Robert G Ingersoll : l’Espagne et les Espagnols

L’ESPAGNE ET LES ESPAGNOLS.

L’ESPAGNE a toujours été extrêmement religieuse et extrêmement cruelle. Ce pays a eu une expérience malheureuse. Les Espagnols ont combattu les Maures pendant environ 700 ou 800 ans. Pendant ce temps, catholicisme et patriotisme sont devenus synonymes. Ils combattaient les musulmans. C’était une guerre de religion. Pour cette raison, leur catholicisme devint intense et ils craignaient que s’ils accordaient la moindre concession au Maure, Dieu les détruirait. Leur idée était que le seul moyen d’obtenir l’aide divine était d’avoir une foi absolue, et cette foi était prouvée par leur haine de toutes les idées incompatibles avec les leurs.

L’Espagne a été et est victime de la superstition. Les Espagnols ont expulsé les Juifs, qui représentaient alors beaucoup de richesse et une intelligence considérable. Cette expulsion a été caractérisée par une brutalité infinie et par des cruautés que les mots ne peuvent exprimer. Ils ont finalement chassé les Maures. Non satisfaits de cela, ils ont chassé les Moriscos. C’étaient des Maures qui s’étaient convertis au catholicisme.

Les Espagnols, cependant, n’avaient aucune confiance en l’honnêteté de la conversion et, dans le but d’obtenir la bonne volonté de Dieu, ils les chassèrent. Ils avaient réussi à se débarrasser des Juifs, des Maures et des Moriscos ; c’est-à-dire de l’intelligence et de l’industrie en Espagne. Il ne restait plus que des Espagnols ; c’est-à-dire l’indolence, l’orgueil, la cruauté et la superstition infinie. Ainsi, l’Espagne a détruit toute liberté de pensée à travers l’Inquisition et, pendant de nombreuses années, le ciel a été animé des flammes de l’Autodafe _ ; L’Espagne était occupée à déposer des fagots aux pieds de la philosophie, à brûler les gens pour qu’ils réfléchissent, qu’ils enquêtent, qu’ils expriment des opinions honnêtes. Le résultat fut qu’une grande obscurité s’installa sur l’Espagne, percée d’aucune étoile et éclairée par aucun soleil levant.

À une époque, l’Espagne était la plus grande des puissances, propriétaire de la moitié du monde, et elle n’a plus que quelques îles, le petit changement de sa grande fortune, les quelques centimes dans la bourse presque vide, des souvenirs de richesses disparues, de grandeurs disparues. Maintenant, l’Espagne est en faillite, non seulement en matière de finances, mais dans les facultés supérieures de l’esprit, c’est une nation sans progrès, sans pensée ; toujours voué à la superstition et aux combats de taureaux, essayant toujours d’affronter les maladies contagieuses par des processions religieuses. L’Espagne fait partie des âges médiévaux et appartient à une génération ancienne. Elle n’a vraiment pas sa place au XIXe siècle.

L’Espagne a toujours été cruelle. S. S. Prentice, parlant de l’Espagne il y a de nombreuses années, a déclaré : « Sur le bord de la découverte, elle a sauté comme un voleur à main armée et a cherché l’or dans la gorge même de ses victimes. »

Les pages les plus sanglantes de l’histoire de ce monde ont été écrites par l’Espagne. L’Espagne au Pérou, au Mexique, l’Espagne au Pays Bas – toutes les cruautés possibles reviennent à l’esprit lorsque nous disons Philippe II, lorsque nous disons le duc d’Alva, lorsque nous prononçons les noms de Ferdinand et d’Isabelle. L’Espagne a infligé toutes les tortures, a pratiqué toutes les cruautés, s’est rendue coupable de tout outrage possible. Il n’y a pas eu de rupture entre Torquemada et Weyler, entre l’Inquisition et les infamies commises à Cuba.

Lorsque Colomb a trouvé Cuba, les habitants d’origine étaient les plus gentils. Ils ne pratiquaient pas de rites inhumains, c’étaient des gens bons et satisfaits. Les Espagnols les ont asservis ou ont cherché à les asservir. Les gens qui se sont levés ont été traqués avec des chiens, ils ont été torturés, ils ont été assassinés et finalement exterminés. C’était le début de la domination espagnole sur l’île de Cuba. Le même esprit règne en Espagne aujourd’hui. L’idée n’est pas de se concilier, mais de contraindre, de ne pas traiter avec justice, mais de voler et de réduire en esclavage. Aucun Espagnol ne considère un Cubain comme ayant les mêmes droits que lui.

Il considère l’île comme une propriété et le peuple comme une partie de cette propriété, appartenant également à l’Espagne.

L’Espagne n’a tenu aucune promesse faite aux Cubains et ne le fera jamais. Enfin, les Cubains ont su exactement ce qu’est l’Espagne et se sont décidés à être libres ou à être exterminés. Rien dans l’histoire n’est égal aux atrocités et aux outrages perpétrés par l’Espagne à Cuba. Tout ce que l’Espagne fait maintenant n’est que la répétition de ce que l’Espagne a fait et c’est une prophétie de ce que fera l’Espagne si elle en a le pouvoir.

En ce qui me concerne, je n’ai aucune idée si il y aura une guerre entre l’Espagne et les États-Unis. Un pays qui ne peut pas conquérir Cuba, n’a certainement pas de très grandes chances de submerger les États-Unis.

Comme dit le dicton : « Un homme qui ne peut pas fouetter un de ses propres garçons est stupide quand il menace de nettoyer tout le quartier ».

Bien sûr, il existe une certaine sagesse même en Espagne, et les Espagnols qui savent tout de ce pays savent que ce serait une folie absolue et extrême de nous attaquer. Je crois qu’il est important de traiter même l’Espagne avec une justice parfaite. Je me sens du pays comme Burns l’a dit pour le diable : « Oh, réfléchis bien ! »

Je sais que les nations, comme les peuples, font ce qu’elles doivent, et je considère l’Espagne comme une victime et le résultat des conditions climatiques, fruit d’un arbre planté par ignorance et arrosé par la superstition.

Je crois que Cuba doit être libre et je veux que cette île donne un nouveau drapeau dans les airs, qu’elle devienne ou non une partie des États-Unis. Mes sympathies vont à tous ceux qui luttent pour leurs droits, essayant d’enlever la tyrannie de leur gorge ; à ceux qui défendent leurs maisons, leurs foyers, contre les tyrans et les voleurs. (Note : guerre d’indépendance cubaine 1895- 1898 :https://lebizarreumblog.wordpress.com/2019/01/21/cementerio-de-colon-piles-dos-dans-la-necropole-cubaine/ )

Reste à savoir si le Maine a été détruit par les Espagnols. Je suppose que ce sera bientôt décidé. À mon avis, le désastre est venu de l’extérieur, mais je ne sais pas, je suis prêt à attendre pour l’amour de la nature humaine.

J’espère sincèrement que c’était un accident. Je déteste penser qu’il existe des personnes assez basiques et cruelles pour commettre un tel acte. Néanmoins, je pense que toutes ces questions seront réglées sans guerre.

Je suis en faveur d’une cour internationale, les membres devant être choisis par les nations dirigeantes du monde ; et devant cette cour, je pense que toutes les questions entre nations devraient être réglées, et que la seule armée et la seule marine devraient être sous sa direction et utilisées uniquement dans le but de faire respecter ses décrets. Y a-t-il un tel tribunal maintenant, devant lequel Cuba pourrait comparaître et raconter l’histoire de ses torts, des meurtres, des assassinats, de la trahison, des affamés, de la cruauté, je pense que la décision lui serait immédiatement favorable et que serait chassé de l’île. Tant qu’il n’y aura pas un tel tribunal, il ne sera pas nécessaire de parler de la civilisation du monde.

Je ne suis pas chrétien, mais je crois en la religion de la justice, de la gentillesse. Je crois en l’humanité. Je crois que l’utilité est la forme la plus élevée possible de culte. L’homme utile est un homme de bien, l’homme utile est le vrai saint. Les mythes et les mystères surnaturels ne m’importent pas, mais je me soucie des êtres humains.

J’ai un petit credo personnel, pas très difficile à comprendre, qui n’a pas de contradictions, et c’est celui-ci :

« Le bonheur est le seul bien. Le temps d’être heureux c’est maintenant. L’endroit pour être heureux est ici. Pour être heureux, il faut faire en sorte que les autres le soient. »

Je pense que ce credo, s’il était adopté, éliminerait la guerre. Je pense que cela détruirait la superstition et qu’il civiliserait même l’Espagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *