Message aux gilets jaunes # 2 – Le faux concept de la démocratie et de la règle de la majorité

 

Je vais parler de  démocratie. Je suppose que vous tous êtes en faveur de la démocratie, vous approuvez tous nos institutions démocratiques… eh bien, peut-être devrais-je vous demander : est-ce que quelqu’un a le courage de lever sa main car il est opposé à la démocratie ? Quelqu’un ? Un certain nombre de personnes merci. Quelqu’un a-t-il le courage de lever la main car il est en faveur de la démocratie ? Un certain nombre de personnes, merci. Qu’en est-il du reste d’entre-vous ? Oh je sais, je ne lève pas la main, car c’est une blague, n’est-ce pas, bien sûr….Si vous levez la main car vous êtes en faveur de la démocratie, je pourrais arrêter la conférence, vous demander de vous lever, et de définir la démocratie, de définir pourquoi vous y êtes favorable… et si vous vous levez la main car vous êtes opposé à la démocratie, je pourrais vous demander de vous lever et de définir à quoi vous êtes opposé…

Eh bien, maintenant, si quelqu’un approuve l’institution démocratique… qu’est-ce que la démocratie ? Que soutenez-vous, certains d’entre vous se souviennent du slogan qui a été popularisé par le regretté président Woodrow Wilson, lors de la Seconde Guerre mondiale, qui a déclaré que « la démocratie doit être préservée dans le monde », la démocratie ? Nous devons préserver ce monde du danger pour nos fils décédés pendant la Première Guerre mondiale, préserver la démocratie et des gars meurent pendant la Seconde Guerre mondiale, le même objectif en Corée ou récemment en Asie du Sud-Est. Avez-vous envoyé quelqu’un mourir, ou risquer sa vie, pour préserver la démocratie dans le monde ? Pensez-vous qu’il est nécessaire de poser la question : qu’est-ce que la démocratie ? Si des gars vont risquer leur propriété primordiale (leur vie) pour atteindre cet objectif, il est juste qu’ils comprennent le but au moins clairement, ils doivent comprendre pourquoi ils vont risquer leur vie, ou même la perdre, ou alors serait-il préférable de les garder dans l’ignorance ?

Dans le livre intitulé « The road to reaction », le Dr. Herman Finer fait le commentaire suivant : «le droit de la démocratie, c’est ce que la majorité en fait» – c’est à peu près l’attitude habituelle aux États-Unis, et mesdames et messieurs, nous allons examiner la justesse de la règle de la majorité, qu’est-ce que « justesse » signifie, en ce qui concerne cette théorie, en ce qui concerne la science de la volition, ce qui est juste c’est qui est à la fois rationnel et moral. Quand je dis « juste », en ce qui concerne la volition, je veux dire ce qui est rationnel et moral. Si on parle de science physique, je veux dire ce qui est vrai et valide !

D’accord, nous examinerons le bien-fondé de la règle de la majorité, la démocratie politique nous l’examinerons avec les 4 étapes de la méthode scientifique. D’accord, quel genre de résultats obtiendrions-nous, dans les sciences physiques, si nous utilisions la règle de la majorité comme test de véracité ? Pensez-vous que nous aurions pu faire des progrès en physique, si chaque fois qu’une nouvelle hypothèse est élaborée et présentée à toutes les personnes, pour qu’elles se rendent aux urnes et votent pour savoir si cette hypothèse est exacte ou non ? Serait-ce une bonne norme de véracité ?
Pourrions-nous faire des progrès en science physique, si c’était la règle de la majorité qui était la norme ? Cela ferait-il une différence si le vote était public, ou secret, cela aurait-il quelque chose à voir, pourriez-vous mieux établir la justesse si tout le vote est secret, ou si le vote est public ? Vous dites bien sûr que cela ne fonctionnerai pas. Je veux dire tout d’abord qu’est ce que l’homme de la rue connaît de la physique ? Ou alors, les seuls qui devraient avoir le droit de voter sur l’hypothèse, la théorie, ou quoi que ce soit, pour savoir si c’est juste ou faux, seraient les physiciens qualifiés ? Pensez-vous que nous aurions fait des progrès en physique, si c’était la norme de la justesse ? Peut-être qu’on peut laisser seulement les physiciens qualifiés votés, cela veut dire que toutes les personnes qui ont un doctorat en physique, peuvent voter là-dessus, fait-on des progrès en physique de cette façon, lorsqu’on étudie l’histoire des sciences physiques, on découvre rapidement que plus l’innovation est profonde et la découverte importante, plus il y a d’innovation, plus la majorité des gens dans le domaine de la science s’y opposait, ou pensait que c’était faux, ou même appelait ça du charlatanisme, alors ça ne marchera pas ! Permettez-moi de vous demander lorsqu’une d’une théorie en science physique est dite exactes, est-ce qu’elle fonctionne la plupart du temps ? Non, elle doit fonctionner tout le temps, pour qu’une hypothèse soit qualifiée de juste, elle doit fonctionner tout le temps, 99% du temps ce n’est même pas suffisant ! Elle doit marcher 100% du temps ! Pas d’exception ! Pas de compromis ! Y a-t-il quelqu’un dans cette pièce qui traverserait le Golden Gate Bridge, s’il était construit sur un concept qui fonctionne la plupart du temps ? Traverseriez-vous le Golden Gate Bridge, s’il était basé sur un concept qui fonctionne 99 % du temps ; si je traverse un pont, je veux qu’il soit construit sur un principe qui fonctionne tout le temps ! zéro exception, zéro échec, bien sûr, vous pouvez avoir un pont bien construit mais s’il n’est pas correctement entretenu, il peut s’écrouler, mais cela ne signifie pas que les principes sur lesquels il a été construit sont faux, cela signifie qu’il n’a tout simplement pas été correctement entretenu. Vous pouvez aussi avoir une mauvaise application d’un principe juste, cela ne veut pas dire que le principe a échoué, cela signifie que la personne qui applique le principe a échoué.

Eh bien, si nous avions appliqué la règle de la majorité comme norme de la science physique, nous n’aurions fait aucun progrès, il n’y aurait même pas de sciences physiques, il n’y aurait aucune science physique, si la règle de la majorité avait été la norme, est-ce que vous arrivez à le voir, en aucun cas vous ne pouvez accomplir quoi que ce soit en science, en utilisant un standard basé sur le concept de la majorité pour déterminer ce qui est juste, cela produira un échec total et complet.
Alors j’ai cette question pour vous, et nous ne travaillerons pas en physique, sur quelle base pensez-vous que la règle de la majorité fonctionnera dans le domaine de la volition (ou de la politique)…., ou en dehors de la physique, quels résultats pensez-vous obtenir lorsque nous appliquons la règle de la majorité ? Par exemple, comme norme de justesse dans le domaine social ? Tout d’abord, la règle de la majorité est simplement une norme relative de justesse, la justesse est relative au caprice de la majorité, comme l’a dit le Dr Finer : ce qui est juste c’est ce que la majorité décide ! Eh bien, ce n’est rien de plus que la force fait le droit ! Le plus fort pille le plus faible ! Par exemple, si la majorité est d’accord pour dire que toutes les personnes qui ont les cheveux roux sont dangereux, que les gens roux empêchent les personnes aux cheveux bruns d’avoir du travail dans la société et, dans l’intérêt du bien-être général, il faudra liquider toutes les personnes qui ont les cheveux roux ! Un vote est fait et comme les personnes, avec des cheveux roux, sont en minorité, alors les gens avec des cheveux roux sont a liquidés… Eh bien, vous pensez que c’est un exemple ridicule… pourquoi les gens de la majorité ne prendraient jamais une telle mesure ? Eh bien, vous n’êtes pas très sûr ? Eh bien de notre vivant, nous avons vu la majorité des gens s’accorder sur le fait que tous les Sémites, appelés Juifs, sont un danger… que ces Juifs empêchent les Nordiques de prendre leur place dans la société, et que pour le bien général, le bien commun, le bien de la communauté, il faudra liquider toutes les personnes appelées juives. Un vote est organisé, les juifs sont en infériorité numérique, les juifs sont liquidés, qu’est-ce qui est plus ridicules liquider les roux, ou liquider les juifs ? Liquider, bien sûr, est un euphémisme pour dire assassiner.

Comme beaucoup d’entre vous le savent, le Parti national-socialiste allemand des travailleurs, généralement appelé parti nazi, est arrivé au pouvoir en Allemagne après des élections libres en mars 1933, il a recueilli 17 millions de voix, le deuxième parti le plus important des sociaux-démocrates n’a recueilli qu’un peu plus de 7 millions de voix…7 millions pour le 2ème grand parti, nous avons observé de notre vivant l’échec de la démocratie politique à maintenir la liberté. Permettez-moi de vous poser cette question : «Et si, disons, si il y avait eu des élections libres en Allemagne, disons, qu’il n’y aurait pas eu de représailles si vous votiez pour un autre candidat, ou une autre campagne, qu’Adolf Hitler…Pensez-vous qu’Adolf Hitler aurait été élu, dans le cas d’une élection totalement libre en Allemagne, pensez-vous qu’il aurait pu être élu ? Pensez-vous qu’il aurait pu être vaincu, s’il y avait eu des élections libres à ce moment-là ? Mesdames et messieurs, Adolf Hitler, aurait remporté la victoire la plus écrasante, de tous les politiciens, dans l’histoire de la démocratie, et cela aurait été fait avec zéro intimidation de la part de la Gestapo, ou de toute autre personne. Nous avons eu un glissement de terrain, qui a éclipsé tout ce que n’importe quel président, dans notre histoire, a jamais accompli dans les urnes., bien sûr si il y avait eu des élections, Hitler peut-être ne l’a-t-il pas fait, mais c’est parce que le peuple allemand l’a aveuglé pour avoir été le principal responsable de la perte de la guerre, le principal désenchantement au sujet d’Hitler est qu’il est responsable de la perte de la guerre. c’est encore vrai aujourd’hui, Hitler est accusé, par l’Allemagne d’avoir perdu la guerre. La démocratie politique, ou la règle de la majorité, est une norme relative de justesse.
La justesse est déterminé par la majorité, et dans un tel système, le vol, la torture, le meurtre, tout ceci est justifié si la majorité supporte le système. Un fait qui est universellement accepté ; aux USA, aujourd’hui, c’est que si vous pouvez élire votre dirigeant, sous serez libre ! La plupart des gens le croient, c’est pertinent avec l’observation ! Faisons l’hypothèse que nous sommes tous des prisonniers au pénitencier de San Quentin. Bien, sommes-nous libre si tous les 4 ans nous avons l’opportunité d’élire un nouveau gardien ? Je suis pour le gardien Monsieur Smith, vous vous pensez que vous devez voter pour récompenser Monsieur Johnson ! Sommes-nous plus libre si l’élection a lieu toutes les années, au lieu de tous les 4 ans ? Ou plutôt tous les mois, si vous préférez, si vous préférez une élection chaque mois, préférez-vous une élection à bulletin secret ou à mains levée, en secret ou ouvertement, quel est le problème ici ? La liberté ne découle pas de la capacité de l’individu à choisir son propre dirigeant parce que lorsqu’il y a un dirigeant, cela signifie que quelqu’un est gouverné et lorsque vous êtes gouverné, vous n’avez clairement aucune liberté ! Certains d’entre-vous peuvent se souvenir, de leur cours d’histoire, dans l’ancien monde, les Athéniens pratiquaient le concept de la démocratie politique, tous les citoyens libres se rassemblaient sur une place, ils décidaient par un vote majoritaire, comment la cité fonctionnerait, ils décidaient quelles lois devaient exister, comment elles seraient interprétées, comment elles seraient appliquées, et bien sûr la position de la minorité avait été prise en compte, elle avait été consultée, la minorité avait eu sa chance d’être majoritaire mais elle a échoué, peut-être que tout ce qui est nécessaire est de travailler plus dur pour la prochaine fois, et ainsi la minorité deviendra la majorité.
Eh bien, si vous étudiez l’histoire américaine, vous constaterez que les pères fondateurs de ce pays craignaient davantage la démocratie politique, ils craignaient même la monarchie, ils craignaient que la démocratie politique soit un concept plus catastrophique qu’autre chose, et à cause de ceci, ils ont fait de grands efforts pour limiter le pouvoir du peuple. Je voudrais vous lire une citation de James Madison, un homme qui, plus que tout autre individu, est certainement le père de la Constitution des États-Unis, l’ancien président Madison écrivant à un autre président, James Monroe, le 5 octobre , Madison affirme sa position sur le concept de règle de la majorité, sur la démocratie politique : “Il n’y a pas de maxime, à mon avis, plus susceptible d’être mal appliqué, que l’actuel, c’est à dire que l’intérêt de la majorité, est la norme politique du bien et du mal, rien ne peut être plus faux” En fait il ne fait que rétablir sous un autre nom, sous une forme plus spécifique….le concept de la force….la force est la mesure du droit »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *