L’Immortalité provenant de l’High-Tech / Biotech

Version 3 – 23/09/2019

 

Remarques à lire avant lecture de l’article :

La 1ère version de ce texte de Frank R Wallace (1932 – 2006) a été mis en ligne, sur internet, dans les années 1999-2000.

L’OMS a codé le vieillissement en tant que maladie en juillet 2018, applicable en 2022. (Classification Statistique Internationale des Maladies et des Problèmes de Santé Connexes – code : XT9T liée au vieillissement )

https://icd.who.int/browse11/l-m/en#/http%3a%2f%2fid.who.int%2ficd%2fentity%2f459275392

Le livre de Laurent Alexande (médecin) intitulé « La mort de la mort » est paru en 2011.

https://www.amazon.fr/mort-Laurent-Alexandre/dp/2709636808/ref=sr_1_4?s=books&ie=UTF8&qid=1546451192&sr=1-4

Les ajouts de couleur verte sont des explications rajoutées, par moi-même.

L’Immortalité provenant de l’High-Tech / Biotech

Au début du XXIe siècle, le faux problème du « bug » de l’an 2000 a disparu du jour au lendemain, alors que le véritable problème des années 2000 : les fléaux politiques que sont Bill Clinton (président USA) / Janet Reno (procureur général) qui ravagent Microsoft et la technologie de pointe ainsi que Clinton / Blair qui ravagent la biotechnologie, et les marchés des actions se sont effondrés. Qu’en est-il du futur ?

Considérez les deux locus (point fixe) de gravité pour l’existence physique dans tout l’univers : (1) la matière, (2) l’antimatière. Maintenant, considérons les deux locus de conscience pour les êtres humains sur la planète Terre : (1) la commercialisation rapide, dynamique de technologies de pointe / des biotechnologies qui guériront en fin de compte le vieillissement et la mort, (2) un socialisme / fascisme stagnant, immuable, qui aboutit au déclin et à la mort. Quel locus capturera l’avenir ?

La technologie avancée / Biotech capture l’avenir

La théorie de la relativité générale d’Einstein décrit la courbure masse / énergie de l’espace-temps. Cette courbure, ou pliure, de l’espace crée des champs gravitationnels qui capturent, ou modifient, le mouvement et la disposition des autres champs de masse / énergie. Avec cette théorie, Einstein a commencé à décrire un univers physique jamais conçu auparavant. Cet univers conçu par sa conscience comprend non seulement des champs masse / énergie, mais également des champs conscients. Comme la masse et l’énergie, le changement, ou la flexion, de la pensée consciente crée des champs qui capturent, ou modifient, la direction et la disposition des pensées conscientes des autres individus.

Les lois de la physique ,et de la gravité, s’appliquent également à deux domaines d’existence distincts et intouchables – le domaine de la matière et le domaine de l’antimatière. Mais ces deux formes de réalité physique ne peuvent ni exister ensemble, ni s’influencer l’une l’autre. Au contact, elles s’annulent, produisant un éclair d’énergie destructrice laissant un vide dans le tissu de la matière.

La conscience existe également en tant que deux royaumes distincts et intouchables – un domaine rationnel et un domaine irrationnel. Les deux domaines obéissent aux lois de la nature, chacun est capable de capturer, ou de faire courber les pensées des autres, leurs actions et leurs vies. Mais ces deux formes de conscience ne peuvent ni exister ensemble, ni s’influencer l’une l’autre. Car, en entrant en contact, elles s’annulent, produisant un éclair de pensées contradictoires laissant un vide dans le tissu de la conscience.

Critiques dénuées de sens – Corrections impossibles

Les essences immuables d’une civilisation à base socialiste – une anticivilisation – sont la malhonnêteté et l’irrationalité. Pourtant, critiquer les « problèmes » mortels résultant d’une anticivilisation n’a pas plus de sens que critiquer les « problèmes » mortels résultant de l’antimatière. De même, essayer de corriger une anticivilisation irrationnelle pour la transformer en une civilisation du commerce rationnelle est aussi stérile que d’essayer de transformer l’antimatière en matière. De plus, considérez l’art étonnant, le talent, la créativité, les valeurs qui montent constamment des étoiles dans une anticivilisation. Maintenant, essayez d’imaginer le saut quantique dans l’art, le talent, la créativité, les valeurs découlant d’une civilisation universelle des affaires dans laquelle chaque individu évolue au-delà de tout Dieu imaginé….Et, parfois même la vie dans une anticivilisation semble si belle que rien ne semble être au-delà. Pourtant, tout est toujours au-delà dans une civilisation universelle des affaires.

En développant des compréhensions de plus en plus profondes, on passe des «problèmes» de l’anticivilisation qu’il n’est pas rentable de critiquer à l’exploitation rentable de ces «problèmes». En allant vers des compréhensions beaucoup plus profondes, jusqu’au fond, en allant dans les profondeurs des trous noir de l’incompréhension de problèmes jamais vus auparavent, ces « problèmes » se convertissent soudainement en un nouveau carburant – un carburant de vitesse de libération.(référence à la vitesse de libération pour se libérer de l’attraction terrestre, l’individu est soumis à une attraction naturelle envers les autorités (Etat/religion), il cherche a être guidé, et de même que cela une certaine énergie pour qu’une fusée s’échappe de l’attraction terrestre, l’individu doit fournir un effort conscient pour échapper à la force d’attachement/attraction des autorités autour desquelles il gravite.) Un tel carburant fournit des flux d’avantages énergétiques jamais vus auparavant – des flux d’énergie continus permettant de passer numériquement à une civilisation commerciale universelle.

Atteindre cette profondeur de compréhension des trous noirs pour générer du carburant permettant d’atteindre la vitesse de libération (permettant de se libérer des croyances) nécessite une nouvelle entreprise – un nouveau projet : un projet de collecte d’échantillons représentatifs de tout le spectre intellectuel / scientifique / artistique / commercial généré sur la planète Terre, depuis 3 000 ans (par les innovateurs, la science, la méthode scientifique). Ces exemples de conscience (de résultats produits par la conscience) sont ensuite cartographiés dans des échantillons représentatifs de l’ensemble du spectre de l’existence connu dans l’Univers – c’est un peu similaire au projet de cartographie du génome humain pour la vie biologique. Une telle intégration de masse révèle la différence entre la dynamique intellectuelle / émotionnelle d’une anticivilisation mortelle vis-à-vis d’une civilisation immortelle du monde des affaires. Après avoir atteint une masse citique de ces intégrations, des intelligences et des émotions entièrement nouvelles et encore jamais ressenties commencent à produire des énergies de vitesse de libération pour chaque individu – des avantages sans fin – pour le saut numérique / quantique, d’une civilisation politique malhonnête à une civilisation honnête du monde des affaires.

 

Exemples d’échantillons représentatifs de résultats obtenus par la conscience humaine, utilisant la méthode scientifique, dans le domaine des greffes

1952 – 1ère transplantation rénale

1959 – Vladimir Demikhov: tête de chien greffée sur un chien receveur

1963 – 1ère transplantation de foie

1967 – 1ère transplantation de cœur, Christiaan Barnard

1968 – 1ère greffe de moelle osseuse

1970 – Robert J White : tête de singe détachée du corps et remise en circulation sanguine

1979 – 1ère greffe de trachée

1982 – Greffe cœur-poumons

2000 – double transplantation des mains avec avant-bras (Pr Dubernard)

2003 – 1ère transplantation de langue

2006 -1ère transplantation de pénis

2009 – greffe simultanée du visage et des mains.

2010 – 1ère greffe totale de visage par une équipe espagnole.

2014 – 1ère greffe d’utérus à Gôteberg qui a permis la naissance d’un enfant.

Le projet

Quel projet pourrait (1) rassembler et capturer l’intégralité du contenu intellectuel de l’histoire enregistrée, combiné à tout le domaine d’existence connu, puis (2) intégrer cet esprit et ce corpus total de connaissances dans une compréhension à essence unique qui (3) génère un savoir autosuffisant, sans fin, pour échapper à une civilisation politique irrationnelle et construire une civilisation des affaires rationnelle ici sur Terre ? La réponse est un projet intitulé « Curing Aging and Death ». Le document numérique écrit suivant lance ce projet. (Remarque: un document de 1999 intitulé Spooky Riches sur www.neo-tech.com/bpparty/bpppage1.htmlexplique l’écriture numérique.)

 

 

 

(révisé le 11/05/2000)

Guérir le vieillissement et la mort

copyright © 2000
Neo-Tech Worldwide, Inc.

Cimetières

Dans un cimetière moderne du sud-ouest américain, un écrivain écrit dans la solitude de sa voiture. Sa concentration est si intense, si calme, dure si longtemps qu’un lièvre curieux s’approche de la porte ouverte et qu’un oiseau curieux frappe le pare-brise. Ils rivalisent pour attirer l’attention de l’auteur. Finalement, sa concentration est brisée. Garé au sommet d’une colline herbeuse, sous l’ombre naissante d’un arbre, l’écrivain voit une rangée de voitures avec des phares allumés. À cent pas, il regarde une foule se rassembler autour d’une tombe fraîchement creusée. La mère et le père pleurent. Entourés d’amis au visage triste, les jeunes frères et soeurs pleurent aussi. Les bras d’un prêtre de couleur blanche s’étendent, regardant vers le ciel. L’auteur n’entend pas les mots. Pourtant, il lit chaque mot : « Une vie meilleure là-haut », promet l’écho silencieux.… Pourquoi alors pleurent-ils encore plus ?

La foule s’en va, le prêtre s’en va. La famille reste une heure de plus. Ensuite, plus personne ne reste. La tombe étouffée par les fleurs repose maintenant au soleil couchant. Avec son bloc-notes à la main, l’écrivain laisse sa voiture. Il s’approche du site et baisse les yeux. Sur la terre, les messages disent : Ken Thompson, 19 ans, star du football, étudiant d’honneur, président de classe. Une photographie commémorative gravée dans le métal montre une belle jeunesse…. La voiture d’un conducteur ivre l’a frappé à la tête, selon le journal.

Chaque jour, pendant deux mois, le père, la mère, les frères et les sœurs viennent avec des fleurs, des banderoles et des souvenirs. Chaque jour de nouveau, ils construisent un sanctuaire étincelant à l’intérieur d’une clôture de piquets blancs. Ils se rassemblent, s’agenouillent et prient. Ils s’assoient, chantent et racontent des histoires. Puis, pendant cent jours, le père vient seul. Ensuite vient l’hiver froid. Une fois par semaine, puis une fois par mois, pendant deux années supplémentaires, le père vient. Les banderoles fanées, parfois remplacées, flottent sur le site pendant trois autres années…. Maintenant, après six ans, le sanctuaire oublié, l’herbe pousse sur la photo métallique blanchie.

L’écrivain se promène. Son esprit entend « Adagio pour cordes » de Samuel Barber. Voici une petite plaque en laiton pour Anna Brown. Morte il y a dix ans à l’âge de 76 ans. Épouse, mère, soeur, grand-mère ? La famille l’a-t-elle négligé ? A t’elle fini à court d’argent ? Ou, à 76 ans, était-elle un fardeau pour les vivants ? Un fardeau enfin relâché, vite oublié?… Personne n’a remplacé le laiton temporaire par du marbre permanent.

De loin, l’écrivain voit de jeunes parents. Avec des Bibles ouvertes, ils enterrent une petite boîte – leur fils de six mois, dit la plaque. Larmes amères malgré les promesses sacerdotales des anges et du paradis. Un mois de visites quotidiennes avec des ballons et des jouets. Puis toutes les semaines, puis tous les mois. … Bébé seul après neuf mois.

***

Dans un ancien cimetière nord-américain, l’écrivain écrit et se promène également. Les tombes de ses ancêtres ont été négligées et oubliées. L’écrivain erre de tombes anciennes en tombes anciennes. Quelle âme vivante détient une seule pensée, ou fragment, de connaissance sur ces vies passées ? C’étaient des parents, des enfants, des agriculteurs, des médecins, des hommes d’affaires – comme aujourd’hui. Mais, hélas, ces morts depuis longtemps sont de la poussière éparpillée, qui n’abritera plus jamais une pensée vivante. Leurs noms oubliés ne sont prononcés plus une seule fois par quiconque, nulle part. Enfin, l’écrivain se promène sur le sol sacré, d’il y a sept ans. Tout le monde est mort avant la guerre de Lincoln, frère contre frère, avant la marche enflammée de Sherman. Des pierres avec des noms et des dates usées jusqu’à l’invisibilité. Encore,au-dessus, un grand monument commémore Red Jacket, chef indien des Sénécas, et un autre monument, Millard Fillmore, treizième président des États-Unis. Pourtant, eux aussi, salués comme puissants et grands, deviennent de la poussière oubliée d’Ozymandias (un des noms de Ramses II) – tout comme Sherman, tout comme Lincoln. …Et,Le violon rouge qui transcende le temps, devient muet à jamais.

Des enfants innocents meurent sans aucune chance. Et les génies montants? Richie Valens mort à 19 ans, Buddy Holly à 23 ans, Georg Büchner à 23 ans, Keats à 25 ans, Shelley à 29 ans, Schubert à 35 ans, Joyce Kilmer à 35 ans, Van Gogh à 36 ans, Lord Byron à 36 ans, Glenn Miller à 37 ans, Chopin à 38 ans, Raphael à 38 ans. Après environ trois décennies d’existence, les géants des affaires périssent à jamais : souvenez-vous d’eux : Andrew Carnegie, Thomas Edison, Harvey Firestone, John D. Rockefeller, Henry Ford, Ray Kroc, Sam Walton. Et souvenez-vous des héros du monde des affaires, joliment diabolisés, du célèbre défunt Jay Gould au désormais vivant Bill Gates.… Les titans des affaires qui créent des valeurs humaines colossales restent méconnus, souvent méprisés, toujours parasités. Méritant une gratitude éternelle, ces titans non annoncés périssent également des toxines de l’anticivilisation de la malhonnêteté et de l’irrationalité.

Les cimetières enterrent l’avenir de la vie. Les prêtres promettent le paradis de la mort. Sous chaque parcelle de terrain, la vie disparaît, sous terre, en hommage aux théologiens, aux politiciens, aux universitaires, aux philosophes, aux bureaucrates et aux autorités (dont le train de vie est soutenues) par des armes à feu. Chaque vie est perdue face aux maladies curables du mysticisme, de l’envie, de la malhonnêteté, de l’irrationalité, de la criminalité, de la guerre – la vie est perdue face aux maladies curables du vieillissement et de la mort.

***

Puis, un jour, l’écrivain se tient au-dessus d’une tombe fraîchement creusée. Il se sent comme un fantôme dans une civilisation, qui n’est pas la sienne, ni lui-même. Il n’appartient pas à cette anticivilisation de mysticismes tourbillonnants – de crimes tourbillonnants, de malhonnêtetés et d’irrationalités. Avec le spectre de Nathaniel Hawthorne dans son esprit, il ne peut pas se connecter à ce lieu de mort. Écrivant pour découvrir le lieu de la vie, il ne se connecte jamais à Hemingway ou à Fitzgerald – à la violence du coup de poing et à la vie effondrée. Cependant, l’écrivain au coin de la tombe écoute avec gratitude leurs projections habiles sur le vide, le non-sens, la douleur et la folie de l’anticivilisation. Il comprend ce monde à travers leurs créations artistiques de gloire imprudente avec des bagarres et du sexe, de grâce sous la pression de la guerre et le sanglant, l’auto-décomposition sophistiquée des élites parasites et de leurs épouses névrotiques. Vif, fascinant, précieux. Rudyard Kipling salue également l’art de l’honneur et de la gloire dans l’aventure et la mort. L’écrivain se souvient alors des images en miroir renversées dans le chef-d’œuvre de TS Eliot,The Waste Land , (La Terre Vaine) qui enterre honneur et gloire en projetant le bon comme étant mauvais, et le mauvais comme étant bon. Ensuite, il se souvient du « Festin nu » de William Burroughs dédaignant l’honneur et la gloire en réduisant l’homme à néant avec la drogue et la folie. Enfin, il se souvient de la manière dont William Faulkner résume généreusement cette anticivilisation dysfonctionnelle par de brillantes synthèses réalisées dans des courants de conscience.

Maintenant, l’écrivain voit un être cher abaissé profondément. La folie le fait pleurer. Sa main tient une note éditée trente fois la nuit précédente. En seize lignes moins deux, il reflète le bien précieux que personne ne connaît sur celui qui est en-dessous. Écrit d’un lieu futur, ses paroles ne veulent plus entendre personne aujourd’hui. Celui qui est en-dessous ne voudrait pas savoir non plus. Alors, silencieusement, la note non lue qu’il déchire en deux, puis en quatre.… Seules les deux dernières lignes, il s’en souvient bien : « Mettons fin aux victoires de la religion et de la politique. Mon but dans la vie est de vaincre la mort. »

Les hôpitaux

Dans les salles à manger des hôpitaux anciens et nouveaux socialisés par le gouvernement – de la cote ouest et est -, l’écrivain travaille dans la solitude de sa concentration. Il écrit seul avec un crayon et un bloc-notes… ou parfois avec un ordinateur portable sous Microsoft Word. Partout, il observe le voyage non naturel de l’incertitude de la naissance à la certitude de la mort. Nulle part il n’observe le cheminement naturel de la promesse de la naissance vers une vie sans limites. Il voit des maladies curables maintenues mortelles par des autorités, soutenues par une arme à feu, de la FDA, par le biais d’un département de la justice américain politisé, par biais de l’IRS ( fisc américain) , maintenues prtelles par des criminels, des ogres camouflés, allant d’Hillary Clinton, à Janet Reno attanquant Microsoft, à Rudolph Giuliani. … Sur les moteurs de recherche Web, il envisage de voir leurs dossiers indélébiles avec des lettres écarlates.

Les autorités soutenues par la force créent un système de santé en proie aux maladies, allant des médecins et des hôpitaux, à la recherche médicale, pharmaceutique et biotechnologique. Ainsi, le cycle qui va de la naissance à la mort reste une maxime bien établie pour toute personne vivante sur Terre, revenant aux premiers enseignants – Homère, son Iliade et les tortues en dessous. Pourtant, cette ancienne maxime est un illogisme déterministe pour les gens conscients aujourd’hui : considérez que depuis trois millénaires, ceux qui recherchent l’immortalité sont imprégnés du kleos (gloire) et du timê (honneur) d’Homère. L’épopée intituléé «L’Iliade» dramatise cette fausse quête. L’homme « homérique » crée son «immortalité» en accumulant une gloire impérissable – en détruisant, en tuant et en pillant les valeurs créées par d’autres pour glaner des kleos sous le camouflage du timê. (explication : les hommes de pouvoir cherche l’immortalité, en restant dans l’histoire, en détruisant, tuant, pillant…pour leur propre gloire – se faire un nom – et pour l’honneur – mégalomanie ?)

Aujourd’hui, rares sont ceux qui acceptent les faits de la comptabilité à grande portée et de l’honnêteté pleinement intégrée. Aujourd’hui, qui accepte les faits qui démontrent de manière surprenante les actes criminels extrêmement destructeurs perpétrés par des hommes politiques tels que FDR et, par exemple, sa promulgation d’une loi basé, sur le Kleos, sur la sécurité sociale soutenue par une arme à feu? Donc, l’humanité reste prise au piège dans une anticivilisation jusqu’à ce que ces destructions, et criminalités, soient reconnus et disparaissent grâce à la dynamique commerciales néo-tech.

En maximisant les crimes cachés, l’homme « homérique » crée des souvenirs remplis de kleos (gloire) qui permettent aux vivants de parler des morts glorieux. De cette façon, les vivants, au moins pendant un certain temps, gardent «en vie» les morts enveloppés de kleos. Ainsi, dans la vie, l’homme « homérique » agit selon ce que les autres penseront et diront de lui, à partir des souvenirs de ses crimes et destructions honorés. Les dirigeants, et les parasites, les plus connus de la civilisation occidentale ont maîtrisé les leçons de l’Iliade en devenant des meurtriers de masse, ces parasites vont du défunt Alexandre le Grand à Fidel Castro encore en vie. À travers les âges, les plus grands artistes ont également capitalisé sur l’Iliade. Wagner et Nietzsche, par exemple, ont fondé une grande partie de leur art inestimable – musique et littérature spectaculaires – sur des thèmes criminels héroïques relevant de l’Iliade. … Dans une anticivilisation irrationnelle, l’homme a besoin de la destruction et de la mort pour être un être humain, en livrant à chacun la tragédie ultime – la mort. En revanche, dans une civilisation rationnelle du commerce, l’homme a besoin de créer une valeur illimitée, et l’immortalité biologique pour devenir un dieu qui offre à tous le cadeau ultime : le bien-être et le bonheur éternels.

Comparez les comportements des leaders mythiques de la littérature occidentale classique homériques et virgiliens avec les leaders politiques de l’anticivilisation mondiale actuelle :

1. Le comportement principalement bicaméral (inconscient), agissant émotionnellement, « tuons les tous », avec des coups de colère, du personnage d’Achille, avec le guerrier adorant Nietzsche / Wagner, agissant émotionnellement, au comportement du type « tuons les tous », au caractère malade, le leader Hitler. Les deux chefs sont intrépides et courageux en tant que soldats au combat ; les deux chefs sont des assassins criminels hors du champ de bataille.

2. Le comportement pleinement conscient, calculant minutieusement, au comportement « tuons si nécessaire » du socialement pragmatique et larmoyant, Ulysse, qui ment automatiquement et constamment, mettons le en parallèle avec le comportement de Wilson / FDR / Lady Di adorant, calculant astucieusement, tuant si nécessaire, le chef Clinton qui pleure de manière automatique, pragmatique et social. Tous deux sont vengeurs. Tous deux sont donneurs et receveurs de douleur. Le premier, au mariage de granit, prudent et courageux, assassine directement ; le second, qui a un mariage bati sur des sables mouvants, insouciant et lâche, assassine indirectement.

3. Ensuite, le gentil dirigeant Enée, du poète Virgil, le plus sincère, le moins criminel, le moins meurtrier, qui est le parallèle des dirigeants principalement sincères, les moins criminels, les moins néfastes, mais toujours mortellement destructeurs du genre Calvin Coolidge / Reagan.

Quel est le moyen de sortir de ces choix de Hobson disponibles dans une anticivilisation ?

Au-delà de Neo-Tech, aucun homme dans l’histoire, depuis l’homme homérique à l’homme moderne, ne reconnaît que l’homme d’affaires compétitif et créateur de valeur est le héros universel (ce n’est pas le guerrier qui est le héros ) – le dieu zéro force qui apporte l’immortalité sans âge et le bonheur sans limites à la vie consciente. … La question est de savoir comment couper les nœuds gordiens de l’anticivilisation des mortels d’aujourd’hui ? Car couper ces noeuds livrera l’homme dans une civilisation immortelle du commerce universel.

Employé de poste de Cambridge, Hobson livrait le courrier sur la ligne Londres – Cambridge et possédait une étable en dehors des grilles du « St Catharine’s College ». Quand ils n’étaient pas requis pour livrer le courrier, les chevaux de Hobson étaient loués aux étudiants et professeurs de l’université. Hobson se rendit vite compte que ses meilleurs et plus rapides chevaux étaient les plus populaires et donc surmenés. Pour empêcher l’épuisement de ses meilleurs chevaux, Hobson conçut un système de rotation strict, ne permettant au client de prendre que le prochain cheval en ligne. Cette politique, « celui-ci ou aucun», a donné naissance à l’expression de « choix de Hobson », quand un choix apparent n’en est pas un de fait.

Le « nœud gordien » désigne un problème pratiquement insoluble. Cette expression est une métaphore basée sur l’histoire du roi Gordias de Phrygie dans l’Antiquité grecque, qui fabriqua un nœud extrêmement compliqué. Elle est liée surtout à une anecdote plus ou moins légendaire concernant Alexandre le Grand qui avec son épée « trancha le nœud gordien ».

Couper les nœuds gordiens de la mortalité

Les trois noeuds gordiens de l’histoire sont : (1) une religion frauduleuse / malhonnête, (2) un gouvernement criminel / initiateur de la force / fonctionnant sur la coercition, et (3) des universitaires qui dépriment l’esprit / et qui sont irrationnels. Ces trois grands noeuds de destruction de valeur se déplacent d’âge en âge, ne changeant que par leur forme et non par leur essence.

Ces nœuds de folie vont du temps d’Homère, au temps de Galilée, au temps actuel. Avec des kleos (gloires)et des timês (honneurs) à travers les âges, les actions basées sur les émotions et l’irrationalité, et non pas sur l’honnêteté et la raison, servent uniquement à préserver (1) ces nœuds insolubles de la mortalité et (2) les investissements meurtriers de chacun dans l’antivivilisation de la Terre. … L’honnêteté totalement intégrée – la lame dynamique de Neo-Tech – sépare ces trois nœuds et ruine les investissements dans l’anticivilisations.

Comment les dieux des affaires évoluent

À l’inverse de l’homme « homérique », plus d’un million de personnes dans le monde prospèrent grâce à « la découverte néo-tech ». Pourtant, à ce jour, personne, pas même les auteurs de Neo-Tech, n’exerce pleinement le pouvoir de l’honnêteté pleinement intégrée, associée à une comptabilité à grande portée. Ainsi, le monde attend ceux qui exploitent ce pouvoir pour transformer leur conscience d’adeptes mortels, non naturels, en souverains immortels naturels, créant une richesse et un bonheur sans limites pour eux-mêmes, les autres et la société.

Une fois que le pouvoir illimité de l’honnêteté et de la rationalité, est compris, chacun et tout le monde sur Terre peut exploiter ce pouvoir pour évoluer en dieux des affaires immortels qui profitent et font avancer à tout jamais la civilisation. Depuis plus de trente ans, Neo-Tech découvre progressivement une compréhension plus profonde des terriens mortels pris au piège dans une anticivilisation bizarre. Avec chaque niveau de compréhension qui s’approfondit, la littérature la plus ancienne établie par Neo-Tech est de mieux en mieux comprise par le public et est toujours plus efficace pour aider les lecteurs à supprimer les irrationalités, les malhonnêtetés et les mysticismes de leur vie.

Dans le même temps, la dernière littérature néo-tech en constante évolution reste temporairement mal comprise par le public, et semble être éloignée des lecteurs. Mais, encore une fois, comme au cours des trois dernières décennies, ces incompréhensions et ces désaccords se résorbent à mesure que de nouveaux niveaux de compréhension découlent d’une honnêteté pleinement intégrée et d’une comptabilité à grande échelle.

Neo-Tech développe systématiquement ces compréhensions nouvelles et plus profondes en posant et en répondant aux questions quoi ?, pourquoi ? et enfin, comment ? des questions à la fois sur l’existence physique et sur l’existence consciente : que s’est-il passé dans le passé ? Qu’est ce qu’il se passe maintenant ? Que se passera-t-il dans le futur ? La plus ancienne littérature Neo-Tech répond à ces questions en détail. … Pourquoi le passé est-il arrivé ? Pourquoi le présent se passe-t-il ainsi ? Pourquoi l’avenir va-t-il arriver ? Encore une fois, la littérature antérieure de Neo-Tech répond à ces questions en détail.

Mais qui a répondu à la question : comment ? Il y a trois millénaires, les physiciens pré-socratiques ont été les premiers à rompre avec le mythe, en allant au-delà des réponses poétiquement subjectives, et non mesurables aux questions métaphysiques concernant le quoi et le pourquoi de l’existence physique. Au lieu de cela, ces physiciens ont demandé et ont répondu de manière mesurable, avec une objectivité prosaïque, aux questions épistémologiques du comment. Ainsi, il y a près de trois millénaires, les conceptions scientifiques de l’homme, de son monde et de l’univers ont commencé à évoluer, passant de l’ignorance tout le long d’un processus de construction d’une connaissance objective de l’existence physique jusqu’au 21ème siècle des technologies de pointe et de la biotechnologie.

Maintenant, après trois millénaires, la tâche de Neo-Tech consiste à couper les nœuds insolubles de la malhonnêteté, de la criminalité, de l’irrationalité – les nœuds gordiens de la mortalité – en posant et en répondant pour la première fois aux 3 questions temporelles « comment » relatives à l’existence consciente, pour son voyage allant de son passé mortel à son avenir immortel.

La littérature Neo-Tech publiée en 1998-2000 répond à la question comment l’homme conscient future évoluera en dieux des affaires immortels. Cependant, pour entrer dans cet avenir, sans limite de vie et de prospérité, nécessite de répondre aux questions « comment » des deux autres zones temporelles – (1) la zone du passé : comment l’esprit conscient s’est formé, et a fonctionné au cours de son évolution depuis l’esprit bicaméral, il y a trois millénaires, à l’époque de l’Iliade et (2) au présent : le fonctionnement de l’esprit conscient, après trois mille ans d’évolution, en Neo-Tech, qui donne naissance à un nouveau mode conscient appelé neothink, qui exige l’honnêteté pleinement intégrée avec une comptabilité à grande portée.

Les liens manquants pour expliquer le sens de la conscience sont les affaires – des affaires honnêtes, concurrentielles et créatrices de valeur. Comprendre le passé et le présent de la conscience sont les liens cruciaux pour que l’homme homérique mortel devienne un dieu des affaires immortel sur Terre.

Découvrir les concepts d’affaires les plus étendus possibles

Retour au barde Homère: Il a été la première personne dans l’histoire à poser des questions et à répondre aux questions quoi et pourquoi au sujet de la vie et de la mort humaine. Il posa ces questions en termes métaphysiques subjectifs, et y répondit habilement dans un langage éloquent et poétique. Aujourd’hui, Neo-Tech demande le comment de la vie consciente en termes épistémologiques objectifs, et y répond de manière factuelle dans un langage logique et prosaïque…. Neo-Tech pose et répond aux questions « comment » du passé, et du présent, nécessaires pour transfigurer des adeptes obéissants / commandés par une autorité mortelle en des personnes souveraines immortelles obéissant à la nature / commandant à la nature.

Les héros « homériques » observent subjectivement, pensent de manière irrationnelle et agissent d’après leurs émotions. Ainsi, ils créent une vision mystique de ce que signifie être humain. Ce point de vue autorise une anticivilisation irrationnelle, dans laquelle les dirigeants soutenus par la force, ont le permis de réduire mortellement l’humanité dans des actions insensées – cela du saccage meurtrier de Homer à Troie aux 40 millions de meurtres de la révolution culturelle de Mao. Tuer pour quoi ? Tuer pour soutenir une vie de parasite, par des actes criminels appuyés par la force, afin de saisir des richesses non gagnées, le pouvoir et le kleos (et sa gloire). En revanche, dans une civilisation rationnelle du monde des affaires, les créateurs de valeur observent objectivement, pensent rationnellement, puis agissent en permanence pour produire des valeurs concurrentielles pour la société. De cette manière, la vie consciente gagne la capacité et le pouvoir d’améliorer continuellement l’humanité, à travers des actions commerciales semblables à celles de Dieu. … Les héros homériques d’hier étaient ignorants et irrationnels. Les dirigeants, d’aujourd’hui, soutenus par des armes à feu, sont malhonnêtes et criminels. Les entrepreneurs-dieux, de demain, créateurs de valeur seront toujours inestimables pour les autres et la civilisation. (exemple : Elon Musk)

C’est uniquement à partir de la compréhension la plus large du monde des affaires que les réponses arrivent aux questions « comment » de l’homme homérique, l’homme moderne et l’homme du futur. Homère et ses contemporains n’avaient pas de concept d’entreprise, même si la dynamique des affaires fournit en fin de compte à chaque personne consciente des valeurs de la vie, même avant l’ancien temps de Homère, jusqu’à l’époque moderne. En fin de compte, seule la dynamique commerciale compétitive crée les valeurs qui font constamment progresser le bien-être conscient, tout en améliorant de plus en plus la santé et le bonheur humains. … De telles dynamiques commerciales subliment la vie consciente vers son état naturel d’immortalité biologique, non vieillissante, ici sur Terre en offrant de plus en plus d’avantages à ses citoyens.

Pourtant, même de nos jours, l’homme moderne comprend peu le monde des affaires à partir de sa nature la plus large possible – par sa nature divine, source de vie. Dans une anticivilisation, la population dirigée par des démagogues, soutenus par la force, fait finalement appel au socialisme / fascisme pour paralyser de façon parasite, ou détruire sa seule source fondamentale de prospérité et de bien-être – les entreprises compétitives et créatrices de valeur. … Cette compréhension du monde des affaires la plus large est le morceau de puzzle manquant à saisir, et à mettre en place, pour évoluer en une civilisation des affaires universelle, ici sur Terre.

Il y a trois millénaires, sans conception ni compréhension du monde des affaires, comment Homer pouvait-il exprimer une autre vision de la vie consciente ? Comment pouvait-il composer un art exprimant la nature humaine autre que son épopée épique d’anticivilisation comprenant d’abord Achille, largement bicaméral, et ensuite Ulysse, largement conscient ? Aujourd’hui, sans la compréhension la plus large possible des affaires divines, comment l’homme moderne peut-il connaître, ou créer, une civilisation universelle des affaires ici sur Terre ? Aujourd’hui, cette compréhension la plus large possible du monde des affaires réside dans la littérature publiée par Neo-Tech de 1998 à 2000. Cependant, en avril 2000, cette littérature récente était encore étrangère au public, et mal comprise par la plupart des lecteurs de Neo-Tech. Mais la littérature actuelle Neo-Tech s’oriente vers le plus profond niveau de compréhension consciente – le niveau qui répond aux questions « comment » pour rendre obsolète les cimetières, et les hôpitaux, via un Neo-Tech sans entrave – via des entreprises de haute technologie / biotech sans entraves opérant avec l’honnêteté entièrement intégrée avec neothinking à grande échelle.

Rendre obsolète les cimetières et les hôpitaux

Dans une anticivilisation, la destruction et l’assassinat ne peuvent jamais permettre d’ atteindre la destination naturelle de l’immortalité biologique, non vieillissante, de l’homme conscient. Dans une anticivilisation, l’homme « homérique » possède un permis de guerre, de pillage, d’asservissement – un permis de destruction des autres et de leurs créations. À la recherche de la gloire homérique parmi les dirigeants appuyés par la force, tout le monde finit par mourir. Avec un avenir néo-tech / hi-tech / biotech cependant, l’homme conscient remplit son état naturel en créant commercialement sa propre immortalité biologique ici sur Terre. L’homme conscient devient sans âge, et sans mort – un souverain autonome – un dieu des affaires qui crée des valeurs illimitées tout en éprouvant des émotions et une romance sans cesse renouvelées.

Pourtant, dans l’antivivilisation d’aujourd’hui, le cycle obsolète de la naissance et de la mort – le cycle qui va de la création à la destruction – tue tout le monde sur Terre. Ainsi, fébrilement, l’écrivain de l’hôpital rédige un brouillon. Il capture son leitmotiv. Il se souvient du travail de F. Scott Fitzgerald – « Tender is the Night » – 17 brouillons toujours inachevés lors de sa mort prématurée. Temps irrévocable perdu. En conduisant, l’écrivain vivant termine un traité de 32 brouillons et de 128 modifications – un traité qui révèle la dynamique des entreprises qui apporte l’éternité à la vie consciente. Dans sa version finale, le titre change de « The Long Cycle » à « The Long Wave. » En effet, l’écrivain réalise que la dynamique naturelle de la conscience n’est pas un cycle analogique qui retourne en arrière vers la mort. Au lieu de cela, cette dynamique naturelle est une vague numérique qui fait avancer la vie. … L’écrivain découvre, dans son traité, la dualité de l’honnêteté pleinement intégrée qui s’inscrit dans une rationalité à grande échelle. Au contact avec la réalité physique, cette dualité s’unit en une seule force qui rend obsolètes les cimetières et les hôpitaux en guérissant le vieillissement et la mort par l’élimination de l’irrationalité.

Eradiquer l’irrationalité

Dans les cimetières et les hôpitaux, l’écrivain découvre une équipe d’honnêteté et de rationalité. Cette équipe supprime l’irrationalité pour faire disparaître les religions mystiques, les philosophies universitaires et la politique criminelle. … Dans une civilisation religieuse / politique – une anticivilisation – les citoyens deviennent des disciples mortels de fausses autorités. En revanche, dans une civilisation universelle / commerciales – la civilisation de l’univers – les citoyens deviennent des dirigeants immortels ( de leur vie) avec leur propre autorité.

Jamais plantés dans le sol empoisonné d’une anticivilisation, les racines de l’honnêteté pleinement intégrée, appelée Neo-Tech, grandissent en une prospérité illimitée qui élimine l’irrationalité par des actions et non par des mots :

Des actions, pas des mots

Neo-Tech ne convainc pas par les mots – pas même par les deux millions de mots de la littérature Neo-Tech conçue depuis des décennies – des livres et des pages Web (www.neo-tech.com). Au lieu de cela, les actions néo-tech directes (1) sauvent des milliers de vies d’une mort inutile, (2) font vivre des centaines de milliers de vies dans une romance captivante et (3) conduisent des millions de vies vers une prospérité illimitée.

Neo-Tech ne convainc pas non plus par les paroles deMark Hamilton dns « The Story » (www.neo-tech.com/thestory), un nouveau genre d’art, une littérature d’une nouvelle dimension, d’une nouvelle couleur qui fait appel à de nombreux sauts numériques / quantiques emportent l’esprit conscient de sa croissance actuellement ralentie vers une croissance future illimitée. Jusqu’à « The Story », les esprits conscients ne pouvaient pas totalement échapper à leur ancien paradigme bicaméral (tendance à suivre une autorité, une croyance) , les mysticismes se mêlant à la conscience pour donner une vie mortelle de malhonnêtetés automatiques et d’irrationalités non reconnues. Comment alors l’esprit conscient d’aujourd’hui, enchaîné au passé, entre-t-il dans l’esprit novateur ouvert sur le futur ? L’histoire révèle comment : par des sauts numériques / quantiques individualisés. Pourtant, même les mots de cette réalisation historique ne persuadent pas. Mais « The Story » apporte également des actions – des actions imparables et lumineuses pour obtenir un amour romantique, avec une richesse illimitée grâce à la dynamique commerciale universelle. … Le livre de Hamilton, de 500 000 mots, un produit six étoiles, ne convainc pas non plus. Mais « The Book » propose également des tableaux d’actions commerciales destinées à faire disparaître les « fardeaux de la vie » qui finissent par tuer tous ceux qui se trouvent dans l’anticivilisation de la Terre.

Neo-Tech ne convainc pas même à travers les paroles du prochain travail historique d’Eric Savage, « Vanishing the Anticivilization ». Mais, outre les mots, cette œuvre historique livre des actions semblables à celles du phénix – des victoires – contre les destructions anti-civilisation perpétrées par (1) des escrocs de la droite religieuse survivant sous des manipulations frauduleuses, (2) des parasites politico-bureaucratiques survivant par l’utilisation de la force criminelle, et (3) les élites académiques médiatiques, de divertissement survivant grâce à des malhonnêtetés destructrices.

En éliminant les obstacles sans issue dans l’art / la littérature et le gouvernement /l’éducation, les actions Neo-Tech inversent les voyages sans âge de Gilgamesh, Abraham, Homère, Virgile, Jésus, Dante, Chaucer, Milton, même Ezra Pound et Pirsig’s Zen Biker. Plus profondément, les actions de Néo-Tech inversent l’épigramme de Horace (65-8BC): « La vie est courte. L’art est long. »… Pas étonnant que les mots néo-tech ne persuadent pas. Au lieu de cela, ses actions commerciales ouvrent la prospérité à tous, sans autorisation, sans limites.

L’art dit; des histoires, des récits vendent l’anticivilisation d’Homère à Virgile, de la Bible à Beowulf, de Shakespeare à Hemingway. Et de la moderniste Toni Morrison (titre : Sula) avec sa vie irrationnelle et irrésistible de fascination cauchemardesque, au post-moderniste Don Delillo (Titre : White Noise – bruit de fonds) avec sa haine brillamment joyeuse de prospérité consciente créée par les entreprises, en particulier celles qui soignent le vieillissement et la mort. Le canon de la littérature occidentale écrit avant « The Story » parle à travers les âges avec une signification singulière. Ce sens singulier est la nature malhonnête / irrationnelle / destructive d’une anticivilisation qui transcende le temps en restant inchangé pour toujours. Pourtant, l’âme sait, comme le dit « The Story », que seule une civilisation honnête / rationnelle / créatrice convient à la vie consciente.(qui cherche toujours une meilleure statisfaction) Aujourd’hui, l’art de « The story » associé aux actions de Neo-Tech crée une autre civilisation – une civilisation d’actions commerciales libres et indépendantes. … Le canon de la littérature et de l’art occidentaux parle depuis les siècles du passé. Le canon de Neo-Tech et « The Story » parlent pour les âges futurs.

Les actions de Néo-Tech inversent le sonnet, du prix Nobel William Butler Yeats (1865-1930), Leda and the Swan de fabrication classique – un tour de force qui retrace en 14 lignes l’histoire enregistrée de quatre mille ans. Les actions néo-tech inversent le projet de Yeats Parmi les écoliers – un tour de force qui résume en un seul poème le cycle de la anticivilisation, allant d’une enfance innocente à la beauté lédéenne, en passant par les visages du gouvernement, la vieillesse sèche, la mort, puis pour rien oublié. Les actions néo-tech renversent également Ulysse d’Alfred Lord Tennyson (1809-1892) – un tour de force qui exprime la lutte de chacun pour surmonter la « vie » dans une anticivilisation, d’un ennui et d’un fardeau grandissants. Rejetant l’offre d’immortalité biologique proposée par la nymphe Calypso, Ulysse cherche à se soustraire à sa responsabilité. Il cherche à éviter le fardeau de l’ennui s’échappant de sa vie destructrice – tout comme d’autres élites parasites des 2 500 dernières années, de Périclès à Al Gore.

Ces élites parasites vivent de la force, et de la fraude, fournies par le gouvernement. Ils ruinent, font du mal et tuent n’importe qui, ou tout le monde, pour se sentir importants, avoir un confort personnel et susciter une adulation non méritée. Souvent avec une rhétorique malhonnête altruiste / socialiste / fasciste, ils animent leurs vies non créatrices – destructrices – par le biais d’irrationalités sociopathiques qui détruisent la beauté et les valeurs, gagnées par d’autres. Ils usurpent un pouvoir illicite par la tromperie, la trahison, le pillage, le chaos, le meurtre, la guerre – l’Holocauste et aussi Dresden – en privant chacun de leur individualité, de leur moi, leur caractère et de leur vie. « C’est ainsi, il en est ainsi », disent les Tralfamadoriens, dans le roman Slaughterhouse Five, de Kurt Vonnegut. Ils n’ont aucune notion du vieillissement et de la mort car ils vivent dans la quatrième dimension du temps. La perception simultanée du passé, du présent et du futur leur permettent d’ignorer, et d’oublier, l’irrationalité, les destructions parasitaires et la mort.

Ulysse d’Homère (Ulysse) a donné naissance à cette méthode de vie parasitaire avec une gloire criminelle. En parcourant un chemin différent, Ulysses de James Joyce a vécu par la folie en mêlant mysticismes de l’anticivilisation et folie en un affreux flot de conscience d’un seul jour.(est-ce que les gens s’ennivrent d’irrationalités pour ne pas voir la mort qui nous attend tous, est-il possible que tout le monde ai expérimenté un seul jour de lucidité et de conscience, au sujet des mensonges de la société ? Ils s’immergent dans les illusions/disctractions car ils seraient désillusionnés/sans illusions sur la réalité )… Les actions néo-tech renversent même « Childe Harold vers la tour sombre Came », de Lord Byron (1788-1824) – un tour de force montrant la vie anticivilisation trébuchant vers une mort inconsciente dont même Proust ne peut se souvenir.

Et, enfin, les actions néo-technologiques inversent « l’Ode sur une urne grecque », de John Keats- un tour de force montrant que tout ce que l’on sait, ou doit savoir savoir, dans une anticivilisation vient de l’art et de la beauté. « Vérité c’est beauté. Beauté c’est vérité », a mal interprété Keats. Maintenant, considérons les actions commerciales de Mark Hamilton via son roman l’honnêteté est beauté, « The Story ». Dans ce roman, une honnêteté inflexible et non une vérité déformable devient un art-action tissé dans des réseaux de luminescence professionnelle jamais expérimentés intellectuellement, ni ressentis émotionnellement. Cette action art saute par-dessus le fossé infranchissable de l’ennui de l’antivivilisation vers l’excitation de la civilisation de l’univers. Avec le fonctionnement de Neo-Tech, le cycle d’urnes immuable de Keats, qui fige les sentiments et les actions humaines, se transforme en une autre dimension – – il fait évoluer les sentiments et les actions de manière dynamique – – une progression dans des domaines en constante évolution de réalisations commerciales créatives. … Neo-Tech casse l’urne de Keats, libérant ainsi la vie consciente de ses cycles stagnants de naissance et de mort.

***

Neo-Tech pose également des questions et des réponses jamais posées auparavant : qui est un héros universel ? Un artiste célèbre, un écrivain célèbre, un philosophe célèbre, Thomas Edison, le sergent York, Charles Lindbergh ou Sam Walton ? De tels mots, art et réponses qui touchent la racine de Neo-Tech ne persuadent personne d’investir dans une anticivilisation. Car chaque investisseur est enfermé dans la mentalité bicamérale qui consiste à suivre « les règles d’autorité externe ». De plus, chaque personne dépendant d’une anticivilisation, ne croit pas pouvoir survivre grâce à une honnêteté pleinement intégrée et à la rationalité étendue. (personne ne pense pouvoir vivre seul et en raisonnant indépendamment des dogmes politiques/religieux). En effet, quelle personne, qui est investi dans une anticivilisation, va effacer la malhonnêteté et l’irrationalité de son esprit ? Quel est celui, qui vivant dans une anticivilisation, possède la maturité nécessaire pour rejeter les rationalisations qui excusent les malhonnêtetés faciles, et automatiques, et les irrationalités cachées apparemment nécessaires à la survie dans une antivivilisation ? Et qui veut avoir la responsabilité incroyable de vivre et de prospérer pour toujours ? Personne ne le veut. Car personne, investi dans l’antivivilisation actuelle/d’aujourd’hui, ne fait face à la signification (n’a la pleine compréhension) fondamentale de l’honnêteté et de la rationalité de Neo-Tech, même si cela signifie guérir le vieillissement et la mort. ... Comme les personnes en deuil, personne ne veut savoir. Chacun laissera mourir tout le monde. (en ne voulant pas savoir, en restant investi dans des politiques et religions qui retardent les progrès scientifiques) Chacun laissera chaque personne précieuse, irremplaçable, et ayant une conscience, de valeur, sans limite, être tuée et oubliée à jamais.

Décourageant, sombre ? Pas du tout. L’immortalité biologique de Neo-Tech réside en dehors de l’espace-temps d’une anticivilisation. Les mots ne peuvent pas convaincre. En effet, les mots ne peuvent expliquer ce qui existe naturellement au-dessus, au-dessous et à l’extérieur de l’establishement, non naturel, dominant la planète Terre. Un fossé infranchissable – une séparation quantique – existe. Considérez, par exemple, que l’horreur de la guerre, vécue par les anciens combattants est non communicable aux citoyens civils imprégnés seulement d’expériences en temps de paix. De même, la valeur unique, et sans limite, de chaque individu dans une civilisation du monde des affaires est non communicable pour les citoyens anticivilisations collectivisés dirigés par des fraudeurs du monde des affaires. … En effet, les mots de Neo-Tech ne persuadent pas.

Mais les actions commerciales de Neo-Tech réussissent. Considérez, par exemple, que Shakespeare (1564-1616), Molière (1622-1673) et Walt Whitman (1814-1892) ont exploité leurs propres actions commerciales pour promouvoir eux-mêmes des structures, à nouvelle syntaxe, qui existaient en dehors de leur Establisshement culturel. (des innovateurs à leur époque et dans leur domaine). A présent, considérons que les rédacteurs néo-tech exploitent leurs propres actions commerciales pour établir des structures de nouveau concept, qui existent en dehors de l’Establisshement anticivilisation actuel.(nouveaux concepts qui sont innovant et à contre-courant, crééer en dehors de ce qui est connu et accepté par la société) Plus important encore, Neo-Tech crée un univers professionnel parallèle qui réside à la fois indépendamment et uniquement en dehors des malhonnêtetés, de la paresse et des irrationalités des dirigeants parasites et de leur anticivilisation. … Les seules certitudes dans une anticivilisation sont la mort et les impôts. Dans une civilisation universelle des affaires, la mort et les impôts n’existent pas.

Héroïque Universelle

Les actions commerciales honnêtes, et concurrentielles, sont universellement héroïques. Ce sont les actions les plus ardues, les plus risquées et les plus précieuses. La vie et le bien-être de chaque entité consciente dépendent, en définitive, d’actions commerciales honnêtes et compétitives. Pourtant, sur Terre, de telles actions sont attaquées, et parasitées, plutôt que louées et protégées comme héroïques et précieuses. Tandis que, dans le même temps, les citoyens de l’anti-civilisation adulent étrangement la vie et les actions de dirigeants et d’autorités (politiques/religieuses) soutenues par la force, soutenus par un pistolet qui infligent des destructions nettes à la vie humaine, et qui finissent par tuer tout le monde. … Aujourd’hui, toutefois, dans un univers économique parallèle intouchable dans le cyberespace, Neo-Tech détruit, de manière créative, les structures parasitaires d’une anticivilisation pour immortaliser tout le monde, comme indiqué dans les trois paragraphes suivants :

1. Écoutez l’économiste autrichien Joseph Schumpeter (1883-1950). Ecoutez sa réalisation présomptueuse de la domination économique inévitable par le capitalisme méprisé. Écoutez le capitalisme de libre marché et sa dynamique naturelle de « destruction créatrice ». Aujourd’hui, avec l’accélération de la dynamique commerciale sur Internet, l’esprit du capitalisme s’infiltre inconsciemment dans le corps et l’âme de chacun. Cette infiltration se produit par le biais de marchés libres parallèles indépendants – par le biais de micros-économies numériques, se multipliant dans le cyberespace. Ainsi, le capitalisme se répand partout dans le monde en dépit des injustices, et des pillages, infligés aux créateurs de valeur et à leurs entreprises par des élites parasites – par des élites médiatiques, politiques, syndicales, hollywoodiennes, académiques, philosophiques et religieuses. Des armées d’avocats, d’hommes politiques et de bureaucrates malhonnêtes font pleuvoir des coups de bâton pour la destruction d’entreprises exemplaires et concurrentielles, de Phillip Morris à Microsoft. Ces mêmes armées infligent des abus illégaux à la propriété privée – à des créateurs de valeur exceptionnels, de Michael Milken à Bill Gates. Pourtant, malgré les attaques constantes contre les profits réalisés par les entreprises, et leurs propriétaires, le capitalisme continue de progresser au niveau mondial. (note de 01/01/2019 : depuis il y a les géants d’internet américains GAFA et les chinois BATX)

2. Écoutez les titans du marché libre. Tout le monde profite en fin de compte de ces titans créateurs. Leurs créations font continuellement progresser les économies mondiales, répondant aux objectifs définis par les anciens Illuminati modernisés par Neo-Tech. Le concept commercial universel de Neo-Tech, cependant, rend même obsolète le concept du capitalisme, utile dans cette anticivilisation En effet, la créativité individualisée, et non manipulatrice, de Neo-Tech l’emporte sur la créativité manipulatrice et collectivisée du capitalisme, qui est maltraité et corrompu de manière frauduleuse par des hommes politiques, des hommes d’affaires au col blanc et d’autres élites parasites. De plus, la structure d’information / communication à bas coûts de Neo-Tech via des investissements dans le cyberespace à faible capital dépasse celle des structures à coût élevé d’information, et de communication, du capitalisme via des investissements physiques à capital élevé. Et, plus puissamment, le capitalisme modifié par Neo-Tech pousse à la faillite (1) les fraudes altruistes de religion, (2) les contorsions malhonnêtes de la philosophie, (3) les fanatismes irrationnels du nationalisme et (4) les atrocités criminelles / socialistes / fascistes de la politique. … Le capitalisme altéré par néo-tech ruine l’erastz de civilisation des élites parasites.

3. Ecoutez Neo-Tech. À l’instar du capitalisme, Neo-Tech réussit non pas à convaincre les gouvernements, les médias, les universitaires – ni par des votes, ni par des concours de popularité – mais par des actions honnêtes dans le monde de l’entreprise. … La dynamique économique imparable de néo-tech apporte une prospérité illimitée en faisant disparaître la philosophie tout en mettant en faillite la politique et la religion :

Faire disparaître la Philosophie

Considérez le temps qui a précédé Abraham Lincoln et sa guerre civile, lorsque la liberté du commerce et la création de valeur individuelle ont atteint des sommets historiques. Le livre de 1840, « De la démocratie en Amérique », d’Alexis de Tocqueville infère que les États-Unis sont devenus le plus grand pays de l’histoire en mettant en œuvre des créations d’individualistes libres dans le Nouveau Monde tout en ignorant les philosophies étatistes et collectivistes de l’Ancien Monde.

En ne faisant pas cette distinction entre la vérité dogmatique-statique et l’honnêteté rationnelle-dynamique, les philosophes et les universitaires au cours des décennies ont corrompu cette pensée indépendante, et sans philosophie, unique en Amérique. Alors que les philosophies rationnelles d’Aristote et d’Ayn Rand sont inestimables, et essentielles, pour comprendre une anticivilisation et en gérer les irrationnalités, la philosophie elle-même n’a aucune pertinence dans une civilisation du commerce fondée sur la rationalité et l’honnêteté intégrée.

Des corruptions des philosophies même les plus rationnelles sont vécues aujourd’hui. Les philosophes du culte irrationnel, et contradictoire, d’Ayn Rand, par exemple, censurent et interdisent les honneurs basés sur l’objectivisme et les rationalités de Neo-Tech basées sur le commerce, comme le montre le groupe de discussion Usenet, humanities.philosophy.objectivism … et documenté dans une publication intitulée « Flame-War Justice. »

Les joueurs de poker auto-trompeurs habituels reprochent à Neo-Tech d’avoir publié son livre le plus vendu en 1968, « Poker, un revenu garanti à vie », qui révèle que le plus grand joueur est le plus grand perdant dans une activité fastidieuse qui prend du temps, et ne produit que des perdants (Le meilleur joueur gaspille son temps, et ses ressources intellectuelles…..ses capacités de raisonnement rapporteraient davantage et seraient plus utiles dans d’autres domaines) ( ( www.neo-tech.com/poker ). De même, les philosophes non professionnels habituels reprochent à Neo-Tech ses livres les plus vendus, qui rendent obsolètes la philosophie, comme en témoignent les défis des groupes de discussion de 1995 à 1996 – et toujours 5 ans plus tard, en 2000 – présentés dans le livre « Flame-War justice » publié sur le Web à la fin du mois d’avril 2000 (www.neo-tech.com/flamewarjustice). Ces défis et réponses montrent pourquoi la philosophie n’a aucune signification dans une civilisation universelle d’entreprises. … L’honnêteté et la rationalité, et non la philosophie, favorisent la dynamique commerciale compétitive. L’honnêteté et la rationalité, et non la philosophie, offrent un avenir illimité à la vie consciente.

La faillite de la politique et de la religion

Considérez la Constitution néo-tech pour une civilisation universelle des affaires : Article 1 : Aucune personne, groupe de personnes ou gouvernement ne doit recourir à la force, à la menace de force ou à la fraude contre la personne ou les biens de toute personne. Article 2 : La force ne doit être utilisée moralement et légalement qu’à des fins de légitime défense à l’encontre des contrevenants de l’article premier. Article 3 : Les articles 1 et 2 ne font l’objet d’aucune exception….. L’application de ces trois articles implique des matrices d’ostracisme informatisées, et sans force, comme cela a été décrit dans la littérature Neo-Tech.

Maintenant, considérons la flèche du temps pointant vers une civilisation sans philosophie / sans philosophie. Cette civilisation en plein essor des affaires, et de la liberté, emprunte un chemin dans le cyberespace, épargnée par l’anticivilisation religieuse / politique en train de sombrer. Les graphiques ci-dessous illustrent la destruction créatrice de l’anticivilisation moribonde d’aujourd’hui par la civilisation des affaires animée de demain – la civilisation de l’univers.

GRAPHIQUE

Guérir le vieillissement et la mort

Neo-Tech est issu des racines les plus profondes de l’honnêteté et de la rationalité. En agissant à ce niveau profond, les actions rationnelles finissent par guérir le vieillissement et la mort. Mais, au niveau de base, les auteurs Neo-Tech ne bénéficient d’aucun soutien, sauf de 25 % – le 1/4 qui compte – les clients et les entreprises qui en bénéficient sans limites. L’hostilité, et non le soutien, provient des gouvernements, des universitaires, des professionnels des médias et même des hommes d’affaires. De plus, les auteurs de Neo-Tech n’ont que peu, voire pas du tout de soutien de la part de leurs associés, employés, amis, familles, voire de conjoints aimants, qui ne lisent, ni ne comprennent ce que les clients paient pour lire, comprendre et ensuite bénéficier sans limites. Ainsi, les auteurs néo-tech avancent leur objectif tout seul, sub rosa (sous la rose = en secret). Protégés par une furtive discrétion, ils émasculent en silence les élites parasites et les fausses autorités, avec le poignard d’internet, qui affaiblit la dépendance du public à l’égard de la politique et de la religion. … Briser la dépendance illusoire vis-à-vis de fausses autorités signifie guérir le vieillissement et la mort – cela signifie la victoire du bien sur le mal par le biais des dynamiques commerciale universelle – cela signifie sauter et se libérer du champ de gravité d’une anticivilisation pour passer dans le champ de gravité d’une civilisation du commerce universelle.

Forces / Axes alliées

Les dynamiques néo-tech associées aux affaires commerciales du cyberespace / biotechnologie sont des forces alliées visant à guérir le vieillissement et la mort. Opposées à ces remèdes, il existe 3 axes de forces : (1) La première force comprend le caractère destructif des dirigeants de l’anticivilisation. (2) La deuxième force sont les entreprises parasites et leurs propriétaires. (3) La troisième force condamne l’immortalité biologique. Ces trois forces travaillent pour nier la valeur illimitée de chaque conscience individuelle. Ces forces condamnent l’idée d’immortalité biologique comme cauchemardesque ou obscène. Ces forces incluent des théologiens, des universitaires, des philosophes, des politiciens ainsi que des artistes en quête d’approbation / politiquement corrects, des journalistes malhonnêtes / irrationnels, des hommes d’affaires collabos / grotesques. Ils voient et trouvent de la valeur dans le néant – dans la mort. Ils travaillent pour décimer les populations. Ils voient les individus vivants comme des passifs sans cesse croissants, avec le vieillissement, à somme négative nette, dans leur société collectiviste – plutôt que comme des actifs en augmentation constante dans une société d’affaires sans limite. … De telles mentalités et moralités à la Malthus / Ted-Turner / Nations Unies / Chine communiste / Pat-Robertson décident de tuer tout le monde sur Terre, comme l’illustre à la perfection le site Web :

 

http://www.nytimes.com/library/national/science/health/030700hth-aging-ethics.html.

Vieux Monde / Nouveau Monde

Il y a plus de deux millénaires, Diogène a cherché et n’a pas réussi à trouver un Nouveau Monde libre de la malhonnêteté de l’Ancien Monde. Il y a plusieurs siècles, des colons anglais et européens se sont dirigés vers la liberté illimitée d’un nouveau monde, abandonnant les restrictions stagnantes d’un vieux monde. Il y a un siècle, « Huckleberry Finn » de Mark Twain s’est dirigé vers la frontière ouverte de la nature sauvage, abandonnant les limites étouffantes d’une société fermée. En ce troisième millénaire, le Neo-Tech de Frank R. Wallace se dirige vers l’infini frontière du cyberespace immortel, abandonnant les irrationalités malhonnêtes d’une anticivilisation mortelle.… Dans l’Ancien Monde, l’anticivilisation et ses dirigeants soutenus par la force rétrécissent chaque valeur dans le néant de la mort finale. Dans le Nouveau Monde, la dynamique commerciale de Neo-Tech sculpte, comme avec de la pâte à modeler, une nouvelle création – une nouvelle civilisation qui s’accroît d’un zéro inconnu à l’infini de la vie éternelle.

On ne peut pas critiquer valablement, ou finalement corriger, les problèmes inhérents à une civilisation irrationnelle – une anticivilisation. On ne peut que l’abandonner, ou la détruire de manière créative comme décrit ci-dessous :

[insérer ici]

L’impératif néo-tech

Guérir le vieillissement et la mort est l’impératif de Neo-Tech. Personne ne peut combler le fossé entre les mortels et les immortels. Les mortels doivent sauter le pas pour atteindre l’immortalité biologique ici sur Terre. En calculant les probabilités d’investissement, l’auteur qui était dans le cimetière n’a plus de mots à dire dans le Vieux Monde – dans l’antivivilisation qui entoure la vie de chacun. Au lieu de cela, il exécute des actions pour construire une civilisation parallèle, et universelle, basée sur les affaires ici sur Terre – la civilisation de l’univers – comme décrit dans « The Story » de Mark Hamilton et cartographié ci-dessous. Les terriens peuvent alors franchir ce fossé parallèle entre les deux civilisations.

[Insérer ici le voyage de Nekuia (www.neo-tech.com/journey/) dans lequel le vivant Frank R. Wallace entre métaphoriquement dans les 100 dialogues ( www.neo-tech.com/bpparty/100dialogs ) pour obtenir les informations nécessaires des principaux personnages de l’histoire.]

L’avenir imparable

La dynamique criminelle socialiste / fasciste maintient l’anticivilisation en faisant basculer les individus en des anonymes collectifs. (goupe d’anonyme sans individualités). Comme le montre la prose poétique « Winesberg, dans l’Ohio »de Sherwood Anderson, chaque anonyme tordue décline et meurt. En revanche, la dynamique néo-tech / capitaliste / cyberespace libère les individus (du groupe) en tant que personnes souveraines puissantes – en tant que dieux immortels du monde des affaires. Dans une civilisation universelle du commerce, les individus ont la liberté individualisée de prospérer pour toujours, sans limites, comme indiqué ci-après :

Un archéologue trouve des graines séchées enfouies profondément dans du goudron – des graines rendues « inorganiques » il y a plusieurs millénaires, privées pendant tout ce temps de nourriture, d’eau et de lumière. Maintenant, l’homme conscient les nourrit. Les anciennes graines renferment une vie verte et biologique, faisant émerger des champs de blé sauveur- à la Norman Borlaug (agronome américain) -, qui vont permettre à la famine mondiale de disparaître en nourrissant 6 milliards de bouches. De même, le néant en sommeil d’une unité de gravité reste sans nourriture pendant un milliard d’années, jusqu’à atteindre la puissance d’un billion de années. Cependant, la dynamique commerciale consciente découvre la clé pour débloquer/provoquer des naissances de big-bang, qui génèrent une vie organique, puis une vie consciente inestimable dans environ dix milliards d’années.

La vie consciente naturelle ne revient jamais dans la mort, mais continue vers la prospérité. Le dévoilement des sous-textes de quatrième et cinquième dimensions de la littérature Neo-Tech actuelle révèle la flèche de la vie consciente qui passe à la dynamique de haute technologie / biotechnologie, indépendamment de ce que quiconque pense, dit ou fait. Malgré la peur et le dégoût des entreprises et de leurs créateurs, la dynamique commerciale néo-tech convertit les populations ordinaires en individus particulièrement prospères sur lesquels personne n’est supérieur, ou détenteur de l’autorité…. Pour tous les habitants de la Terre, le champ de gravitation de Neo-Tech capture l’avenir – l’avenir imparable – de la vie et de la prospérité éternelles.

Néo-Tech en hausse

Rappelez-vous de la lune de la moisson mystérieuse a été décuplée en taille, or et scintillante, remontant du sol derrière le paysage d’arbres et de maisons voisines. Les scientifiques spécialistes du cerveau et de l’optique savent que le grossissement ne se produit jamais lorsque la lune monte bien au-dessus de la toile de fond d’objets terrestres pour redevenir normale, brillante et blanche. Alors, qu’est-ce qui se passe réellement? Ce changement étrange et fantomatique est une illusion de survie câblée dans le cerveau – comme si un œil recevait toutes les images à l’envers, le cerveau voyant tout dans le bon sens. Le cerveau des anciens chasseurs devait reconnaître l’animal parmi les broussailles lointaines et les arbres, et ce n’étaient pas une créature minuscule d’un pouce de haut, mais un énorme éléphant de dix pieds de haut.

Comme la Lune, Neo-Tech qui monte intimement derrière la perspective d’une anticivilisation semble amplifié dix fois, c’est effrayant, à éviter. Ce spectre est une illusion de survie qui fait fuir les perspectives irrationnelles. Pourtant, s’élevant bien au-dessus du fléau de la malhonnêteté et des irrationalités, comme dans le cas de Mark Hamilton « The Story » , la valeur naturelle et la beauté de Neo-Tech apparaissent, rayonnant de réalité objective pure et brillante. « The Story » pousse donc pour toujours la pensée et la vision conscientes dans un champ illimité de création et de vie. À travers « The Story », les citoyens sacrificiels dans une anticivilisation collectivisée avancent numériquement pour devenir des souverains qu’ils ont créés dans une civilisation du commerce libre. … Ainsi, la prospérité sans limites augmente. Ainsi, Neo-Tech se lève avec l’immortalité biologique et la jeunesse éternelle.

Le toit de Neo-Tech

Tant que l’anticivilisation soutenue par la force détruira la vie de chacun, jusqu’à ce que Néo-Tech surmonte le fléau de la malhonnêteté et des irrationalités liées à l’anticivilisation, peu de gens chanteront les richesses de Neo-Tech sur les toits. Aujourd’hui, cependant, Neo-Tech se développe dans de nombreux domaines de la vie consciente sous forme de bandes dessinées ( Anarky ) et de films ( The Matrix)… Aux entreprises (néo-tech est à la base du cyberespace et de la biotech), aux tribunaux (le serment d’honnêteté néo-tech qui est maintenant la loi des États-Unis – US vs Wallace, 989, F.2d, 1015 – US 9th District Court d’appel) et de la politique (les rapports d’abus Neo-Tech / IRS qui (1) ont alimenté les audiences du Congrès de 1997-1998 sur les crimes de l’IRS et (2) permis aux hommes politiques de parler de l’abolition de l’IRS en faveur une taxe de vente nationale). Pourtant, qui admet aujourd’hui publiquement le fait que sans limites l’excitation romantique, la prospérité, la santé et le bonheur naissent des racines néo-tech? Les lèvres restent scellées jusqu’à ce que ceux qui bénéficient de Neo-Tech atteignent une masse critique de population – jusqu’à ce que les racines commerciales de Neo-Tech, déjà en train de germer dans le monde entier, s’épanouissent dans des poses couvrant la planète Terre. Ensuite, ceux qui s’épanouissent en dehors de l’anticivilisation, sans limites, chanteront Néo-Tech sur les toits. En se régalant de l’arbre de la connaissance, chaque bienfaiteur néo-tech – chaque créateur libéré – devient un Antichrist sans peur et joyeux (anti-Christ chrétien, pas du Christ l’homme). Chacun de ces créateurs de valeur sans limites devient alors un dieu d’affaires immortel créé par lui-même, se régalant de l’autre arbre ici sur Terre – l’arbre de la vie éternelle.

***

[Les encarts apparaîtront sur le site Web www.neo-tech.com au fur et à mesure de leur achèvement.]

***

Cinq garanties automatiques

Les pressions exercées par les tours malhonnêtes et le politiquement correct ne peuvent affecter ou détourner la dynamique néo-tech – garantie.

Par nature, rien ne peut compromettre l’honnêteté pleinement intégrée de Neo-Tech – garantie.

Neo-Tech sera finalement victorieux ou effacé – garanti.

Neo-Tech oblitérée signifie la fin mortelle de la vie consciente sur Terre – garantie.

Victorieux Neo-Tech signifie que la vie consciente des mortels évolue en dieux des affaires immortels sur Terre – garantie.

 

 

 

2 pensées sur “L’Immortalité provenant de l’High-Tech / Biotech

  • 2 octobre 2019 à 19 h 04 min
    Permalink

    Bonjour,

    Je suis ravi de faire mon premier échange.

  • 2 octobre 2019 à 19 h 18 min
    Permalink

    Bonjour,
    j’essaie de diffuser des informations sur les dernières recherches et les progrès à ve,ir.
    Cordialement,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *