LA REVELATION CHRETIENNE EST MASSIVEMENT INCOMPETENTE

 

Cet article a été traduit par un admirateur de Robert G. Ingersoll, qui en utilisant le bon sens et les principes du christianisme, a complètement révélé et expliqué son effet dévastateur dans le dernier tiers du 19ème siècle. Si vous ne le connaissez pas, vous pouvez acheter  une « compilation de discours de Robert Ingersoll » , en français, au format Kindle sur Amazon ou au format pdf sur le site : http://les-outils-de-la-sagesse.fr/

 

VOICI EST LA PREUVE ABSOLUE

Après 2 000 ans, quelque 4 900 000 000 personnes – soit 70 % de toute l’humanité – ne croient pas à l’histoire chrétienne. Beaucoup ne l’ont jamais entendu.

Ceux qui la croient sont grossièrement divisés sur ce que «c’est». Il existe des dizaines de dénominations et des milliers de sectes avec un nombre d’adhérents qui va de plus d’un milliard à seulement quelques milliers.

Si la révélation était exacte, comme Dieu aurait pu le faire, les faits ne seraient pas ce qu’ils sont.

 

PREUVES SUPPLÉMENTAIRES :

1. Jésus n’a pas révélé à chacune de ses créatures, un message facilement compréhensible et sans ambiguïté, ce qui est nécessaire pour être sauvé – comme il aurait pu le faire.

2. Après la résurrection, Jésus ne s’est révélé à personne sauf à ses adeptes. L’histoire aurait pu être complètement différente si il avait été confronté aux Juifs ou à Pilate – comme il aurait pu le faire.

3. La «qualité» de la soi-disant révélation varie de façon ridicule : des témoins directs de Jésus et de ses «miracles» ; à ceux qui reçoivent seulement un ouï-dire, une fois, deux fois et d’innombrables fois enlevé ; À ceux qui n’ont jamais entendu un mot.

4. Ce ouï-dire composé a été figé dans ce qui est maintenant le Nouveau Testament ; Écrit par de nombreux auteurs inconnus entre 20 à 120 ans après que Jésus ait été crucifié. Aucun document d’origine n’existe aujourd’hui.

5. Il y avait beaucoup de manuscrits disponibles sur Jésus mais le contenu final du Nouveau Testament n’a été déterminé qu’environ 300 ans après la crucifixion. Les hommes, peu nombreux, qui ont décidé, étaient divinement inspirés. Même aujourd’hui, il existe des différences majeures entre les Bibles des protestants et des catholiques et entre celles des catholiques romains et des catholiques orthodoxes.

6. Les originaux ont été écrits en hébreu, en araméen et en grec ; puis traduit en langues modernes, avec les problèmes inhérents à toute traduction. Personne ne sait, ou n’a jamais su, ce que disaient les premiers manuscrits.

7. La version que nous avons aujourd’hui est l’une des nombreuses; elle était basée sur des manuscrits ; Qui à leur tour ont été fabriqués à partir des manuscrits qui étaient des copies de copies, de copies qui remontent à 1400 ans.

8. La Bible est remplie de contradictions et d’incohérences et d’erreurs démontrables qui réfutent qu’elle a été guidé par la main parfaite de Dieu.

9. Les histoires incluses dans l’évangile du Nouveau Testament sont omises, ou changées, dans les autres évangiles. De nombreuses histoires et énonciations sont en conflit entre elles. Celles-ci prouvent la main de l’homme. L’ambiguïté est aussi grave qu’une erreur dans une Bible censée dire la volonté de Dieu.

10. Enfin, les chercheurs, de toute tendance, sur différentes questions ont écrit d’innombrables volumes pour débattre de ce qu’était le texte original et ce qui a été ajouté – et ce que signifient nos textes ! Pourquoi devrions-nous croire ce que de simples mortels, comme nous-même, ont enseigné ?

Compte tenu de cette révélation complètement incompétente, comment est-ce qu’il est possible que Jésus – un dieu de justice, d’amour, de pardon et de miséricorde – aurait pu stipuler qu’une conviction est requise pour le salut ?

Et ce qui est encore plus monstrueux, est que si vous ne la croyez pas, vous êtes damné pour toute l’éternité !

« Amen, amen en vérité je te le dis, nul, s’il ne naît à nouveau, ne peut pas voir le royaume de Dieu. » (Jean 3 : 3.)

« Mais celui qui croit en lui n’est pas jugé. Mais celui qui ne croit pas est déjà jugé : parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu » (Jean 3 : 18.)

En raison de cette déclaration, trouvée uniquement chez Jean et dans aucune autre partie de la Bible, des millions de personnes ont souffert, et souffrent encore, des menaces terrorisantes de l’enfer ; D’innombrables ont été brûlés vivants et ont péris dans les guerres religieuses. Est-ce qu’il n’est pas plus probable que c’est une déclaration parasite attribuée à Jésus, pour servir les intérêts d’un groupe de religieux, plutôt qu’une vérité d’un Dieu juste, miséricordieux et aimant ?

Tout cela était évitable, si Dieu avait simplement laissé à ses créatures – dont le destin éternel est en jeu – une révélation compétente comme il pouvait le faire si facilement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *