d’envie, de dépit, de jalousie, ce qui arrivait tout le temps mais vous n’étiez pas susceptible de condamner un simple bébé au bûcher. Il est difficile d’être très en colère envers un bébé qui a peut-être quelques mois, n’est-ce pas ? Vous devez être dérangé psychologiquement pour détester un bébé de deux mois. Eh bien, le fait est que ces gens étaient convaincus que ce bébé était quoi ? Une menace, une véritable menace pour leur bien-être. Comment pourriez-vous obtenir de ces adultes, éduqués, intelligents de brûler des bébés vivants ? En réalité, si il était votre devoir, que les adultes brûlent des bébés vivants, comment vous y prendrez-vous ? Je vous dis une façon de le faire et comment cela a été fait. Cela a été fait avec des idées. Si vous ne connaissez pas la qualité des idées que vous croyez, vous avez de gros problèmes. On croyait que ces femmes avaient conclu un pacte avec Satan dans le but de faire du mal à leurs semblables. Avec la puissance de Satan derrière eux, ces femmes peuvent contrôler le temps, les tempêtes de grêle, les tempêtes de pluie, les tempêtes de neige, les orages. Les personnes accusées de sorcellerie étaient en fait appelées «faiseurs de temps». Si vous étiez appelé « faiseur de temps », et si vous étiez une femme, vous pouviez avoir de gros problèmes. Parce que vous êtes l’un d’entre elles, et c’est nous contre elles, et vous êtes l’une d’entre elles. Vous êtes un fabricant de météo. Je t’ai vu faire le temps. Avec ce pouvoir satanique, ces femmes peuvent détruire les récoltes, les bâtiments, les bateaux, les ponts et les gens. Ces femmes peuvent même faire écraser les plus grands navires en mer dans une tempête violente. Et enfin, les aveux de ces femmes sous la torture sans limite sont la preuve de leur culpabilité. Que pensez-vous du système ? C’est le cœur des idées derrière l’idéologie de la sorcellerie. Et chacun d’entre vous peut-il voir où le dogme de Montaigne s’inscrit dans l’idéologie ? Bien sûr. La seule façon dont les gens de la communauté peuvent tirer profit c’est que ces sorcières, et sorciers malfaisants, subissent une perte, la perte de leurs vies. La mentalité gagnant-perdant. Pour que nous puissions gagner, vous devez être obligé de perdre. J’espère que vous commencez à voir à quel point le dogme de Montaigne, la mentalité gagnant-perdant, est omniprésent. Voyez-vous à quel point il est omniprésent ? En d’autres termes, il est partout. Il est seulement dangereux quand les bonnes personnes le croient. Je vous ai montré la cause idéologique des persécutions des sorcières. Elles ont été systématiques dans le monde occidental pendant environ 4 siècles. Comme vous le savez, elles ont touché le Nouveau Monde à Salem, à Massachusetts Bay en 1692 quand 19 femmes ont été pendues pour avoir pratiqué la sorcellerie. C’est erroné, nous avons entendu parler des buchers de sorcières à Salem; il n’y a pas eu de sorcières brûlées, que nous connaissions en Amérique du Nord. Elles ont été pendus, ou de grosses pierres ont été empilées sur elles lentement, une à une, continuez à charger d’autres pierres, et vous êtes lentement écrasé jusqu’à en mourir. Ce n’est probablement pas un moyen agréable d’y aller. Beaucoup de douleur va avec ça.

Permettez-moi de vous poser cette question. Y a-t-il des gens qui vivent aujourd’hui en Europe et en Amérique du Nord et qui croient encore en l’existence de sorcières, de diables et d’esprits malins ? Oui il y en a. Je ne connais personne qui tombe dans cette catégorie, du moins ils ne me l’ont pas dit. Mais vous les voyez interviewés à la télévision tout le temps, vous avez lu à leur sujet dans le journal, ai-je raison ? Ils existent. D’accord, voici une deuxième question. sachant qu’ils existent, connaissez-vous des procès de sorcières et des persécutions qui ont lieu aujourd’hui ? Pas impossible, peut-être en Amérique du Sud même si je n’en connais pas. Il y en a peut-être, j’en connais pas personnellement. Je n’en ai certainement pas entendu parler aux États-Unis. Eh bien, s’il y a des gens qui croient encore en cette superstition alors pourquoi n’avons-nous pas encore la persécution systématique des sorcières ? Parce que ces idées ont été rendues impuissantes. Elles sont devenus impuissantes lorsque la grande majorité des gens qui ont été éduqués, intelligents ont finalement vu la réalité de la superstition. Une personne superstitieuse est celle qui a une fausse conception de la causalité. Aujourd’hui, les gens qui croient, dans la superstition, de la sorcellerie sont en grande partie sans instruction, inintelligents. Je n’ai pas vu une telle étude mais je dirais que probablement la grande majorité des diplômés des collèges aux États-Unis ne croient pas aux sorcières. Un plus grand pourcentage de diplômés non universitaires y croit. Et si vous allez au département de physique, où on enseigne des idées rationnelles, vous ne trouverez pas beaucoup de master en physique, ou de doctorat en physique, ou tout simplement de physiciens diplômés qui croient à la sorcellerie. Ce n’est probablement pas zéro mais je parie que c’est assez proche de zéro. Qu’est-ce qui a changé, ou révolutionné, la pensée de l’instruit, de l’intelligent ? L’un de vous aimerait savoir. Une note indique que 100 femmes ont été tuées, en 1994 en Afrique du Sud, par lapidation en tant que sorcières. Très bien, et combien des tueurs étaient des diplômés d’université ? Qui a fait la lapidation ? Je ne dis pas que le fait d’être un diplômé d’université est nécessairement en soi un accomplissement significatif, je fais juste une remarque qu’en Afrique, je ne serais pas surpris si cela continuait, surtout parmi les tribus, les tribus africaines. Pourquoi, le monde occidental est, où le monde occidental à l’époque, était dominé par l’idée de sorcellerie et toute cette superstition. Aujourd’hui dans le monde occidental, cela exclut l’Afrique, aujourd’hui dans le monde occidental, nous n’avons pas cela. Qu’est-ce qui a révolutionné la pensée des gens éduqués, intelligents au sujet de la sorcellerie ? Est-ce important de le savoir ? L’un de vous aimeriez-vous savoir ? Ou préférez-vous jouer au golf, regarder la télévision ou faire autre chose? Il y a 40 000 autres choses que vous pouvez faire. Je dois rivaliser avec tout ça. Je dois vous amener ici, je dois rivaliser avec le golf, le tennis, le Marathon. Je dois rivaliser avec les pique-niques de tante Fanny, encore et encore, ai-je raison ? Et la seule raison pour laquelle les gens ne viennent pas au séminaire quand ils sont invités est qu’ils pensent avoir une meilleure offre, la meilleure offre étant, « oh, je dois travailler plus bla, bla, bla ». Ou « je dois aller à cet événement ou cette fête ou cette chose sociale ou cet événement sportif ou ping-pong ». Ils ont eu une meilleure offre. Donc, la façon de vendre le séminaire est de les convaincre que c’est la meilleure offre, c’est votre mission si vous choisissez de l’accepter. Vous devez les convaincre que c’est une meilleure offre que celle que vous pouvez trouver, ou ils vont même vous rembourser si vous ne le dites pas et je vous le dis à la fin de le séminaire. Si ce n’est pas le meilleur investissement de votre temps, faites-le nous savoir. Vous n’avez pas à venir me voir personnellement. Envoyez juste un mot. Je ne vais pas discuter avec vous. Envoyez un mot, que ce n’était pas le meilleur investissement de votre temps et de votre argent, nous vous enverrons un chèque pour le montant total des frais de scolarité. C’est la garantie de ce séminaire. Et oui, nous avons eu une demande de remboursement et nous avons envoyé le chèque et le chèque a été remboursé et la personne qui a demandé son argent a pensé que c’était l’un des cours les plus valables qu’il ait jamais pris ? Mais à un moment j’étais encore plus audacieux. J’avais dit aux gens: «Si vous ne pensez pas que c’est le cours le plus précieux que vous ayez suivi, faites-le nous savoir et nous vous ferons un chèque pour le montant total des frais de scolarité.» Une personne a dit : « Eh bien, c’est l’un des cours les plus précieux que j’ai jamais suivi et je le recommanderais à tout le monde, mais il y en avait d’autres que j’ai trouvé plutôt bien. » Nous lui avons rendu son argent. C’est la seule demande que nous avons eu pour un remboursement. Quoi qu’il en soit, tout ce qui a changé leur façon de penser, les bonnes personnes, la pensée des bonnes personnes, ce sont les seules qui comptent. Tout ce qui a changé leur façon de penser, c’est une chose merveilleuse, puissante, de les empêcher de brûler des bébés vivants quand ils pensaient que c’était la chose à faire pour protéger la communauté contre la peste et autres désastres qui n’avaient rien à voir avec la sorcellerie. Parce que quelque que soit cette chose puissante, elle a éliminé l’un des dogmes les plus enracinés et les plus meurtriers de toute l’histoire de la civilisation occidentale. La superstition a été submergée et vaincue par un concept dont vous avez entendu parler dans ce séminaire. On peut l’identifier en un mot, la science, ce qui implique, bien sûr, une meilleure compréhension de quoi ? La causalité. L’impact de la science n’était pas tellement révolutionnaire à l’époque, mais plutôt évolutif. Il y avait trois inventions scientifiques spécifiques de trois hommes de science, connues de vous tous, qui atténuaient la croyance superstitieuse en la sorcellerie. Rappelez-vous, atténuer c’est quoi ? Rendre mince, affaiblir ou réduire en force, en intensité, en effet.

Ces trois événements marquants ont joué un rôle majeur dans la conclusion peut-être de l’application la plus honteuse du dogme de Montaigne, à savoir la chasse aux sorcières et la persécution institutionnalisée des personnes accusées de créer des intempéries et d’autres crimes fallacieux contre l’humanité. Fallacieux signification faux.

Ces événements ont été l’accomplissement de l’action humaine de trois technologues et super-humanitaires. Le premier événement, a lieu en 1643. L’endroit : Florence, Italie. L’événement : L’invention du baromètre. L’inventeur : Evangelista Torricelli. Comme vous le savez, cet instrument qui mesure la pression atmosphérique a été un outil majeur pour nous permettre de comprendre la cause des phénomènes météorologiques.

Le deuxième événement, a lieu en 1714. L’endroit, Amsterdam, Hollande. L’événement, l’invention du premier thermomètre pratique. L’inventeur, Gabriel Fahrenheit. Le physicien allemand Fahrenheit nous a donné à la fois le thermomètre à alcool et à mercure, un autre outil majeur qui nous a montré la cause, devinez quoi, les phénomènes météorologiques.

Le troisième événement, a lieu en 1752. L’endroit, Philadelphie, Pennsylvanie. L’événement, l’invention du paratonnerre. L’inventeur, Benjamin Franklin. L’idée d’un paratonnerre est venue à la suite de la célèbre expérience du cerf-volant de Franklin représentée ici par un artiste. Au milieu d’un orage, Franklin envoie un cerf-volant dans les nuages d’orage et tire de la tempête un courant électrique qui charge une bouteille de Leyde.

De la charge électrique stockée dans la bouteille, il peut ensuite tirer de petites étincelles électriques. C’est bien entendu la conception d’un artiste. Habituellement, les artistes ne connaissent rien à la science, alors ce chérubin est décrit comme donnant de l’aide à Franklin. Je peux vous assurer que Franklin ne s’est pas appuyé sur cette source, il a utilisé la méthode scientifique pour comprendre cela. Pas de chérubins.

Franklin reconnait que ces étincelles électriques dans la bouteille chargée et que les étincelles géantes dans le ciel sont reliées et que tout cela fait partie du même phénomène naturel. Il se rend compte que si nous pouvons comprendre la cause des choses dans la nature, nous pouvons aussi apprivoiser la nature. Nous pouvons alors amener la nature à servir l’humanité.

Maintenant, vous devriez être un penseur assez audacieux avec beaucoup de confiance en soi et d’estime de soi au milieu du 18ème siècle pour penser que vous pourriez, en tant qu’être humain, apprivoiser quelque chose d’aussi puissant et d’aussi génial qu’un éclair. Même aujourd’hui, à moins qu’on soit blasé ou insensible, le spectacle de la dynamique électrique des éclairs et des orages d’éclairs est une démonstration profonde de la mise en scène de la nature, n’êtes-vous pas d’accord ?

Bien sûr, dans le sud de la Californie, nous n’avons pas beaucoup de menaces de cette sorte, mais Franklin a risqué sa vie pour effectuer cette expérience de cerf-volant. Les deux hommes suivants qui ont tenté de dupliquer l’expérience à différents moments ont été électrocutés et tués. Risque – c’était une expérience dangereuse. Risque.

La raison pour laquelle Franklin n’a pas été blessé était qu’il en savait assez sur les phénomènes électriques pour s’isoler du sol pendant qu’il faisait voler le cerf-volant dans une tempête. Il était debout sur un isolant. C’est intelligent, si vous savez ce que vous faites. Les copieurs de l’expérience ont été électrocutés parce qu’ils ne savaient pas et en partie parce que l’expérience de Franklin a été copiée sans sa permission, et publié sans sa permission, et l’éditeur ne savait pas comment elle a été faite.

Et donc ces gens l’ont lu et il n’y avait aucune référence du genre, « oh à propos, tu ferais mieux de t’isoler, tu ferais mieux d’avoir des isolants là où tu vas être liquidé ». Eh bien, pas dans cette langue, mais …

Les expériences de Franklin lui ont donné les connaissances pour inventer un dispositif très pratique et précieux connu sous le nom de la tige d’éclairage. Le paratonnerre est un autre outil qui nous a montré plus sur la cause de quoi ? Les phénomènes météorologiques. Ainsi, Mesdames et Messieurs, le baromètre, le thermomètre et le paratonnerre sont trois outils de la science qui nous ont montré les véritables causes des phénomènes météorologiques. Eh bien maintenant, qu’est-ce que tout cela a à voir avec les sorcières ? Souvenez-vous des sorcières. Eh bien, chers amis, je ne sais pas comment vous dire cela, mais en fin de compte, ces sorcières, ces soi-disantes faiseuses de temps, n’ont pas causé et n’ont pas pu provoquer une seule tempête de grêle, un seul orage, une seule tempête de neige, ou tout autre type de tempête.

Mais qu’en est-il des millions de personnes qui ont été accusées du crime d’intempéries et d’autres transgressions également absurdes ? Eh bien les amis, elles toutes innocents. Elles n’ont pas causé une seule intempérie qui a détruit les récoltes avec du vent ou de la grêle, pas de tempêtes pour noyer quelqu’un, pas de tempête pour détruire un bâtiment avec la foudre. Le fait qu’elles ont toutes été brûlées vives par millions, étranglées à mort, bouillies à mort, écrasées à mort, hé, c’était une erreur totale ! Mais, si vous pouvez demander, aujourd’hui, à ces braves gens qui étaient les juges et les bourreaux de ces innocentes victimes, et s’ils pouvaient savoir ce que nous savons aujourd’hui de la science de la météorologie, de la science des phénomènes météorologiques, que diraient-ils ? Ils ont une sortie de secours parfaite. Ils peuvent tous dire, bon vous savez, nous pensions, à l’époque, que c’était une bonne idée à l’époque. Que peuvent-ils dire d’autre ? Nous pensions que c’était une bonne idée à l’époque, nous pensions que nous faisions la bonne chose. Mais la plupart de ces gens bien éduqués, intelligents qui soutenaient les persécutions des sorcières à l’époque, ils pensaient tous que c’était une bonne idée. Il manquait à ces gens une science capable de différencier avec succès une bonne idée d’une mauvaise idée. Quand ces gens voulaient protéger leurs villes contre les ravages de la peste bubonique et autres pestilences, ils torturaient les innocents pour identifier les sorcières et les sorciers qui propageaient la peste, ce qui était communément, surtout dans les régions chrétiennes, les Juifs… les Juifs propageaient la peste. Ainsi, des centaines de milliers de Juifs ont été brûlés sur le bûcher par de bons chrétiens simplement parce qu’ils étaient juifs. Eh bien, si l’objectif est la protection, alors il y a quelque chose qui ne va pas avec leurs moyens pour atteindre cet objectif. C’est un faux moyen, un faux moyen est tout moyen qui ne peut atteindre le but recherché. Rétrospectivement, que pouvons-nous dire de l’idée même de la chasse aux sorcières ? Chers amis, c’était une mauvaise idée. Une mauvaise idée est un faux moyen. Encore une fois, notez que j’ai donné une précision sémantique à l’expression populaire, mauvaise idée. La chasse aux sorcières était une mauvaise idée quand ? Depuis le début. C’est la mise en œuvre par l’homme de mauvaises idées qui cause la plus grande partie de sa misère, ou qui a causé à l’homme une ampleur de misère qui est au-delà de toute description. La cause de la guerre ? Une mauvaise idée. La cause de l’inflation monétaire ? Une mauvaise idée. La cause de la dépression économique? Une mauvaise idée. La cause de l’esclavage ? Une mauvaise idée.

Ces mauvaises idées prennent la forme d’une idéologie. Lorsque vous acceptez une idéologie, vous acceptez une structure d’idées. Tout le monde a accepté différentes idéologies. Cependant, la plupart des gens ne peuvent pas articuler leurs propres idéologies. Cela comprend la plupart des diplômés des collèges et des universités. Je sais que vous pensez que je choisis ces gens. Mais même lorsqu’un individu peut articuler ses idéologies, peut-il faire la différence entre les bonnes idées et les mauvaises idées qui composent ces idéologies ? Il faut une science pour pouvoir le faire. C’est pourquoi tout l’accent mis sur la science. Il n’y a pas d’autre moyen de le faire. Même si l’idéologie de la sorcellerie était composée de certaines des pires mauvaises idées de l’histoire des mauvaises idées, il a fallu une science pour nous montrer à quel point elles étaient mauvaises. Vous voyez ça ? Afin que vous puissiez obtenir une augmentation spectaculaire de votre compréhension de la causalité, vous devez apprendre à faire de grandes généralisations radicales. En science, les généralisations les plus importantes sont appelées intégrations. Vous pouvez rassembler et combiner beaucoup de pièces, ou d’idées, pour en faire une pièce, ou une idée plus grande. Avec l’idée de l’intégration à l’esprit, je vais prendre les 13 mauvaises idées, les combiner dans ce que j’appellerai « Le Grand Père » – « la Mauvaise Idée Ultime », parce qu’il est plus facile de se concentrer sur une seule mauvaise idée que sur 13 mauvaises idées.

Si votre mission consistait à identifier la mauvaise idée ultime, que proposeriez-vous ? Il y avait une idée fondamentale derrière la persécution de tous ceux qui étaient accusés d’être des faiseurs de temps ou des sorcières. Qu’est-ce qui était derrière la persécution des Juifs, des Chrétiens, des Africains, des Caucasiens ? Qu’est-ce qui se cache derrière la persécution de nations entières ? Quand les politiciens et les bureaucrates dirigent et orchestrent le bombardement d’une nation entière, c’est ce qu’on appelle la guerre. S’il vous plaît noter, la guerre implique la persécution de nations entières de personnes. Pensez-y. Il est temps, mes amis, d’abandonner toute persécution. Je vais vous donner une logique simple. Pour survivre, nous sommes obligés d’abandonner la guerre. Est-ce que quelqu’un a un problème avec le fait d’abandonner de la guerre ? Cela va-t-il vous blesser ou vous offenser ? Pour renoncer à la guerre, nous sommes obligés d’abandonner l’esclavage, la servitude en faveur de la liberté. L’esclavage sous toutes ses formes est la cause de la guerre en premier lieu et si le lien entre l’esclavage et la guerre n’est pas clair, s’il vous plait, dites-le. Voilà pourquoi nous avons des discussions. Mais si je n’ai pas de vos nouvelles, je ne sais pas ce que vous pensez et je ne peux pas lire dans les pensées. Sans esclavage, qui est un dérivé de l’interventionnisme bureaucratique, vous ne pouvez pas lancer une guerre. Afin d’abandonner l’esclavage, nous sommes obligés d’abandonner les 13 mauvaises idées qui maintiennent l’esclavage. Cela vous facilitera la tâche, il n’y a qu’une seule mauvaise idée qui est à la base de tout esclavage. Je l’appelle « La Mauvaise Idée Ultime ». C’est l’idée que la confiscation violente du choix individuel permettra d’atteindre le plus grand bien pour le plus grand nombre. Et donc la guerre, l’inflation, la dépression, sont tous des dérivés de cette mauvaise idée ultime. C’est pourquoi toutes les tentatives d’interdire, ou de rendre illégales ces effets détestés échoueront. Il est inutile d’interdire les effets des mauvaises idées lorsque les mauvaises idées rendent tous ces effets une certitude. Il n’y a qu’une approche au problème qui résoudra le problème. Afin d’atténuer les effets détestés, vous devez atténuer les causes de ces effets. J’appelle cette solution la « Solution d’Atténuation Idéologique ». Cela signifie que nous devons atténuer la croyance parmi les gens éduqués, intelligents et qui réussissent que la confiscation violente du choix atteindra le plus grand bien pour le plus grand nombre.

Ce ne sera pas facile à faire, mais facile ou pas, nous devons le faire. Hey, tous les grandes réalisations ne sont pas faciles à faire sinon n’importe qui aurait pu le faire. Si une personne pouvait nous apprendre à voler, il l’aurait fait bien avant les frères Wright. Comme toujours, vous êtes confronté au problème de Locke, Planck, Mises. Les adultes éduqués changent rarement leurs prémisses les plus fondamentales.

Il n’y a jamais eu de bonne guerre , ou une mauvaise paix

 

Il y a deux siècles, l’homme que vous reconnaissez tous, Benjamin Franklin, a rencontré le même problème. Ses découvertes sur la nature du phénomène électrique l’ont conduit au développement d’une idée révolutionnaire sur la cause de l’éclairage.

À l’époque de Franklin, quelle était l’explication populaire de la cause des éclairs et des orages ? L’éclairage et le tonnerre sont des manifestations du mécontentement de Dieu. Mais Franklin a dit : « Messieurs, la foudre n’est pas une forme d’artillerie céleste. Elle n’est pas causée par la colère de Dieu. La foudre, messieurs, est un phénomène naturel, causé par des décharges électriques. Cela peut s’expliquer en termes de charges électriques positives et négatives. »

 

Franklin a été la première personne à utiliser ces termes, positifs et négatifs en termes de charges électriques. Il a inventé le concept, nommé le concept. Nous utilisons toujours sa terminologie, sur les charges électriques positives et négatives. Pour le prouver, Franklin dit : «Messieurs, j’ai inventé un dispositif pour protéger les clochers des églises de la foudre même pendant les tempêtes d’éclairs. » Si vous fixez mon bâton de fer, vue ici, au-dessus de votre tour de l’église, il éloignera les éclairs de la tour et conduira le flux de l’énergie électrique sans danger dans le sol.» Maintenant, comment l’offre généreuse de Franklin a-t-elle été accueillie ? Il n’a pas vendu le dispositif, il a dit : «Voici comment le faire, c’est gratuit. Cela protégera votre clocher.» Comment cela s’est-il passé ? Pas bien. Pas bien du tout. Vous voyez, j’espère que vous recevez ce message. Les idées révolutionnaires ne sont jamais bien reçues, nulle part, à n’importe quel moment, parce que les gens ne peuvent pas les gérer. Leur système immunitaire idéologique devient fou.

En fait, il a été dit à Benjamin Franklin, « M. Franklin, vous savez, si nous mettons un de vos paratonnerres sur le clocher de notre église, ce serait une interférence inexcusable avec les plans célestes du créateur. Et de plus, M. Franklin, ce serait une hérésie, ce serait une chose hérétique à faire. » Et ainsi la baguette du paratonnerre de Franklin était communément appelée la « baguette hérétique ». C’est ainsi qu’on l’appelait communément. Et Franklin a été qualifié d’hérétique. Comme vous le savez, un hérétique est quelqu’un qui rejette la doctrine établie de l’église, un hérétique est un vrai croyant qui est devenu un non-croyant. C’était une accusation sérieuse même à l’époque de Franklin. Dans le vieux monde, ils brûlaient encore des hérétiques sur le bûcher à l’époque de Franklin. Rappelez-vous, un technologue doit être prêt à assumer un risque extrêmement élevé. Franklin a risqué sa vie en effectuant des expériences électriques avec les éclairs, l’une des forces impressionnantes de la nature. Il a risqué sa réputation, sa bonne réputation, en donnant au monde une technologie révolutionnaire, le paratonnerre. Le paratonnerre est un autre exemple de quoi ? Mesdames et messieurs, c’est une panacée pratique. Rappelez-vous ce concept ? C’est une panacée pour la protection des bâtiments et des navires ainsi que des personnes qui y sont exposées contre les dangers, les dangers considérables et réels de la foudre. C’est une panacée. Et c’est pratique. Et il peut vous servir 24 heures sur 24, vous n’avez même pas besoin de le regarder, de le régler, il suffit de l’installer. C’est un simplex. Avant l’application populaire du paratonnerre de Franklin, vous ne devineriez jamais qu’elle était l’une des professions les plus dangereuses au monde. L’une des occupations les plus dangereuses était d’être sonneur d’église. Pensez-y, sonneur d’église. Aviez-vous déjà eu cette idée ? Cela aide si vous connaissez aussi cette partie de l’histoire. L’une des principales missions du sonneur était de faire sonner les cloches des églises pendant les tempêtes afin de protéger l’église et la communauté contre les ravages de la tempête. Vous montez dans le clocher et faites sonner les cloches. En Allemagne, pendant une période aussi longue que trois décennies, maintenant, ne manquez pas cela, pendant trois décennies après le développement du paratonnerre les autorités de l’Allemagne ont refusé la protection avec le paratonnerre hérétique de Franklin. C’était une hérésie. Et pendant ces quelques trois décennies, les archives montrent qu’en Allemagne, 125 sonneurs de cloches ont été tuées par la foudre tout en sonnant leurs cloches. Au cours de la même période de 30 ans, 425 clochers ont été gravement endommagés, ou entièrement détruits, par les éclaires ; en seulement trente ans, 425. Vous voyez pourquoi c’était l’un des métiers les plus dangereuses de l’époque ? Eh bien, Franklin avait essayé d’expliquer à qui voulait l’entendre que la cible préférée d’un éclair serait la plus haute tour de la ville et que si cette tour était remplie de tonnes de cloches de fer, ce serait la cible la plus populaire en ville pour un éclair. En Italie, les théologiens italiens ont refusé d’écouter.

En 1767, une décennie et demie après l’invention du paratonnerre, il n’y avait toujours pas de paratonnerres protégeant, par exemple, la magnifique église de Saint Nazaire, dans le nord de l’Italie, dans la ville de Brescia. Et parce que la grande église avait été construite avec des voûtes de stockage spacieuses et que la République de Venise utilisait les voutes pour stocker plus de 9 tonnes de poudre noire, je ne sais pas comment vous le dire. Si vous savez quelque chose sur la technologie de fabrication d’une bombe, vous comprenez immédiatement ce que je viens de dire. L’église entière de Saint Nazaire était une bombe de 9 tonnes. En 1767, lors d’un orage, un éclair a frappé l’église. Il a enflammé la poudre à canon. Les 9 tonnes de poudre à canon ont explosé. Il y a eu un grand flash. L’église a disparu avec un sixième de la ville de Brescia, qui a été rasée par l’explosion. Trois mille personnes ont été immédiatement tuées, y compris tous les fidèles de l’église. Benjamin Franklin commençait à faire valoir son point de vue. Les autorités ecclésiastiques italiennes installèrent rapidement des paratonnerres pour protéger toutes les églises en Italie et ils ne furent plus appelées paratonnerres « hérétiques ». Ils étaient juste appelés des paratonnerres ou la perche de Franklin. Le terme « hérésie » a été abandonné et bientôt le reste du monde a suivi. Aujourd’hui, tous les clochers des églises sont sous la protection de Franklin et le travail du sonneur de cloche n’est plus d’un grand risque professionnel. Les grands technologues Torricelli, Fahrenheit et Franklin nous ont donné les bases d’une science de la météorologie, une nouvelle compréhension de la causalité des phénomènes météorologiques. Cette nouvelle compréhension de la cause du temps n’a pas mis fin aux procès de sorcières du jour au lendemain, mais c’était le début de la fin. Le résultat a été une atténuation majeure de l’ampleur de la superstition qui était une cause fondamentale de l’effet infâme, la chasse aux sorcières. La nouvelle idéologie des phénomènes météorologiques a convaincu, avec le temps, les adultes intelligents et éduqués que la capacité de faire le temps ne fait pas partie de l’action humaine. Ce sont les seules personnes que vous devez convaincre, celles qui pensent être éduquées.

Maintenant, deux siècles plus tard. Ce n’est pas la chasse aux sorcières que nous essayons de mettre fin, c’est la guerre, la pauvreté et l’esclavage. Mais les personnes que nous devons atteindre sont toujours les mêmes personnes, éduquées, intelligentes, prospères. Beaucoup de ces bonnes personnes sont vos amis, vos voisins, vos associés, vos proches. Nous devons les atteindre avec une nouvelle idée révolutionnaire.

C’est cela, il faut mettre fin à la mauvaise idée ultime que la confiscation violente du choix individuel permettra d’atteindre le plus grand bien pour le plus grand nombre. Cette mauvaise idée a d’abord rendu possible la guerre sainte contre les sorcières, et cette même mauvaise idée rend possible la guerre politique et bureaucratique contre l’humanité. L’un des objectifs de la théorie de l’optimisation, dans ce séminaire, est d’atténuer la croyance parmi les personnes éduquées, intelligentes et prospères que la confiscation violente du choix individuel atteindra le plus grand bien pour le plus grand nombre. En moins de mots, nous devons atténuer leur croyance que l’esclavage est le vrai moyen d’atteindre le plus grand bien pour le plus grand nombre. À mesure que leurs croyances changeront, la structure de la société changera aussi. Nous évoluerons d’une société d’esclaves à une société libre, je vais vous montrer ce que cela signifie en termes de diapositive. Voici tout le concept que nous essayons en une phrase dans une leçon.

Le seul moyen d’atténuer l’esclavage et la réalisation ultime de la liberté est le remplacement continu de la gestion bureaucratique par une gestion entrepreneuriale jusqu’à ce que le remplacement soit terminé. Partout où le remplacement est terminé, l’homme aura atteint la liberté. Et s’il vous plaît noter, la liberté non pas par la violence évolutionnaire, mais par la non-violence évolutionnaire. Il est essentiel de souligner que le remplacement de la gestion bureaucratique, n’implique pas une action militante visant à démolir l’appareil bureaucratique existant. Même s’il était en votre pouvoir d’abattre le mécanisme actuel de la confiscation bureaucratique, mes amis, si ces 13 mauvaises idées sont encore acceptées par des gens éduqués, intelligents et prospères, alors les mécanismes de la confiscation bureaucratique se reconstitueraient.

Pour illustrer ce point, supposons que vous vivez en l’an 1600 et que vous êtes en mesure de démolir toutes les chambres de torture de l’Inquisition. Qu’est-ce que vos actions militantes auraient accompli ? Si vous aviez le pouvoir de le faire, et que vous savez ce que vous savez maintenant, et que nous sommes en 1600, cela pourrait être quelque chose que vous aimeriez faire – démolir toutes les chambres de torture. Toutes. Nivelez-les. Aplatissez-les. Exactement, si vous ne pouvez pas, en même temps, démolir les mauvaises idées qui sont la cause fondamentale que tous ces innocents accusés de contrôler le temps et d’autres pseudo-crimes, soient torturés en premier lieu, alors ces chambres de torture, je vous l’assure, seront construites encore et encore. Ils les construiront plus vite que vous ne pouvez les détruire. Voyez-vous cela ?

La leçon à apprendre ici, en une phrase, est gigantesque. Vous ne pouvez démolir idéologiquement la chasse aux sorcières. Tant que les gens éduqués de la communauté croient que la persécution des hérétiques et des sorcières apportera le plus grand bien au plus grand nombre, ces persécutions l’emporteront sans rémission. Les meilleurs, les meilleurs citoyens de la société sont convaincus qu’ils soutiennent une bonne cause. Ils se considèrent comme des citoyens vertueux agissant pour le meilleur intérêt de la communauté. Quelle fut la cause fondamentale qui conduisit alors à quatre siècles de torture et de meurtre de millions de victimes, innocentes, accusées faussement du crime de sorcellerie ? Rien de plus compliqué que cela, de très bonnes personnes ont cru en quoi ? Dans quelques très mauvaises idées. C’est la pire combinaison que vous puissiez jamais avoir. Beaucoup de bonnes personnes qui croient de mauvaises idées. C’est le plus grand désastre possible. Et si beaucoup de mauvaises personnes croient de mauvaises idées ? Peu importe ce qu’elles croient. Elles n’ont aucune influence.

Les voleurs et les cambrioleurs et les violeurs n’ont aucune influence. Mais quand les bonnes personnes mettent en pratique ces mauvaises idées, le résultat est une catastrophe d’une ampleur monumentale. L’échec de ces bonnes personnes est ce que j’ai souligné. C’est l’échec à comprendre la causalité. Alors que nous arrivons à la fin de ce siècle, le même vieil échec continu, mais avec ce changement important, nous sommes maintenant confrontés à la catastrophe ultime. Pour éviter cette catastrophe, ce sont les bonnes personnes dans la société que nous devons atteindre. Ce sont les bonnes personnes qui approuvent la confiscation du choix imposée par les armes à feu. Cela signifie que ce ne sont pas de mauvaises personnes, dans la société, que nous devons atteindre, ce sont les bonnes personnes. Pour donner un nom à ce que nous devons accomplir, nous devons accomplir une évolution progressive. Si vous recherchez le mot « évolution » dans le dictionnaire, vous trouverez beaucoup de significations différentes, mais toutes les définitions ont un concept en commun. Évolution signifie un changement progressif. Une évolution progressive est un changement progressif dans la direction du progrès humain. Cependant, à cet égard, nous sommes confrontés à un problème exceptionnellement important, c’est-à-dire, et c’est vrai, nous n’avons vraiment plus de temps.

C’est plus qu’une figure de style littéraire. Nous sommes tous témoins de l’escalade quotidienne d’une crise sociale mondiale. Par conséquent, pour éviter une catastrophe, nous n’avons pas d’autre choix que d’accélérer ce processus évolutif dans le sens du progrès. C’est l’une des choses les plus importantes que nous avons comme objectif dans ce séminaire. Comme je l’ai dit à plusieurs reprises, l’ennemi du progrès a toujours été l’interventionnisme bureaucratique. L’une des conclusions les plus importantes, j’espère que vous êtes prêt pour cela, je vous ai préparé pour cela au cours de ces 25 heures, soit l’équivalent de 1 jour de votre vie. En supposant que j’ai eu votre attention pendant tout ce temps, ça fait un jour, par rapport à tous les autres enseignants qui ont eu tout le reste de votre temps. Je n’ai eu qu’un jour.

Voici une conclusion. Vous ne pouvez que démolir la bureaucratie idéologiquement. Le fondement de la bureaucratie moderne repose sur seulement 13 mauvaises idées. Ce n’est pas 1000 mauvaises idées que nous devons démolir, ce n’est même pas 100. C’est seulement 13. Je vous ai donné des nouvelles encourageantes, s’il y avait 1000 mauvaises idées que nous devions démolir ce seraient sans espoir, mais 13 est un nombre auquel nous pouvons faire face.

Ces 13 idées peuvent en outre être réduites en une généralisation, « la Mauvaise Idée Ultime », que la confiscation violente du choix individuel atteindra le plus grand bien pour le plus grand nombre. Puisqu’il n’y a qu’un moyen d’atténuer l’esclavage, regardons-le à nouveau. Conclusion majeure : Le seul moyen d’atténuer l’esclavage et la réalisation ultime de la liberté est le remplacement continu de la gestion bureaucratique par une gestion entrepreneuriale jusqu’à ce que le remplacement soit terminé. Et donc, l’atténuation de l’esclavage est, par sa nature, un processus évolutif. Avec suffisamment de temps, cela évoluerait naturellement sur une période de plusieurs siècles en raison de l’inefficacité naturelle de la gestion bureaucratique par rapport à l’efficacité naturelle de la gestion entrepreneuriale. Cela pourrait évoluer dans, peut-être en 1 000 ans. Mais nous n’avons pas 1 000 ans. Nous n’avons pas 500 ans, et nous n’avons probablement pas 100 ans. Le fait est que nous devons faire quelque chose rapidement ou nous pouvons perdre toute notre civilisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *