Robert Ingersoll démonte l’affaire du déluge biblique – Texte de 1879 –

EXTRAIT DE « QUELQUES ERREURS DE MOISE. » (Écrit en 1879.)

HUMIDITÉ.

« Lorsque les hommes eurent commencé à être nombreux sur la surface de la terre, et qu’il leur fut né des filles, les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles, et ils en prirent pour femmes parmi toutes celles qui leur plurent.Et Yahweh dit:  » Mon esprit ne demeurera pas toujours dans l’homme, car l’homme n’est que chair, et ses jours seront de cent vingt ans. « Or, les géants étaient sur la terre en ces jours-là, et cela après que les fils de Dieu furent venus vers les filles des hommes, et qu’elles leur eurent donné des enfants: ce sont là les héros renommés dès les temps anciens.Yahweh vit que la méchanceté des hommes était grande sur la terre, et que toutes les pensées de leur coeur se portaient chaque jour uniquement vers le mal.Et Yahweh se repentit d’avoir fait l’homme sur la terre, et il fut affligé dans son cœur,et il dit:  » J’exterminerai de dessus la terre l’homme que j’ai créé, depuis l’homme jusqu’aux animaux domestiques, aux reptiles et aux oiseaux du ciel, car je me repens de les avoir faits. » (Genèse chap 6)

D’après ce récit, il semble que chasser Adam et Eve d’Éden n’a pas eu pour effet de les améliorer, ni d’améliorer leurs enfants. Au contraire, le monde devenait de pire en pire. Ils étaient sous le contrôle immédiat et le gouvernement de Dieu, et il faisait de temps en temps connaître sa volonté ; mais malgré cela, l’homme continuait à augmenter dans ses crimes. Rien en particulier ne semble avoir été fait. Pas une école n’a été établie. Il n’y avait pas de langue écrite. Il n’y avait pas de Bible dans le monde. Le « plan du salut » était un secret gardé jalousement. Les cinq points du calvinisme n’avaient pas été enseignés. Les écoles du dimanche n’avaient pas été ouvertes. En bref, rien n’a été fait pour réformer le monde. Dieu n’a même pas gardé ses propres fils dans sa maison, mais leur a permis de quitter leur demeure dans le firmament et de faire l’amour aux filles des hommes.

En conséquence de cela, le monde était rempli de méchanceté et de géants à un point tel que Dieu regrettait « qu’il ait créé l’homme sur la terre et que cela l’affligeait dans son cœur« . Bien sûr, quand il a créé l’homme, Dieu savait qu’il le regretterait par la suite. Il savait que les gens deviendraient de pire en pire jusqu’à ce que la destruction soit le seul remède. Il savait qu’il devrait tuer tout le monde sauf Noé et sa famille, et il est difficile de comprendre pourquoi dieu n’a pas créé Noé et sa famille tout de suite, et laissé Adam et Eve dans la poussière d’origine. Il savait qu’ils seraient tentés, qu’il devrait les chasser du jardin pour les empêcher de manger de l’arbre de vie, que tout cela serait un échec ; que Satan vaincrait son plan ; qu’il ne pouvait pas réformer le peuple ; que ses propres fils le corrompraient et qu’il devrait enfin les noyer sauf Noé et sa famille.

Pourquoi le jardin d’Éden a-t-il été planté ? Pourquoi l’expérience a-t-elle été faite ? Pourquoi Adam et Eve ont-ils été exposés aux arts séduisants du serpent ? Pourquoi Dieu a-t-il attendu jusqu’à la fraîcheur du jour avant de s’occuper de ses enfants ? Pourquoi n’était-il pas sur place le matin ? Pourquoi a-t-il rempli le monde de ses propres enfants, sachant qu’il devrait les détruire ? Et pourquoi ce même Dieu me dit comment élever mes enfants alors qu’il a dû noyer les siens ? Il est un peu curieux de constater que lorsque Dieu a voulu réformer le monde ante-diluvien, il n’a rien dit de l’enfer, il n’y avait pas de séance de réveils spirituels, pas de réunions de camp, pas de tracts, pas d’effusions du Saint-Esprit, pas de baptêmes, de réunions de prière à midi, et n’a jamais mentionné la grande doctrine du salut par la foi.

Si les croyances orthodoxes du monde sont vraies, tous ces gens sont allés en enfer sans avoir jamais entendu dire qu’un tel endroit existait. Si le tourment éternel est un fait, ces malheureux auraient sûrement dû être prévenus. Ils n’étaient menacés que par l’eau alors qu’ils étaient voués, en fait, au feu éternel !

N’est-il pas étrange que Dieu n’ait rien dit à Adam et à Eve au sujet d’une vie future ; qu’il ait dû garder ces « vérités infinies » pour lui-même et permis à des millions de personnes de vivre et de mourir sans l’espoir du ciel ou la peur de l’enfer ? Il se peut que l’enfer n’ait pas été fait à cette époque. Dans les 6 jours de la création, rien n’est dit sur la construction d’un puits sans fond, et le serpent lui-même n’est apparu qu’après la création de l’homme et de la femme. Peut-être a-t-il été fait le premier dimanche, et de ce fait vient peut-être le vieux couplet : « Et Satan a encore quelques malices à trouver pour des mains oisives. » (Isaac watts)

L’historien sacré a également omis de nous dire quand les chérubins et l’épée tournoyante ont été créés, et n’a rien dit à propos des deux des personnes composant la Trinité. Il aurait certainement été facile d’éclairer Adam et ses descendants immédiats. Le monde n’avait alors que 1 536 ans environ et seulement 3 ou 4 générations d’hommes avaient vécu.

Adam n’était mort que depuis environ 606 ans et certains de ses petits-enfants devaient, à cette époque, être bien vivants. Il est difficile de voir pourquoi Dieu n’a pas civilisé ces personnes. Il avait certainement le pouvoir d’utiliser, et la sagesse de concevoir, les moyens appropriés. De quel droit un dieu peut-il remplir un monde de démons ? Peut-il y avoir du bien et de l’amour en cela ? Pourquoi devrait-il faire des expériences qu’il sait devoir échouer ? Y a-t-il de la sagesse en cela ? Et quel droit à un homme de charger un être infini de méchanceté et de folie ? Selon Moïse, Dieu s’est décidé non seulement à détruire le peuple, mais également les animaux, les créatures rampantes et les oiseaux du ciel. Qu’avaient fait les animaux, les choses rampantes et les oiseaux pour exciter la colère de Dieu ? Pourquoi s’est-il repenti de les avoir faites ?

Est-ce qu’un chrétien nous donnera une explication à ce sujet ? Aucun homme de bien n’infligera une douleur inutile à un animal ; comment alors pouvons-nous adorer un dieu qui ne se soucie pas des agonies des créatures muettes qu’il a créées ? Pourquoi a-t-il créé des animaux qu’il savait pouvoir détruire ? Est-ce que Dieu prend plaisir à causer de la douleur ? Il avait le pouvoir de créer les animaux, les oiseaux et les choses rampantes à sa guise et à sa volonté, et on doit supposer qu’il les avait faits à sa guise. Pourquoi alors devrait-il les détruire ? Ils n’avaient commis aucun péché. Ils n’avaient mangé aucun fruit défendu, n’avaient fabriqué aucun pagne et n’avaient pas tenté d’atteindre l’arbre de vie.

Pourtant, ce dieu, dans une colère aveugle et irraisonnable, détruisit « Toute chair qui se meut sur la terre périt: oiseaux, animaux domestiques, bêtes sauvages, tout ce qui rampe sur la terre, ainsi que tous les hommes.De tout ce qui existe sur la terre sèche, tout ce qui a souffle de vie dans les narines mourut. » (Genèse 7 -21)

Jéhovah ayant décidé de noyer le monde, dit à Noé de faire une arche en bois de 300 coudées de long, 50 coudées de large et 30 coudées de haut. Une coudée fait 56 cm ; de sorte que l’arche faisait 170 mètres de long, 28 mètres de large, et 17 mètres de haut. Cette arche était divisée en 3 étages et avait en haut une fenêtre de 12 mètres carrés. La ventilation devait être l’un des passe-temps de Jéhovah. Imaginez un navire aussi grand que le paquebot « Great Estern » mais avec une seule fenêtre et de 12 mètres carrés ! L’arche avait aussi une porte située sur son côté qui se fermait de l’extérieur. Dès que ce navire a été fini et correctement ravitaillé, Noé a reçu un préavis de 7 jours pour amener les animaux dans l’arche. Certains théologiens scientifiques affirment que l’inondation était partielle, que les eaux ne couvraient qu’une petite partie du monde et que, par conséquent, il n’y avait que quelques animaux dans l’arche.

Il est impossible de concevoir un langage qui puisse exprimer plus clairement l’idée d’une inondation universelle que celle contenue dans le récit inspiré.

Si le déluge n’était que partiel, pourquoi Dieu a-t-il dit qu’il « détruirait toute chair où se trouve le souffle de vie sous le ciel et que tout ce qui est sur la terre mourra » ? Pourquoi a-t-il dit : « Je détruirai l’homme que j’ai créé de la surface de la terre, l’homme et la bête, ainsi que les reptiles et les oiseaux du ciel »? Pourquoi a-t-il dit « Et chaque substance vivante que j’ai créée sera détruite de la face de la terre »?

Une inondation locale partielle aurait-elle répondu à ces menaces ? Rien ne peut être plus clair que ce que l’auteur de ce récit avait l’intention de transmettre était l’idée que le déluge était universel. Pourquoi les chrétiens devraient-ils essayer de priver Dieu de la gloire d’avoir accompli le plus prodigieux des miracles ?

Est-il possible que l’infini ne puisse pas submerger par des ondées cet atome appelé la terre ? Doutez-vous de son pouvoir, de sa sagesse ou de sa justice ? Les croyants dans les miracles ne doivent pas chercher à les expliquer. Il n’y a qu’une façon d’expliquer les choses, c’est d’en rendre compte par des phénomènes naturels. Dès que vous expliquez un miracle, celui-ci disparaît. En tant que croyant, vous ne devez pas dépendre d’une explication, mais d’une affirmation. Vous ne devriez pas renoncé parce que le miracle est déraisonnable. Vous devriez répondre que tous les miracles sont déraisonnables. Vous ne devriez pas non plus être découragé si cela s’avère impossible. Le possible n’est pas miraculeux.

Vous devriez considérer que si les miracles étaient raisonnables et possibles, aucune récompense ne serait due pour le fait de les croire. Le chrétien a la bonté de croire, tandis que le pécheur demande des preuves.

Il est suffisant que Dieu fasse des miracles sans être appelé à les justifier au profit des incroyants. Il y a quelques années à peine, les chrétiens croyaient implicitement à la vérité littérale de chaque miracle enregistré dans la Bible. Quiconque essayait de les expliquer de façon naturelle était considéré comme un infidèle déguisé, mais maintenant il est considéré comme un bienfaiteur.

La crédulité de l’église diminue, et les miracles les plus merveilleux sont maintenant soit « expliqués », soit autorisés à se réfugier derrière les erreurs des traducteurs, ou se cachent dans le drapé de l’allégorie.

Au 6ème chapitre, il est ordonné à Noé de prendre « De tout ce qui vit, de toute chair, tu feras entrer dans l’arche deux de chaque espèce, pour les conserver en vie avec toi; ce sera un mâle et une femelle. ».

Dans le 7ème chapitre, l’ordre est modifié et Noé est commandé, selon la Bible protestante, comme suit : « De tous les animaux purs, tu en prendras avec toi sept paires, des mâles et leurs femelles, et de tous les animaux qui ne sont pas purs, tu en prendras deux, un mâle et sa femelle ; sept paires aussi des oiseaux du ciel, des mâles et leurs femelles, pour conserver en vie leur race sur la face de toute la terre. « 

Selon la Bible catholique, Noah avait reçu le commandement : « De toutes les bêtes pures, prenez-en sept et sept, le mâle et la femelle. Mais parmi les bêtes impures deux et deux, le mâle et la femelle. l’air sept et sept, le mâle et la femelle « .

Afin de minimiser ce miracle, de nombreux commentateurs ont soutenu que Noah n’avait pas reçu l’ordre de prendre 7 mâles et 7 femelles de chaque type de bête pure, mais 7 en tout. Beaucoup de chrétiens prétendent que seulement 7 bêtes pures de chaque type ont été prises dans l’arche – soit 3,5 de chaque sexe.

Si le récit du 7ème chapitre signifie quelque chose, cela signifie d’abord, que pour chaque sorte de bête pure, il fallait en prendre 14, dont 7 mâles et 7 femelles ; ensuite, celle des bêtes impures, 2 de chaque genre, 1 de chaque sexe, et enfin, qu’il devrait prendre toutes sortes d’oiseaux, 7 de chaque sexe. Il est également clair que le commandement dans les 19ème et 20ème versets du 6ème chapitre consiste à en prendre 2 de chaque type, 1 homme et 1 femme. Et cela s’accorde exactement avec le récit des versets 7, 8, 9, 14, 15, et 16 du 7ème chapitre.

La question suivante est la suivante : combien de bêtes, d’oiseaux et de choses rampantes Noé a-t-il emportés dans l’arche ? On connaît maintenant et on a classé au moins 12 500 espèces d’oiseaux. Il existe encore de vastes territoires en Chine, en Amérique du Sud et en Afrique inconnus des ornithologues.

Selon le 3ème verset du septième chapitre, Noé prit parmi les oiseaux, 14 de chaque espèce : « Des oiseaux aussi de l’air par sept, le mâle et la femelle« , soit un total de 175 000 oiseaux (12 500 x 14).

Et juste ici, permettez-moi de poser une question. Si l’inondation n’était qu’une inondation partielle, pourquoi les oiseaux ont-ils été emmenés dans l’arche ? Il me semble que la plupart des oiseaux, s’occupant strictement de leurs affaires, pourraient éviter une inondation partielle.

Il y a au moins 1 658 sortes d’animaux. Supposons que 25 d’entre eux sont purs. Disons que 14 de chaque sorte – 7 de chaque sexe – ont été capturés. Cela donne 350 (25 x 14). Parmi les impurs – 2 de chaque type, soit 3 266 (1 633 x 2). Il existe environ 650 espèces de reptiles. 2 de chaque sexe donne 1 300. Et enfin, il y a les insectes, y compris les choses rampantes, au moins 1 million d’espèces, de sorte que Noé et ses parents ont dû en prendre environ 2 000 000 dans l’arche. Les animalcules n’ont pas été pris en compte. Il y en a probablement plusieurs centaines de milliers d’espèces ; beaucoup d’entre eux sont invisibles ; et pourtant Noé a dû les choisir par paires.

Très peu de gens ont une idée juste du problème que Noé avait. Nous savons qu’il existe sur ce continent de nombreux animaux non connu dans le Vieux Monde. Ceux-ci ont dû être transportés d’ici à l’arche, puis rapportés par la suite. Le pécari, le tatou, le fourmilier, le paresseux, l’agouti, la chauve-souris vampire, le ouistiti, le singe hurlant à queue préhensile, le raton laveur et le rat musqué ont-ils été transportés par les anges d’Amérique et d’Asie ? Comment sont-ils arrivés là ? L’ours polaire a-t-il quitté son champ de glace et s’est dirigé vers les tropiques ? Comment savait-il où se trouvait l’arche ? Le kangourou a-t-il nagé, ou bondi depuis l’Australie en Asie ? La girafe, l’hippopotame, l’antilope et l’orang-outang sont-ils partis d’Afrique à la recherche de l’arche ? Les absurdités peuvent-elles aller plus loin que cela ?

Qu’est-ce que ces animaux avaient à manger pendant le voyage ? Qu’est-ce qu’ils ont mangé pendant qu’ils étaient dans l’arche? Qu’est-ce qu’ils ont bu ? Quand la pluie est arrivée, bien sûr, les rivières ont coulé vers les mers, et ces mers ont augmenté et ont finalement recouvert le monde. Les eaux des mers, mêlées à celles du déluge, toutes devenaient salées. On a calculé que pour noyer le monde, il fallait environ 8 fois plus d’eau que dans toutes les mers.

Pour trouver à quel point les eaux du déluge ont dû être salées, prenez 8 litres d’eau douce et ajoutez 1 litre d’eau de mer. Une telle eau créerait la soif au lieu de l’apaiser.

Noé devait prendre dans son arche de l’eau fraîche pour tous ses animaux, ses oiseaux et ses êtres vivants. Il devait prendre la nourriture appropriée pour tous les animaux.

Combien de temps est-il resté dans l’arche ? 377 jours !

Pensez à la nourriture nécessaire aux monstres du monde ante-diluvien ! Seulement 8 personnes ont fait tout le travail. Elles ont répondu aux besoins de 175 000 oiseaux, de 3 616 bêtes, de 1 300 reptiles et de 2 000 000 d’insectes, sans parler d’innombrables animaux.

Eh bien, après qu’ils soient tous entrés, Noé a fermé la fenêtre, Dieu a fermé la porte et la pluie a commencé. Combien de temps a-t-il plu ? 40 jours. Quelle a été la hauteur de l’eau ? Environ 8 kilomètres. Combien a-t-il plu par jour ? Assez pour couvrir le monde entier d’une hauteur de 220 mètres par jour.

Certains chrétiens disent que les sources dan les grandes profondeurs ont été brisées. Auront-ils la gentillesse de nous dire ce que sont les fontaines des grandes profondeurs? D’autres disent que Dieu avait d’immenses réserves d’eau au centre de la terre qu’il a utilisé à cette occasion. Comment ces eaux ont-elles pu remonter la colline ?

Messieurs, permettez-moi de vous dire une fois de plus que vous ne devez pas essayer d’expliquer ces choses. Vos efforts dans cette direction ne servent à rien, car vos explications sont plus difficiles à croire que le miracle lui-même. Suivez mon conseil, tenez-vous en à l’affirmation et laissez l’explication seule. Alors, comme la montagne Dhawalagiri a sa couronne de neige à plus 8 167 mètres au-dessus du niveau de la mer (Everest 8 848mètres) et, sur les falaises sans nuages du volcan Chimborazo, se tenait alors, comme maintenant, le condor ; et pourtant les eaux montaient de 220 mètres par jour, 10 mètres par heure, 15 cm par minute, et roulaient sur les collines, sur les volcans, remplissaient les vastes cratères, éteignaient tous les feux, montaient au-dessus de toutes les montagnes jusqu’à ce que le vaste monde ne fut plus qu’une mer sans rivages couverte d’innombrables morts.

Était-ce l’œuvre du Dieu le plus miséricordieux, notre père à tous ? S’il y a un Dieu, peut-il y avoir le moindre danger d’engendrer son mécontentement en doutant, même de manière révérencielle, de la vérité d’un mensonge aussi cruel ? Si nous pensons que Dieu est plus gentil qu’il ne l’est réellement, nos pauvres âmes seront-elles brûlées pour cela ?

Combien d’arbres peuvent vivre sous des kilomètres d’eau pendant un an ?

Que sont devenus les sols lavés, dispersés, dissous et recouverts des débris du monde ?

Comment les plantes et les herbes tendres ont-elles été préservées?

Comment les animaux ont-ils été préservés après avoir quitté l’arche ? Il n’y avait pas d’herbe sauf celles qui avaient été submergés pendant un an. Il n’y avait pas d’animaux à dévorer par les animaux carnivores. Que sont devenus les oiseaux qui se nourrissent de vers et d’insectes ? Que sont devenus les oiseaux de proies qui dévorent les autres oiseaux ? Il faut se rappeler que la pression de l’eau au point le plus élevé – disons 8 800 mètres – aurait été d’environ 800 tonnes par mètre carré. Une telle pression aurait certainement détruit presque tous les vestiges de la vie végétale, de sorte que lorsque les animaux sortiraient de l’arche, (note 2019 : des animaux et bactéries vivent dans les zones abyssales) il n’y avait pas une bouchée de nourriture dans le monde entier. Comment se sont-ils nourris jusqu’à ce que le monde soit à nouveau recouvert d’herbe ?

Comment ces animaux ont-ils été pris en charge et ont-ils vécu ? Où les abeilles ont-elles eu le miel et les fourmis des graines ? Il n’y avait pas une chose rampante sur toute la terre ; pas une créature qui respire sous tous les cieux ; pas une substance vivante. Où les locataires de l’arche ont-ils obtenu de la nourriture ?

Il n’y a qu’une réponse, si l’histoire est vraie. La nourriture nécessaire non seulement pour l’année de la crue, mais aussi nécessaires pour les mois suivants la décrue, doit avoir été stockée dans l’arche.

Il n’y a probablement aucun animal au monde qui ne mangera pas moins, et ne boira pas moins que 10 fois son poids en 1 an. Noé a dû stocker de la nourriture et de l’eau pour 1 an dans l’arche et de la nourriture pour au moins 6 mois après leur arrivée à terre.

Pour un couple d’éléphants, il fallait environ 150 tonnes de nourriture et d’eau (6 tonnes x 2 éléphants  x 10 x 1,5 an). Un couple de mammouths aurait nécessité environ le double de cette quantité.

Bien sûr, il y avait d’autres monstres qui vivaient sur des arbres ; et qui en une année aurait dévoré toute une forêt. Comment 8 personnes auraient-elles pu distribuer toute cette nourriture, même si l’arche avait été assez grande pour la contenir ? Comment l’arche a-t-elle été tenue propre ? Nous savons comment elle a été ventilé, mais qu’est-ce qui a été fait avec les déchets ? Comment les animaux ont-ils été arrosés ? Comment certaines parties de l’arche ont-elles été chauffées pour les animaux des tropiques ? Et d’autres refroidies pour les ours polaires ? Comment les animaux sont-ils rentrés dans leurs pays respectifs ?

Certains devaient faire un voyage de retour de 9 500 kilomètres et ne pouvaient parcourir que quelques mètres par jour.

Certaines des choses insidieuses ont dû commencer pour l’arche dès leur fabrication et ont duré environ un siècle. Pensez à certains escargots les plus lents qui partent d’un point situé en face de l’arche et pour arriver dans les plaines de Shinar, une distance de 19 000 kilomètres. Au rythme de 1,5 km par mois, 50 mètres par jour, il leur faudrait 1 000 ans.

Comment ces animaux sont-ils arrivés là ? Les ours polaires ont dû parcourir plusieurs milliers de kilomètres et un changement de climat si soudain a dû mettre à rude épreuve leur santé. Comment ont-ils su comment s’y prendre ?

Bien sûr, tous les ours polaires ne sont pas partis. Seulement 2 étaient nécessaires. Qui les a choisi ?

Deux paresseux ont dû faire le voyage depuis l’Amérique du Sud. Ces créatures ne peuvent pas voyager plus 15 mètres par jour. À ce rythme, ils parcourent 1 kilomètre en 66 jours, 1,5 kilomètre en 100 jours. Ils ont dû parcourir environ 10 500 kilomètres pour atteindre l’arche. En supposant qu’ils aient parcouru une route raisonnablement directe afin de terminer le voyage avant que Noé tire sur la planche et ferme l’arche, ils doivent avoir commencé leur voyage plusieurs années avant la création du monde.

Nous devons également considérer que ces paresseux ont dû sur le chemin, chercher une grande partie de leur temps de la nourriture et de l’eau. Il est extrêmement douteux qu’un paresseux puisse parcourir 10 500 kilomètres et embarquer en moins de 3 000 ans. Des volumes pourraient être écrits sur l’absurdité infinie de la plus incroyable, la plus méchante et la plus folle des fables contenue dans ce répertoire de l’impossible, appelé la Bible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *